A Qui Profite L’Attentat D’ In-Amenas ? (1ere Partie)

ALGERIE IIII

MON GRAIN DE SEL :

WAH FKIR, l’auteur de cette analyse, nous donne un nouvel éclairage sur l’affaire de In Amenas. On se doutaient bien que les services de renseignements occidentaux étaient derrières cette prise d’otage.

Mais on étaient loin d’imaginer l’ampleur du désastre, que les sionistes  avaient programmés. Programme pire que celui appliqué à la défunte LIBYE.

Mais les vautours comme tous charognards, n’aurons de cessent tant que le sang ne coulera pas à flot en Algérie.

Mais il y a un hic, un adage dit :  » Oh Dieu protéger moi de mes amis, mes ennemies je les connais ».  C’est là où le bât blesse. C’est que les vautours utilises des larbins de l’intérieur. Des larbins à qui ils font miroiter la haute magistrature du pays. Mais une fois leur projet mené à terme, les premiers à être balayer, se sont bien ces larbins.                     

Alors, à bon entendeur salut.

Publié par :   KAM

========================================

A Qui Profite L’Attentat D’ In-Amenas ?

Recolonisation de l’Afrique Et Guerre Du Gaz

Dirigée Par Le Terrorisme Israélien. (1ere Partie)

Toute enquête policière ou reportage d’investigation a pour but de découvrir les motifs et les responsables/coupables d’un méfait. Ce travail doit débuter par la question :  » A qui profite le crime ? « 
Cette affaire est pleine d’enseignements, et permet de jeter un regard perçant sur la conspiration meurtrière qui entoure la guerre contre le terrorisme « délocalisée » vers l’Afrique, avec les mêmes acteurs et un message calqué sur celui propagé en Irak, Afghanistan, Libye, Syrie, Liban. En résumé : L’empire Talmude ou Nouvel Ordre Mondial, tente d’étendre ses tentacules au continent noir.
Préavis : Par sa complexité, l’attaque terroriste perpétrée à In Amenas a été planifiée de longue date, bien avant l’intervention occidentale au Mali. Ce qui réfute la désinformation propagée par les média citant les menaces de représailles d’Al-Qaida contre l’Algérie, « suite au survol du territoire algérien par les chasseurs bombardiers français ».
L’objectif de cette opération militaire « terroriste » était le sabotage d’une infrastructure économique majeure, la station de pompage du gaz naturel de Tingantourine, et provoquer une catastrophe à grande échelle aux conséquences multiples :
-1- physiques directes :
-un site gazier et ses infrastructures détruits;
-l’environnement et les réserves du sous-sol dilapidés;
-la population présente sur un rayon de 70 kms, habitants et travailleurs, anéantie;
-une pollution atmosphérique à l’étendue géographique non conscrite, et dans le temps illimitée;
-2- économiques directes :
-une perte sèche de ressources naturelles entrainant un déficit/manque à gagner immédiat et futur, de recettes;
-3- ultérieures élargies à d’autres secteurs  (à moyen et long terme sur le plan économique/social/politique):
-une régression de la position de l’Algérie dans les perspectives de développement du marché international des hydrocarbures.
______________________________________________
 [Notons que ce dernier est consacré par une concurrence impitoyable que rien n’arrête: utilisant tous les moyens légaux ou suspects, des plus complexes aux plus machiavéliques; nombre de guerres ayant précipité le monde contemporain dans des conflits sanglants; conflits qui se poursuivent et continuent à marquer l’histoire moderne par leur horreur. A leur source, l’insatiabilité du cartel du pétrole et du gaz, sous contrôle des compagnies occidentales, elles mêmes propriété des banquiers, les éternels conspirateurs shylocks (cf. Film documentaire « La maison des Rothschilds« ]
_______________________________________________
-une dépréciation de la cote de l’Algérie sur plusieurs marchés financiers, des assurances, et bien sur les tableaux des FMI /Banque Mondiale.
-Une perte de clientèle existante et avenir; un débrayage des compagnies déjà présentes et peut être même leur retrait et l’annulation de contrats conclus.
-une démobilisation du partenariat existant ou potentiel dans toutes les industries et les secteurs d’activité adjacents (tourisme, prospection, transport, etc…).
-l’exposition du pays aux campagnes de propagande malveillante rêvant de déstabilisation et de destruction par le procédé subversif des « révolutions de Jasmin ».
-etc, etc….
En quelques mots, une catastrophe aux conséquences incalculables !
Les exécutants de première ligne lors de l’opération étant connus, comment dépister  les commanditaires et le cerveau siégeant au quartier général ? Qui sont les vrais coupables, leurs motifs, leurs motivations et leurs objectifs ?
Une précaution à prendre est d’éviter les conclusions hâtives et évidentes contenues dans le message des médias. Ces derniers étaient déjà mobilisés en prévision de l’attentat, et les scripts à diffuser/publier prêts, sur les tables des rédactions.
-Dans les heures qui suivirent, avant que les autorités algériennes n’ait fait de déclaration, les annonces des médias étrangers précisaient le nom du site, l’origine des protagonistes, le nombre de victimes et même la nationalité des otages !
-Dans la confusion qui régna durant la première nuit de l’attentat, les chaines de TV avaient recensé le nombre de terroristes, leurs armes et leurs moyens de transport !  Comment ? Le mystère persiste, sauf si on comprend que les responsables des média avaient été affranchis. Tout le monde connait l’existence d’une connivence entre le pouvoir réel et les média. Par pouvoir réel, il n’est pas prématuré de pointer le doigt vers celui détenu par la juiverie mondiale, contrôlant tous les moyens d’information, et qui s’en sert pour faire avancer son agenda subversif et sa domination planétaire. Certains journalistes ont rapporté les communications transmises par téléphone mobile. Certes, mais comment dans les circonstances difficiles qui régnaient alors, un quelconque prisonnier de la base aurait pu deviner le profil idéologique, la nationalité, et le nombre des ravisseurs ? Ces derniers  ne furent identifiés et dénombrés qu’à la fin de l’opération et le début de nettoyage de la station.
Le cerveau hâtivement désigné : Belmokhtar. Cette affirmation était synchronisée et uniformisée, en première page des journaux, durant les flashes d’infos télévisés, sur la langue de tous les analystes promus « experts » en la circonstance.
Pour Belmokhtar la publicité gratuite offerte redorait sa réputation et accroissait son prestige au sein des bandes de mercenaires recrutés par l’OTAN. Il assuma naturellement la responsabilité de l’opération, un cadeau qu’il ne pouvait refuser. Le chargé de l’occupation de la base annonça être en contact avec « el-britaniyenes », entendre les Britanniques. Ainsi il existerait un canal de communication entre les terroristes et les services de sa Majesté. Rien d’étonnant, vu le rôle du MI6 et de ses forces spéciales parachutées en Libye. Dans la tempête médiatique qui entoure l’événement, on notera les déclarations des chefs de gouvernement européens. Ils trouvent difficile de cacher leur joie et feignent maladroitement d’être surpris et attristés. Leurs souhaits est d’offrir leur « expertise » en souhaitant négocier avec les ravisseurs, pour faire durer et aggraver la crise. Mais le génie militaire des Algériens va bouleverser leur plan car il consista en une analyse prompte de la situation et le lancement d’une intervention musclée excluant tout dialogue avec les bandits, dialogue avancé avec une insistance suspecte par les gouvernements scélérats européens. Ceci déséquilibra et contredit le plan des terroristes qui n’eurent pas le temps de s’installer et compléter leur travail de sabotage consistant en la pose d’explosifs pour embraser le complexe gazier. N’omettant pas de rappeler le courage d’un employé de Sonatrach, qui arrêta les moteurs des pompes et interrompit le flot du gaz naturel, sacrifiant se vie au service de la nation. Qu’Allah l’accueille en Son Paradis ! Et Allah est Fidèle à Ses Promesses.
Les exécutants « officiels » ou « patsies » sont une bande de terroristes qui sévit dans le Sahel sous différentes appellations et dénominations. Pour la plus part d’entre eux, ils sont des mercenaires recrutés à l’origine par la CIA et financés par l’Arabie Saoudite pour combattre le communisme soviétique en Afghanistan dans les années 80. Embrigadés et endoctrinés par le Wahhabisme ils furent à la fin de la guerre réaffectés à leur pays d’origine pour y porter le Djihad et y imposer la Charia. Comprendre celle enseignée par les prosélytes de la Mosquée de Satan, les Ahl Ech-heikh du Najd/Riadh précurseurs, selon la tradition musulmane, du « Qarn Ecchaitan » ou « Cornes / Ère du Diable ». Damnés de la Terre qui ont perdu tout espoir de grâce et de miséricorde divine tant maléfiques leurs actions et leurs convictions (wahabbisme).

  En règle générale et dans toutes les intrigues ayant occupé l’attention de l’opinion internationale grâce à une couverture médiatique exceptionnelle, il est prouvé que les coupables appréhendés ou recherchés par la justice ne sont qu’un maillon dans la longue chaine de commande d’une opération complexe. Le dépistage des relations hiérarchiques entre eux et les liens  avec les complices externes mène au centre de décision, le cercle des commanditaires. Une piste déjà tracée est repérable en inventoriant des actes de terrorisme semblables : Le 11 septembre 2001 à New York, l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh à Dubai, l’attentat du métro/bus de Londres, etc…

La littérature abonde sur ces sujets.  Elle pointe le doigt inexorablement sur le terrorisme international juif. Une activité que les talmudipèdes ont élevée au rang d’art de la guerre de subversion qu’ils exercent unilatéralement et continuellement. Cette guerre non déclarée est camouflée d’intox, qui précède, accompagne et succède leurs méfaits. Leur main mise sur les média les autorisant toujours à brouiller les pistes et à dérouter l’opinion.

Ces instigateurs de trouble tiennent à rester dissimulés et à garder le secret, en utilisant des hommes de main. Car une fois exposés, les intérêts qu’ils défendent et les tromperies qu’ils inventent risquent d’être compromis. En demeurant dans l’ombre, loin du regard des observateurs et des analystes, ils représentent un pouvoir incontrôlé et incontrôlable, et possèdent des droits de vie ou de mort sur ceux qu’ils désignent comme ennemi à leur cause. Également le mythe de l’éternelle persécution des juifs et celui de la Shoah, gardent leur pouvoir de manipulation par la torsion du couple victimisation/culpabilisation qui permet d’obtenir des concessions et des privilèges au détriment des gouvernements et de l’opinion Goyims. Ceux-ci étant paradoxalement muselés par une culpabilité héréditaire fictive.
Comment donc procéder pour découvrir les commanditaires ? Il faut commencer par recenser dans les chroniques de l’information les cas similaires et découvrir les acteurs alors impliqués. Le recoupement  des modus opérande de chaque situation dessinera une tendance générale qui inéluctablement pointera vers l’origine des complots et leurs protagonistes.
Dans un premier stade, analysant l’événement dans le contexte de l’Afrique : L’Algérie est un pays Arabe et Africain, position qui la place sur la liste juive des cibles à confronter. Elle subit au même titre que toute autre nation la pression de la stratégie actuelle de déstabilisation dirigée par les tenants du Nouvel Ordre Mondial (Rothschild et C°) et ses agents principaux, à savoir :
a- Israël en sourdine grâce à son renseignement/MOSSAD, et ses réseaux juifs qui quadrillent la planète,
b- ses proxies visibles (USA/Union Européenne, l’OTAN, les alliés occidentaux, les renégats arabes du Golf dont le Royaume Saoudien, Qatar, la Jordanie, etc…)
c- ses agents et mercenaires de l’intérieur; logés dans certains partis; hommes politiques et businessmen; islam-mimiques irréductibles; membres de la fraternité maçonnique internationale; des renégats accomplis (Ferkhat M’Henni agent d’Israël); et un grand nombre de militants de la cause mondialiste, idiots utiles intoxiqués par les abominations de l’humanisme/ laïcité / permissivité et affectés au volet « sape psychologique et pourrissement social » .
d- les terroristes islam-mimiques en fuite, un ennemi publique mondial classé n°1. En fait fictif et surdimensionné par les média pour justifier la colonisation de divers pays musulmans/africains, Afghanistan et Irak (hier), Libye, Niger, Tchad, Mali (aujourd’hui). Ils sont l’antithèse de l’Axe du Bien inventé par Bush, dans la dialectique hégélienne du conflit. Modulables à volonté et selon le besoin travestis en « opposition », ou en « combattants de la liberté »(Syrie, Libye). Gracieusement équipés et financés par la Kosher Nostra et ses organes du renseignement (MOSSAD/CIA/MI6) ou via des mises en scènes de prises d’otages et le versement de généreuses rançons (Sarkosy à l’AQMI). Notons que ce phénomène de mobilisation, d’encouragement et de soutien du terrorisme islam-mimique n’est pas récent, les  stratèges londoniens du NOM les ont conçus et fabriqués dés le 18-em siècle avec l’avènement du wahhabisme et de ses hordes de bandits de grands chemins, puis à travers ses excroissances religieuses et politiques (Frères Musulmans, Takfiristes). Une vérité sur le cynisme des juifs et de leurs cousins éloignés de Riadh, est la nature du pouvoir des Ibn Saoud et Ahl-Esh-sheikh, les précurseurs et promoteurs de l’hérésie religieuse du Djihad contre les Musulmans Sunnis (des quatre rites traditionnels). A consulter impérativement, le fameux document « Confessions d’un espion britannique et l’hostilité britannique contre l’Islam » (Lien  ou original en Anglais).
__________________________________________
[Note : La stratégie mondialiste a réussi en Libye. Le pays détruit est aujourd’hui la tête de pont de l’infiltration en Afrique de la « Pieuvre et de ses tentacules », via son commandement et sa logistique militaires (OTA N), ses valets (les EU/USA/CGC), sa chair à canon (les hypocrites wahhabistes et coupeur-de-têtes), ses agents/coreligionnaires juifs de confiance siégeant dans les gouvernements occidentaux (Nicolas Sarkosy / BHL / François Hollande / David Cameron / Hillary Clinton)].
_______________________________________________
e- le pouvoir financier juif, qui ironiquement mobilise le « nerf de la guerre » en puisant dans les budgets des états/proxies. Même dans la conjoncture catastrophique de crise économique mondiale (austérité et chômage pour les Goyim !), les « alliés » continuent à s’endetter au près des banquiers talmudes pour faire les guerres des Rothschild.
f- le monopole des médias, qui inondent l’opinion de propagande, de mensonges, d’analyses tordues, de rumeurs, d’oxymores, d’intox. La situation réelle de l’Afrique est occultée intentionnellement bien sûr et présentée uniquement dans le contexte de campagnes d’assistance, d’aide (sic) et de bénévolat des ONG (USAID, ONU, UNESCO). La charité sert à atténuer tout sentiment de culpabilité chez les Goyim qui est astreint  au seul respect/adoration de la Shoah. L’annonce « d’aide à l’Afrique » sert à dissimuler une réalité scandaleuse, à anesthésier l’opinion publique internationale dont la pitié sert à le distancer du drame africain orchestré par les enfants de Satan. La couverture d’élections locales subventionne le mythe de la démocratie dans les états contrôlés par les juifs et leurs agents.
g- les académiciens et scientifiques, avec de préférence des anthropologues juifs qui jouent le rôle d’éclaireurs. A l’image de leurs précurseurs, Charles de Foucauld et le rabbin marocain  Mardochée Abi serour (de l’Alliance Israélite), ils sillonnent l’Afrique pour récolter des données et classer les informations que les experts du Mossad analysent dans le but de répertorier les zones sensibles, les points faibles du pays, le potentiel de conflit interne, les paramètres sociaux/politiques/économiques sur lesquels des efforts sont concentrés pour les affecter et permettre le lancement d’une opération de subversion. La technique est résumée dans le document « Armes silencieuses pour guerres tranquilles » (Lien !!)
Sur les pas de leurs coreligionnaires,  Ray Bush et Jeremy Keenan, deux talmudipèdes, se distinguent par leur travail d’anthropologue traitant de la région Afrique du Nord / Sahel. Leurs nombreux travaux, libellés « recherche scientifique », sont publiées depuis des décennies, signalant l’intérêt porté par la juiverie internationale à cette région et explique l’extravagance des  moyens matériels/humains investis pour récolter et contrôler les statistiques pertinentes permettant une revue détaillée de la situation. L’information est recyclée en logistique du renseignement autorisant la poursuite de la subversion. Rien à voir avec la connaissance ou le savoir.
Ray Bush se distingue par le rôle important qu’il occupe dans la vulgarisation de la mondialisation (Nouvel ordre mondial Juif) et sa prédation de l’Afrique. Il préside/participe à un nombre éloquent de commissions, groupes de travail (des algériens et des musulmans naifs sont employés pour affiner les études), occupés à brasser les données stratégiques servant à quadriller /contrôler les pays ciblés.
