Plan De Gouvernorat Colonial Post Kadhafi De Ban Ki Moon

Salam,

C’est ce que l’on appel : »Vendre la peau de l’ours, avant de l’avoir tué ».

Faut reconnaître que l’ONU prend de rapide décision, lorsqu’il s’agit de dépouiller les gens. Mais pour ce qui est de restituer leurs droits au Palestiniens, çà traine, çà traine, çà traine………

KAM

Guerre De L’Information

Plan De Gouvernorat Colonial Post Kadhafi De Ban Ki Moon : Le Britannique Ian Martin Sera Gouverneur.

Un document interne du secrétariat de Ban Ki Moon dont une copie a été obtenue par le site Inner City Press a planifié en détails l’après Kadhafi avant même l’attaque contre Tripoli. Ce document auquel les états membres de l’ONU n’ont pas eu accès – ce qui en dit long sur la dictature onusienne du secrétaire marionnette des US – prévoit un gouverneur britannique pour la Libye, Ian Martin. Les mesures prises pour recoloniser la Libye se feront sous la 1973, pas de nouveau vote. Tous ceux qui se sont abstenus, Russes Chinois en tête, apprécierons !

Sur La Libye un rapport de l’ONU révélé prévoit 200 observateurs militaires, Un Rôle Donné A L’OTAN Mais Pas A L’UA : Exclusivité.

26/08/2011 ONU – Avant que les combattants rebelles n’entrent dans Tripoli et avant que le conseiller spécial de l’ONU Ian Martin ne se soit rendu à Doha et à Istanbul cette semaine pour rencontrer les responsables du CNT, Martin le 22 Août a remis un plan détaillé au secrétaire général Ban Ki moon.Après que deux états membres de l’ONU aient demandé l’accès au document et essuyé un refus, Inner City Press (ICP) a obtenu une copie du rapport et l’a mis en ligne aujourd’hui (rapport de Martin de 10 pages en PJ au dessus à gauche pdf) et une version plus longue (également en PJ en dessous pdf).Le secrétariat de l’ONU propose jusqu’à 200 observateurs militaires pour démarrer une force multi nationale conduite par deux états membres, jusqu’à 190 policiers et des élections en plus et du personnel civil.Le rapport estime que la baisse du GDP pourrait atteindre les 47%. Il estime à 150 milliards les avoirs gelés libyens et recommande que la plupart de ces avoirs ne soient pas vendus et que la Libye les récupère rapidement (paragraphe 136).Le rapport de Martin distribue quelques bons points au régime de Kadhafi par exemple dans le domaine de la santé et de l’éducation (paragraphe 71). Il parle de « réformes » de Saif al- Islam, actuellement poursuivi par la CPI et de l’ancien premier ministre Ghanem.

Il estime que l’opposition (CNT) a commis des tueries et s’est emparée de certains biens ce qui constituent même des crimes de guerre, et comme Kadhafi a utilisé des enfants soldats ( paragraphe 88). A plusieurs reprises il émet des doutes sur la soit disant utilisation par Kadhafi de combattants étrangers ou mercenaires.

Le rapport considère comme un minimum l’envoi de conseillers militaires de la police et de liaison, disant que « qu’il n’y aura pas besoin de mandat spécial du Conseil de Sécurité pour ce type d’actions ».

Il affirme que «le mandat de protection des civils par le Conseil de Sécurité mis en oeuvre par l’OTAN ne s’achève pas avec la chute du gouvernement de Kadhafi et par conséquent l’OTAN continuera d’avoir des responsabilités » (Introduction paragraphe 8).

Il est significatif de noter qu’alors qu’il envisage une présence continuelle de l’OTAN particulièrement dans Tripoli il n’autorise aucun rôle de l’Union Africaine. Il note que c’est seulement dans la déclaration post coup de Kadhafi que la Libye a été considérée comme faisant partie de l’Afrique. Comme l’a rapporté ICP même le personnel du département des affaires politiques africaines (DPA) s’est dit outragé sur cette affirmation de même que sur le rôle central accordé au « Brit » Ian Martin, ce qui n’a pas plu au directeur de la DPA, Lynn Pascoe, quand ICP lui a posé des questions là-dessus le 25 Août.

