Les aveux du général Butler

Aujourd’hui une intervention américaine se resume à Cà. Morts et désollation

Préambule :

 Les Etats Unis qui se prétendent comme chantre de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté, n’est jamais intervenu militairement, dans un pays pour ces nobles valeurs.

Bien au contraire, le peu de ces valeurs qui existées sera détruit. Car c’est le dernier des soucis des US. C’est leurs intérêts qui priment avant tout. Et leurs intérêts, se sont les richesses naturelles de ces pays.

Donc, que l’on ne vient pas nous faire des cours sur la démocratie. Les aveux du général Butler sont très claires et explicites sur la politique américaine.

13 octobre 1933

Les aveux du général Butler

par Grégoire Seither

Présentation du general Smedley Butler

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
 

 

                                                                    Smedley Butler

Smedley Butler (18811940), général dans le Corps des Marines des États-Unis.

Smedley Butler est né le 30 juillet 1881 à West Chester en Pennsylvanie au sein d’une famille de quakers.

Il meurt le 21 juin 1940 à l’hôpital de Philadelphie d’un cancer.

Carrière militaire

 

Prise du Fort Rivière à Haïti en 1915.

Smedley Butler exerça sa carrière militaire durant 34 années au sein du corps des Marines américains.

Il débuta sa carrière militaire en garnison sur la base militaire américaine de la Baie de Guantánamo à Cuba en 1898. Il fut envoyé ensuite, en 1900, en Chine pour combattre la Révolte des Boxers. En 1903, il intervient au Honduras. En 1909 au Nicaragua. Il participe à l’occupation de Veracruz au Mexique en 1914. En 1915, il écrase la rébellion à Haïti avec la prise du Fort Rivière et le massacre des rebelles haïtiens. Il est également envoyé en France pendant la Première Guerre mondiale.

Dans la première moitié des années 1920, il est nommé directeur de sécurité publique de la ville de Philadelphie.

Dans la seconde moitié des années 1920, il participe à une expédition navale en Chine.

En 1930, il était envisagé qu’il devienne Commandant of the Marine Corps, mais la mort de son père, très influent au parlement, et ses critiques envers la politique militaire américaine, le font rejeter pour cette nomination.

Il fut de nombreuses fois médaillé pour ses actions militaires dans lesquelles il fut engagé à travers le monde. Il fut décoré notamment de la Medal of Honor par deux fois, la plus haute distinction militaire des États-Unis.

Le complot contre le Président Franklin Roosevelt

Smedley Butler était désigné pour mener une armée de 500.000 hommes et assassiner Frankelin Delano Roosevelt. Il refusa ce rôle et dénonça le complot au grand jour.

A l’Académie militaire de Washington, le major-général Smedley Butler déclare : « Cela fait 33 ans que je sers chez les Marines et il n’y a pas une méthode utilisée par les gangsters que nous n’ayons utilisée et perfectionnée. Eux utilisent des voyous pour faire peur et éliminer, nous, nous sommes les voyous, les hommes de main du « Big Business », de Wall Street et des Banques. J’ai fait le coup de poing contre le Honduras pour le compte des Compagnies fruitières en 1903. J’ai racketté le Mexique et Tampico pour le compte d’American Oil en 1914. J’ai fait le coup de feu à Haïti et Cuba pour que les gars de la National City Bank puissent y ramasser le pognon. J’ai secoué et vandalisé une demi-douzaine de pays d’Amérique Centrale pour qu’ils se soumettent au racket de Wall Street. J’ai nettoyé à la sulfateuse le Nicaragua pour le compte de Brown Brothers en 1912. J’ai foutu le feu à la République Dominicaine pour American Sugar. En Chine j’ai fait le garde du corps pour Standard Oil et j’ai éliminé ceux qui couinaient. Comme le disent les gars d’Al Capone, j’avais une bonne petite affaire… d’ailleurs, Al Capone est un minable comparé à l’US Army. Lui contrôlait au mieux trois districts de Chicago, nous, nous contrôlons et rackettons trois continents ! »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités