L’opération secrète SAMSON – Comment l’Allemagne arme la puis­sance nucléaire, Israël

PAUVRES ALLEMANDS, AUTRE SOUFFRE DOULEUR ET VACHE A LAIT DES SIONISTES.

MON GRAIN DE SEL:

L’holocauste est un vrai fond de commerce, très très lucratif. C’est une sorte d’atout, que les sionistes ne manque pas de sortir à chaque occasion.

L’affaire dont il est question, cette fois ci, c’est la construction de sous-marin porteur d’ogives nucléaire par l’Allemagne. Que l’Allemagne vend, c’est tout à fait normal, c’est du commerce.

Mais là où ça cloche, c’est que le commerçant supporte à ses frais le tiers des dépenses et échelonne les deux autres tiers, aux calendes grecs, çà c’est bizarre.

Donc, l’holocauste est un sésame, dont les sionistes use et abuse. L’Allemagne, n’est qu’une victime parmi d’autres pays. L’Occident est la vache laitière des sionistes. Alors pourquoi s’en privé et ne pas en profité au maximum.

Les sionistes ont très bien ancré et gravé le COMPLEXE DE CULPABILITE dans la mémoire de l’occident.

======================================

L’opération secrète SAMSON – Comment l’Allemagne arme la puis­sance nucléaire, Israël

Der SPIEGEL, lundi 4 juin 2012

Des rumeurs cir­cu­laient depuis des années. Elles ont été confirmées pour la pre­mière fois par le grand heb­do­ma­daire allemand Der SPIEGEL. Des sous-​​marins construits en Alle­magne, qui en sup­porte en grande partie les coûts, sont équipés en Israël de mis­siles de croi­sière dotés d’ogives nucléaires. C’est le résultat des recherches faites par le SPIEGEL. La décla­ration d’Ehud Barak ne s’est pas fait attendre : « les Alle­mands peuvent être fiers, d’avoir assuré l’existence de l’Etat d’Israël ».

Le Gou­ver­nement fédéral se garde bien de réagir à cette révé­lation. Les livraisons d’armes à Israël sont un domaine par­ti­cu­liè­rement sen­sible. Le ministère de l’économie qui a la charge de l’exportation des armes renvoie les choses à la chan­cel­lerie. Le porte parole du gou­ver­nement a déclaré au SPIEGEL : « le gou­ver­nement fédéral, en livrant des sous-​​marins à Israël, se trouve dans la conti­nuité des gou­ver­ne­ments pré­cé­dents. La livraison se fait sans armes. Pour ce qui est des spé­cu­la­tions sur un armement qui aurait lieu plus tard, le gou­ver­nement n’y par­ticipe pas ». La chan­ce­lière, comme ses pré­dé­ces­seurs, s’est exprimée plusieurs fois sur la res­pon­sa­bilité par­ti­cu­lière de l’Allemagne en ce qui concerne la sécurité d’Israël. « Il est tout à fait fon­da­mental, que le droit d’Israël à vivre en sécurité est l’un des fon­de­ments de la poli­tique proche-​​orientale de l’Allemagne », a déclaré le porte parole du ministre allemand des Affaires étrangères .

Pré­ci­sément après la visite du Pré­sident allemand en Israël, Joachim Gauck, le ministre des Affaires étran­gères, Guido Wes­ter­welle, a insisté sur le fait que la sécurité d’Israël fait partie de la raison d’Etat en Alle­magne, expression créée de toute pièce par la chan­ce­lière, mais que le Pré­sident allemand n’a pas repris lors de sa visite.

Pour ce qui est des livraisons d’armes à Israël, le gou­ver­nement allemand réagit de façon extrê­mement pru­dente depuis des années. A vrai dire, elles sont assu­jetties à des res­tric­tions par­ti­cu­lières dans des régions de crise, mais cela ne s’applique pas à Israël. L’Allemagne, d’où sont partis les assas­sinats de 6 mil­lions de Juifs alle­mands et euro­péens pendant la Seconde guerre mon­diale, est, depuis la fin des années cin­quante, plus ou moins dis­crète sur ses livraisons d’armes à Israël. Elle ont com­mencé en 1957 sous le chan­celier Ade­nauer. Depuis, l’Allemagne contribue indi­rec­tement à la sécurité d’Israël, qui, depuis sa création, s’est livré à plu­sieurs guerres avec ses voisins arabes. Mais le Gou­ver­nement allemand peut -il livrer des armes à Israël, dotées de l’arme nucléaire et qui peuvent être uti­liser contre l’Iran, à qui on reproche un pro­gramme d’armes nucléaires ?

