Chavez se retire du FMI et de la Banque Mondiale. Très Bel Exemple à Suivre

Pour régler ses problèmes, il faut savoir prendre le taureau par les cornes.

Préambule :

Eva nous gratifie d’un bel article sur une grande et importante décision prise par le président du Venezuela Mr Hugo Chavez. De quoi s’agit il?Le président Hugo Chavez, a pris la courageuse et sage décision de se retirer du FMI et de la Banque Mondial. Décision, comme je le disais précédemment, sage et courageuse.

– SAGE: Dans l’intérêt du peuple et du pays, ce désengagement permettra au Venezuela d’évoluer librement, sans contrainte et pression de la part de ces deux institutions internationales. Ensuite, le peuple du Venezuela n’aura pas d’épée de Damocles (dette + service de la dette) au dessus de sa tête.

– COURAGEUSE, le Venezuela en prenant cette décision, doit s’attendre à des représailles de grandes ampleurs de la part des sbires du FMI et de la Banque Mondiale, en l’occurrence, les USA et la Grande Bretagne et dans une moindre mesure la France du pygmée. Représailles se présentant sous n’importe quelle formes. Représailles économique, Politique ou…..physique.

déjà que le président Hugo Chavez de par le passé à essuyer une tentative de déstabilisation qui à été déjouée grâce à sa popularité auprès de son peuple. Maintenant les US seront plus que jamais enrager  pour l’abattre. N’oublions pas, qu’il n’a jamais été en odeur de sainteté avec les américains.

Le président H. Chavez a trop nargué les américains et ces derniers sont rancunier comme un chameau et tenaces comme une teigne.

Tous ce que l’on pourras dire au président H. Chavez c’est de tenir bon, bon courage et de surveiller ses arrières. On ne sait jamais d’où viendras le coup FATAL.

Espérons que l’exemple du Venezuela fera des émules dans le monde, et que l’on se débarrassera de ces sangsues définitivement.

Publié par : KAM

========================================

Modèle pour tous, Chavez se retire du FMI et de la Banque Mondiale

Chavez se retire avec effet immédiat du FMI et Banque mondiale destinés à exploiter les pays pauvres, il nationalise le secteur aurifère

Chavez se retire du FMI et de la Banque mondiale - Le FMI ne plus payer les salaires

Chavez se retire du FMI et de la Banque mondiale – Le FMI ne plus payer les salaires

Le président Hugo Chavez a qualifié lundi, à la veille de la fête du travail, ces institutions de «mécanismes de l’impérialisme» destinés à exploiter les pays pauvres.Le Venezuela a décidé de se retirer, avec effet immédiat, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, a annoncé le président Hugo Chavez, qualifiant ces organismes de « mécanismes de l’impérialisme » destinés à exploiter les pays pauvres. «J’annonce notre sortie de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international. Ils doivent nous rendre les fonds», a déclaré Hugo Chavez dans une allocution prononcée lundi, à la veille de la fête du travail.

Le président vénézuélien compte créer une institution bancaire régionale, financée par les revenus que le Venezuela tire de ses hydrocarbures, qui se substituerait aux deux institutions responsables, selon lui, de la pauvreté en Amérique du sud. La veille, déjà, Hugo Chavez avait affirmé devant les représentants des pays alliés du Venezuela que l’Amérique latine irait mieux sans la Banque mondiale et le FMI.

«Il vaut mieux que nous sortions avant qu’on nous ait pillés.

Pourquoi?

Parce que (ces institutions) sont en crise. J’ai lu dans la presse que le FMI ne pouvait pas payer les salaires», a-t-il déclaré lors d’une adresse à la nation. Le chef de l’Etat vénézuélien a chargé à cette occasion son ministre des Finances, Rodrigo Cabezas, de transmettre à ces deux organismes la sortie du Venezuela de leur sein.

«Ici (au Venezuela) c’est le FMI qui commandait, ce mécanisme aux mains de l’impérialisme nord-américain (…) afin de lui imposer des politiques économiques et sociales brutales», a poursuivi le chef de file de la gauche radicale latino-américaine réélu en décembre. Selon lui, les ministres des Finances vénézuéliens des cabinets précédents répondaient à des intérêts étrangers. «Ils vivaient pratiquement là-bas à Washington et c’était presque une condition requise qu’ils parlent anglais. Moi j’ai un ministre des Finances qui parle espagnol», a-t-il souligné.

Les Etats-Unis ont accusé Chavez d’être un élément destabilisateur en Amérique Latine. La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a déclaré mercredi que le président vénézuélien détruisait son pays «économiquement et politiquement».
Chavez se retire du FMI et de la Banque mondiale - Le FMI ne plus payer les salairesHugo Chavez va nationaliser le secteur aurifère

Cette décision intervient alors que l’or a atteint jeudi un nouveau record, à 1818 dollars l’once.
«Nous allons nationaliser l’or!» Habitué des déclarations fracassantes, le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé jeudi, à la télévision d’État VTV, qu’il préparait une loi visant à nationaliser «l’exploration et l’exportation de l’or» dans le pays afin de lutter contre «les mafias et la contrebande» qui sèment «l’anarchie» dans le secteur.

En effet, au Venezuela, 60 % de la production aurifère – soit 4,2 tonnes par an – proviennent de mines informelles, selon la banque centrale nationale. Un manque à gagner important pour cette dernière, qui, selon une directive gouvernementale datant de 2009, devrait percevoir obligatoirement 60% de la production nationale.

Après la nationalisation en 2007 des secteurs énergétiques stratégiques nationaux – ce qui est important, sachant que le pays est le ­premier exportateur de pétrole d’Amérique du Sud -, le gouvernement du Venezuela cherche maintenant à contrôler le secteur aurifère. Déjà en 2010, il s’est arrogé 500.000 hectares de zones d’exploitation du précieux métal.

Outre la compagnie d’État Minerven, les activités aurifères officielles sont conduites par l’entreprise russe Rusoro – qui exploite un gisement dans le sud de la province de Bolivar (Sud) – et la firme cubaine Geominsal, en phase d’exploration. Toutes deux travaillent en étroite association avec l’État vénézuélien. Le pays possède la 15e réserve d’or mondiale, avec un total estimé à 363,70 tonnes. Rapatrier les réserves d’or placées à l’étranger

Hugo Chavez n’a pas uniquement l’intention de nationaliser la production intérieure. Il a annoncé, jeudi aussi, son intention de rapatrier les réserves d’or placées à l’étranger. En effet, les cours de l’once d’or ont atteint jeudi un nouveau record, à 1817,90 dollars. Le métal jaune profite de son statut de valeur refuge face au fort repli des Bourses, minées par les inquié­tudes sur la croissance économique mondiale. La banque centrale estime à plus de 11 milliards de dollars le montant de l’or vénézuélien détenu dans des coffres-forts à l’étranger. L’impact de ce rapatriement est d’autant plus grand que l’once d’or pourrait atteindre, selon le cabinet GMFS, 1900 dollars dans les six prochains mois.

Ces deux décisions pourraient être mises en place rapidement, puisque Hugo Chavez jouit depuis décembre 2010 de pouvoirs exceptionnels lui permettant de légiférer par décret, sans passer par le Parlement.

Villeroy, Juliette