Le secret des jujubes et le collagène de porc

Lorsque le cochon s’invite, sournoisement dans nos assiettes.
(Et il rigole en plus)

Préambule :

L’industrie agroalimentaire, qu’est ce qu’elle ne ferait pas pour augmenter son chiffre d’affaire. Le cochon est partout.
Rien n’est jeter, jusqu’au sabot. Tout y passe, la viande; la graisse, les os, la peau vraiment tout.
Vous me direz qu’il n’y a rien d’anormal à çà ! C’est vrais.
Mais le hic, dans cette histoire, la morale est absente dans ce processus. Les produits dérivés du cochon, sont commercialisés à travers le monde et cela sans aucunes indications.
Les pays musulmans croule sous les produits, dont l’un des composants est à base de porc. Ou est donc la morale et l’éthique commerciale ?
A moins que cela soit fait exprès ? Dieu seul le sait.
Publié par  :  KAM
============================================
Le secret des jujubes

Dalida chantait « Caramels, bonbons et chocolats, merci, pas pour moi ». Nombreux sont ceux qui reprendront en chœur ce refrain en apprenant que la gélatine utilisée dans la fabrication des jolis jujubes est composée de charogne animale. Miam miam encore !!!

Malbouffe, obésité, alimentation trop grasse et trop sucrée; la tendance forte de notre société actuelle est de se tourner vers les produits biologiques pour manger santé. Pour contrer les organismes génétiquement modifiés, l’étiquetage des produits est prôné par les végétariens et les végétaliens. Et pour des raisons religieuses, juifs et musulmans revendiquent une assiette où le porc n’a pas droit de cité.

Pourtant, dans le secteur lucratif de la confiserie, il n’est indiqué nulle part qu’un produit aussi inoffensif que les bonbons gélifiés est fabriqué à partir de cadavres d’animaux. « Si de nombreux végétariens ne savent pas que la gélatine est de provenance animale, la population ne le sait pas davantage », croit Marjolaine Jolicoeur, fondatrice d’Ahimsa, l’Association humanitaire d’information et de mobilisation pour la survie des animaux.

Gélatine, mode d’emploi 

En bouche, la gélatine allie une texture élastique et moelleuse provoquant une expérience gustative hors du commun. Pourtant, fait méconnu du grand public, ce sont des millions de tonnes de carcasses de veaux, vaches, cochons, qui sont transformées pour les besoins de l’industrie agroalimentaire. En Europe, 117 800 tonnes de gélatine sont produites. L’Amérique du Nord, elle, en produit 60 500 tonnes.

Pêle-mêle, la gélatine est issue du collagène extrait de la peau, de la couenne, mais aussi des tendons, des cornes, des sabots et des os des bêtes. Après avoir été réduits en purée, ceux-ci sont bouillis dans de l’acide chlorhydrique à une température de 120 ºC. Laissez reposer et vous obtenez une matière première idéale pour épaissir, stabiliser, émulsifier et lier vos friandises favorites, mais aussi les mousses de fruits, les yogourts et les desserts mous qui tiennent debout tout seuls.

Gélatine bovine interdite 

Cet ingrédient de choix des confiseurs et de nos cuisines constitue-t-il un risque pour la santé? Depuis le scandale de la vache folle en 1999, les os de ruminants ont disparu des cuves fumantes où mijote la gélatine en Europe.

Les vertèbres, surtout, étaient montrées du doigt. Étant en contact avec la moelle épinière, ces os risquaient d’être infectés par le prion responsable de l’encéphalopathie bovine spongiforme. Désormais, l’association des fabricants de gélatine (GME) affirme transformer des carcasses animales en bonne santé, arguant le risque zéro.

Paradoxalement, selon un document publié par le magazine français Le Point, ces mêmes industriels ont voulu « contrecarrer toute action négative contre la gélatine par les législateurs, les scientifiques et le public [et] tenir la gélatine hors des discussions sur l’ESB dans les médias ».

Aujourd’hui, c’est la gélatine porcine qui est utilisée à 90 % par l’industrie alimentaire. D’ailleurs, le géant allemand des bonbons Haribo confectionne des crocodiles gélifiés, fraises tagadas et bouteilles de cola garantis100 % pur cochon.

Toutefois, le doute subsiste encore pour les millions de personnes de confession islamique et hébraïque, car la législation, de part et d’autre de l’Atlantique, n’impose pas un étiquetage précisant qu’il s’agit de gélatine de porc. Au sein des deux religions, le porc est considéré comme un animal impur, dont la consommation est formellement interdite. Les pratiquants se tournent donc vers les produits hallal ou kasher.

Or, en 2002, les communautés juives et musulmanes de France avaient manifesté leur fureur après avoir appris que les industriels de la gélatine mitonnaient de la couenne et des os de porc dans leurs marmites. C’est connu, tout est bon dans le cochon. Ainsi, en matière d’alimentation, juifs et musulmans sont dans le même panier d’épicerie: ils sont nombreux à en avoir mangé à leur insu pendant des années.

Devant le scandale, les multinationales Danone et Nestlé plaident que les produits vendus au Maghreb et au Moyen-Orient sont exempts de gélatine porcine et conseillent aux pratiquants d’acheter les produits reconnus par les autorités religieuses. Oui, mais ceux exportés dans les autres pays sont-ils kasher ou hallal?

Déplorant une information qui fait défaut, Mme Jolicoeur affirme qu’au Canada, la mention kasher est fausse. « En réalité, il s’agit de gélatine porcine. D’où l’importance de lire les étiquettes! Lorsqu’il est écrit gélatine, elle est d’origine animale. Seule la mention vegan indique une origine exclusivement végétale. » Végétalienne de cœur et de corps, elle refuse depuis 30 ans de consommer de la viande, de porter du cuir et prône les vertus des produits bios.

Plus encore, selon elle, la gélatine animale présente dans les bonbons est source d’allergie pour les enfants intolérants à la protéine. « Les mamans ne se doutent pas qu’il y en a », et doivent être plus vigilantes à cet égard.

Gélatines de rechange

Pour ceux qui ont encore une histoire de cœur avec les douceurs et que l’idée d’avaler de la gélatine animale rebute, il existe des gélifiants de substitution ou estampillés bio (logo AB). « Pour ma production de sirop d’érable, j’utilise l’agar-agar, une gélatine extraite d’algues séchées », dit pour sa part Marjolaine Jolicoeur. Car tout le monde n’a pas forcément envie de conclure comme Dalida: « Moi, les mots tendres enrobés de douceur se posent sur ma bouche, mais jamais sur mon cœur ».

Olivia Wu Yao Kwang, Journal Voir, 21 octobre 2004

Source : Voir www.voir.ca

SOURCE :  http://www.evolutionquebec.com/site/sante/jujubes.html

Advertisements