Ce qui est troublant mais fournit des renseignements sur l’ONU de Ban Ki Moon c’est la recommandation du rapport mentionnant que les « medias non gouvernementaux » soient surveillés pour les empêcher de «faire appel à l’opinion publique».

Alors que Pascoe a qualifié d’« extraordinaire » l’échec du travail de médiation de l’envoyé de Ban Ki Moon pour La Libye, Abdil Ilah Al Khatib, le rapport de Martin mentionne Khatib seulement une fois comme une personne ayant été consultée. (Pendant toute sa mission Al Khatib a continué de toucher son salaire de sénateur en Jordanie).

Ont également été consultés les Fonds et Programmes de l’ONU (le Bureau des Narcotiques et Crimes est mentionné le UNDP prévoit un « renforcement « et de jouer un rôle) l’Organisation Internationale des Migrations (IMO) et la Banque Mondiale – – mais malgré des discussions par exemple sur la stabilisation de la monnaie et des taux de change, Le FMI n’a pas été consulté.

Pour rédiger ce rapport l’ONU et Martin ont même fait appel à quelqu’un hors du système de l’ONU, et ont recruté un professeur de Darmouth, Dirk Vandewalle, comme consultant. Quand ICP a posé des questions à ce sujet, le secrétaire du porte parole Farhan Haq a même refusé de confirmer le recrutement de Vandevalle.

Cette semaine quand ICP a demandé à ce que le rapport soit publié compte tenu de la description publique faite par Vandewalle de son rôle, Haq a dit non, et son porte parole a même prétendu que le rapport « n’est pas un document de l’ONU ».

L’une des nombreuses questions soulevées par ce rapport c’est sous quel mandat et en ayant des comptes à rendre à qui, le secrétariat de l’ONU a développé ce plan « post conflit » sur la Libye et puis a refusé de le partager avec les états membres.

Il y aura bien d’autres questions. Pour l’instant, pour préparer la rencontre (video ) organisée par Ban Ki moon, ICP rend public le plan de l’ONU comme il aurait du l’être. A suivre.

Matthew Russell Lee/crédit ICP

Information complémentaire

La révélation de l’existence de ce rapport cause des remous. Alors que Ban Ki moon devait répondre aux questions de la presse mardi il a envoyé à sa place Lynn Pascoe et Martin qui n’ont pas répondu aux questions concernant ce rapport. Martin a dit que c’était un « rapport interne ». Sauf que si ICP n’avait pas publié une copie aucun membre n’aurait pu le lire.

Le représentant permanent de la Chine à l’ONU Li, Baoding, a dit à ICP le 30 Août que la période post conflit « devrait être la fin de la mission de l’OTAN »

Pourtant plus tôt dans la journée du 30 lors de la conférence de l’OTAN la porte parole Oana Lungescu et le Colonel Roland Lavoie ont dit que c’était à eux de dire quand il fallait arrêter de bombarder la Libye et a dit que le secrétaire général Ban Ki Moon avait confirmé cela.

En attendant Ban Ki Moon doit se rendre à Paris le 1er Septembre pour la réunion des « amis de la Libye » puis ensuite en Nouvelle Zélande, en Australie et même au Kiribati et dans les îles Salomon on ne sait pas encore quand il sera de retour à New York.

Qu’il soit accueilli par les citoyens des pays visités comme il se doit : en criminel de guerre pour avoir organisé le massacre de civils libyens puis fait rédiger un plan de mise sous tutelle coloniale et de pillage de la Libye par les puissances occidentales

SOURCE : PLANETENONVIOLENCE
Article en anglaisTraduction Information complémentaire Mireille Delamarre

un1libya1vandewalle.pdf un1libya1vandewalle.pdf  (3.2 Mo)