Au sujet du rapport du SPIEGEL, selon qui les sous-​​marins construits à Kiel sont soli­dement intégrés dans la dis­suasion nucléaire d’Israël, per­sonne à Berlin ne veut le com­menter en détail. Mais Philipp Miss­felder, un expert en poli­tique étrangère du parti chrétien-​​démocrate, le parti d’Angela Merkel, qui se tait sur le rapport, fait part de ses pré­oc­cu­pa­tions sur la situation : « Israël est par­ti­cu­liè­rement en danger. Des adver­saires agressifs dans la région font que nos amis doivent se pro­téger. L’Allemagne a raison d’apporter son aide, parce qu’Israël est une com­po­sante de notre com­mu­nauté de valeurs et nous voulons sou­tenir la seule et unique démo­cratie au Proche-​​orient ».

Jusqu’à ce jour, le Gou­ver­nement a tou­jours fait comme s’il ne savait rien de l’armement ato­mique. Mais d’anciens fonc­tion­naires du ministère de la défense comme l’ancien secré­taire d’Etat Lothar Rühl ou l’ancien chef d’Etat major, Hans Rühle, ont déclaré au SPIEGEL qu’ils sont tou­jours partis du fait qu’Israël déploierait des armes nucléaires sur les sous-​​marins. Rühl en a discuté avec des mili­taires à Tel Aviv. Israël n’en parle pas offi­ciel­lement. Il ressort des docu­ments du ministère des Affaires étran­gères, que le gou­ver­nement est informé depuis 1961 du pro­gramme d’armes nucléaires. Il est prouvé que l’ancien chan­celier Helmut Schmidt en a parlé en 1977 avec l’ancien ministre israélien des Affaires étran­gères, Moshe Dayan.

Les sous-​​marins sont construits par la Howaldtswerke-​​Deutsche Werft, les chan­tiers navals de Kiel. Trois ont déjà été livrés, trois autres le seront en 2017. De plus, Israêl envisage d’en com­mander encore trois autres à l’Allemagne. Récemment, le Gou­ver­nement a signé le contrat de livraison du sixième sous-​​marin.

Selon le SPIEGEL, Angela Merkel a fait de grandes conces­sions aux Israé­liens. Non seulement Berlin prend en charge avec 135 mil­lions d’Euros, un tiers des coûts, mais diffère la part israé­lienne jusqu’en 2015.

Le SPD, le parti social-​​démocrate, cri­tique la poli­tique de la chan­ce­lière : « les Sociaux-​​Démocrates veulent savoir, ce qui se passe avec les sous-​​marins construits en Alle­magne ». L’un des res­pon­sables de la poli­tique étrangère au sein du SPD, Rolf Müt­zenik a déclaré : « jusque là, les livraisons d’armes étaient jus­ti­fiées, à partir du moment où les sous-​​marins étaient équipés de sys­tèmes de dis­suasion conven­tion­nelle. Aussi, le Gou­ver­nement donner enfin informer, s’il est vrai que les sous-​​marins livrés par l’Allemagne peuvent être équipés de mis­siles de croi­sière dotés d’ogives nucléaires ».

Les rela­tions d’Angela Merkel avec le gou­ver­nement israélien sont perçues comme dif­fi­ciles. L’an dernier, elle avait cri­tiqué Benyamin Nata­nyahou pour sa poli­tique de construction de colonies à Jérusalem-​​Est. Il a même été question d’une crise de confiance. Pour Rolf Müzenich : « La chan­ce­lière n’a malheureusement pas réussi à convaincre le gou­ver­nement de changer d’attitude en uti­lisant une coopé­ration condi­tionnée. Cela concerne la colo­ni­sation, la coopé­ration avec le gou­ver­nement pales­tinien et la liberté de mou­vement de la popu­lation pales­ti­nienne dans les zones occupées et dans la Bande de Gaza ».

Traduction, Françoise Diehlmann – AFPS

SOURCE  :  http://www.france-palestine.org/L-operation-secrete-SAMSON-Comment

 
Advertisements