Et l’Ange de la Mort Vint

                       DOULOUREUX RAPPEL – I –

Salam,

Salam  frères et sœurs dans l’Islam. Salam à tous les gens du livre.                          Ce poème trouvé sur le net, interpelle.les consciences.                                  Il interpelle de façon douloureuse – car c’est la réalité – ceux qui ont faillis, manqués à leurs devoirs spirituels. Ceux qui ont oubliés ALLAH (SWT) et vivent dans l’ignorance.                                                                  Ceux dont la préoccupation première est la vie d’ici bas. Enfin ceux qui ont préférés :

– Les Mensonges                   à              la Vérité                                                                                        – La Richesse mal acquise     à               un Modeste revenu honnête                                                              – La Parole véreuse                à               la Parole d’ALLAH (SWT)                                                                – La Débauche                       à               A une Vie saine                                                                             – L’Usure                               à               A l’Honnêteté                                                                                –  L’Alcool                              à               A l’Abstinence                                                                               – L’Hypocrisie                         à               La Sincerité

Et bien d’autre pratiques que la morale et la religion réprouve. La perspective de la mort est toujours pousser au plus loin; lorsqu’elle n’est pas totalement ignorer.

Alors que le propre du musulman est de l’avoir toujours présente à l’esprit, car on ne sait jamais quand est-ce que l’ange de la mort se présentera. A ce moment les regrets seront vains et inutiles, alors autant travailler pour l’au-delà, avant qu’il ne soit trop tard. Et fasse qu’ALLAH (SWT) guide nos pas et affermisse notre foi.

(ALLAH (SWT) est plus savant)

KAM              ______________________________________________________________________

L’ange de la mort

Il était 4 h du matin
Lorsque la mort frappa à la porte.
Qui est-ce ? S’écria l’homme hébété.
Je suis Izraël. Laisse-moi donc entrer!
Alors l’homme se mit à trembler,
Comme pris d’une fièvre subite.
Il cria à sa femme endormie :
Ne le laisse pas me prendre la vie !

S’il vous plaît, O Ange de la mort !
Laissez-moi, je ne suis pas encore prêt.
Ma famille vit à mes dépens,
De grâce, ton acte suspend .

Déjà l’ange de la mort se tenait au seuil de sa porte.
Ô mon ami, l’ordre d’Allah ne peut être différé,
Prépare-toi, pour la tombe,
C’est pour maintenant.

Je te couvrirai d’or,
Mais épargne-moi la tombe sombre.

Pourquoi as-tu peur, ô homme, de mourir selon le vœu d’Allah ?
Viens, souris-moi et ne t’attriste point,
Soit heureux de revenir vers Lui.

Ô ange j’ai honte de moi, je n’avais pas le temps de penser à Allah,
Du matin au soir, je faisais ma richesse sans pensée pour ce moment.
Aux ordres d’Allah, je n’ai point obéi,
Tout comme jamais, cinq fois par jour, je n’ai prié.
Les « Ramadhan » venaient, les « Ramadhan » passaient,
Mais toujours sans mon repentir.
Le Hajj fut déjà Faraz sur moi,
Mais de mon argent, je ne voulus point me départir.
La charité, j’ignorais,
Mais l’usure et l’intérêt, je m’en accaparais.
Mes engagements, j’oubliais.
L’administration, je craignais,
De ma foi, j’avais honte.
Le blâme des mécréants m’effrayait.
La détresse de mes frères m’ennuyait.
Les artifices de ce monde m’attiraient.
Les mécréants, j’imitais,
Le champagne et le vin, j’appréciais.
Les femmes m’attiraient.
Malheur sur moi!
Ô ange, accorde-moi donc un sursis.

J’ai peur, dit l’ange, que ce moment soit le dernier de ta vie .
Ne sais-tu pas, qu’à la mort, goûtera chaque âme ?
Tu as vécu dans ce monde et tes parents tu as négligé,
Tandis que le mendiant, affamé, tu repoussais.
Tes filles chantent et dansent dans les boîtes de nuits.
Tes fils se sont perdus avec des femmes sans vertu ni foi.
Au lieu de procréer des musulmans,
Tu as fait de tes enfants des mécréants.
Riches, mais si pauvres !
L’appel du muezzin, tu ignorais,
Tout comme le Coran t’est étranger.
Tes promesses ne furent jamais tenu,
Et ton arme favorite était la calomnie.
Tes employés, tu sous-payais,
Et le fruit de leur travail, tu récoltais,
Jamais partagé avec le pauvre ou l’orphelin.
Les malades tu fuyais la compagnie.

Ô ange de la mort,
Je sais, j’ai honte
Que n’ai-je reçu de ta part,
Des signes, quelques avertissements,
De cette mort si imminente !
Âme misérable, le Créateur y a pourvu.
Point donc ne L’insulte, Il est parfait.
Mais à Ses signes tu restais sourd et aveugle.

Tes cheveux blancs t’annonçaient le retour…
Ta vue faiblissante t’annonçait le retour…
Ta force qui s’étiole t’annonçait le retour..
Ton échine recourbée t’annonçait le retour…
Voilà des avertissements suffisants,
Pour des gens qui réfléchissent !
Mais ta préoccupation se confinait à ce monde.

Puisque le Coran tu as ignoré,
Sache au moins alors, qu’il y était écrit
Que ce monde n’est qu’un éclair devant l’éternité.
Mais les avertissements du Coran, tu as dédaigné!
Cesse de pleurnicher, O humain!
Vers ton Créateur sera ton retour,
Car ton âme je la prends maintenant.
Le répit m’est interdit.

Un cri de l’homme et sur le sol il s’affaissa.
Son corps immobile, son visage éteint.
Il semblait se reposer, du sommeil éternel.
Son corps ne pouvait simplement plus exprimer
La douleur alors toujours intense de l’âme qu’on arrache.

La vie, des fois, peut réserver des surprises, mais jamais la mort.
Car enfin, chacun sait bien, qu’il est né… pour un jour, mourir !