 Jeremy Keenan a été parachuté au Sahel pour y étudier dans le détail les ethnies présentes, particulièrement lesTouaregs. La composition politique des pays se métamorphosant, il s’est également tourné vers les groupes terroristes et de bandits. La situation sociale, économique, politique, religieuse, dans ces pays, évoluant sans cesse, il est devenu témoin privilégié des changements. Son expérience aidant et usant de sa réputation, il vire soudainement dans le journalisme militant et participe à la campagne de dénigrement de l’Algérie se réclamant des droits des minorités(Touaregs) et de la démocratie. Il publie un livre que les média juifs ont vite fait de tourner en best seller « The Dark Sahara: America’s War on Terror in Africa », dans lequel il accuse l’Algérie et le DRS, en complicité avec Georges Bush Jr, d’être les sponsors du terrorisme dans la Sahel ! Georges Bush, depuis 2001, a été le parrain de Ben Ladden et de ses accolytes, une vieille histoire dans les annales de la « Guerre contre l’Axe du Mal », qui paraphrase la tactique de la « promotion du terrorisme comme prétexte à l’intervention militaire des forces du Nouvel Ordre Mondial Juif ». Pendant près de quarante ans Keenan a donc réuni un volume important de données au contenu riche et diversifié, puis s’est brusquement détourné de sa mission en devenant un agent de propagande. Qui autre que la Kosher Nostra/Mossad aurait pu louer ses services, et lui assurer une ouverture vers les mass-média et l’édition, et bien sûr l’aissance financière ? Un observateur de la scène africaine, Thomas Miles, écrit à propos de Keenan :
-«Mort et carrière dans le « Dark » Sahara: Le triste sort de Jeremy Keenan» 
 -«Keenan n’a peur de rien. Il a une réponse à toutes les questions, un méchant, un méchant garçon seul est derrière tous les désordres et souffrances(Georges Bush). La rigueur scientifique et tout sens critique sont chez lui mis de côté. Étrange le statut de Keenan – il est « chercheur associé professoral en anthropologie », qui ne donne aucun cours et ne publie aucun travaux d’érudition – à l’école des études orientales et africaines. Malgré tout l’Université de Londres semble donner suffisamment de poids à ses œuvres, qui sont publiées chez les éditeurs autrement renommés. Al Jazeera a diffusé un certain nombre de ses travaux, mais a, à un certain point à la mi-2011, judicieusement déplacé sa participation de la rubrique « Information » à celle de « Opinion ». Les gens qui ne connaissent pas bien le nord du Mali seraient très mal servis par la lecture d’articles de plus en plus étranges. Keenan était autrefois un érudit d’une certaine envergure. Son livre de 1977, reste le meilleur texte en langue anglaise sur les Touareg du Hoggar- sud, Algérie. Mais au cours de ces dernières décennies ( une ou deux), ses écrits sont descendus dans la chape.»
_______________________________________
[ Note : Comme le résume si bien Henri Makow, dans (traduction)  » Kabbaliste destruction : la doctrine derrière les guerres « , l’auteur cite  «la doctrine kabbaliste de destruction fournit une clé pour comprendre les événements mondiaux. Selon la Kabbale, qui est la doctrine secrète du judaïsme et de la franc-maçonnerie, «le Mal» et la catastrophe [sont] des facteurs endémiques dans le processus de création. Sans le Mal, il ne peut y avoir de Bien; sans destruction, la création ne pourrait avoir lieu.» (Kabbale: Une Introduction à la mystique juive, par Byron L. Sherwin, p 72.).] ___________________________________________________________________
Documentation :
Une multitude de sources fiables traite du paradigme israélo-africain. Citons une:
-(Traduit) «L’infestation sioniste de l’Afrique Revue: plus les détails émergent, et plus des démons surgissent» ( Lien : Maskofzion.com). L’auteur, Jonathan Azaziah, répertorie dans le détail les manœuvres destructives du machiavélisme juif contre les pays africains. Pays par pays, il dévoile l’étendue du pillage et des méfaits causés par la convoitise des talmudipèdes. Certaines de ses observations sur le rôle historique de dirigeants politiques arabes sont discutables, mais la teneur et la pertinence du volume de données publiés met à nu les objectifs géostratégiques de l’élite du « peuple élu et éternellement persécuté », à leur tête les banksters.
– Ou pour exposer de manière irréfutable la monstruosité juive reprendre de nombreux articles de la propagande israélienne  »       http://www.ynetnews.com » , et constater de la bouche même des criminels, l’étendue du complot drapé dans les tromperies de coopération technologique et d’aide humanitaire,
– Ou encore les articles « scientifiques » sur  » http://www.greenprophet.com/ », traitant de la protection de l’environnement.
Les manœuvres juives en Afrique mobilisent les moyens et les ressources d’une entreprise néo-impériale, en ce 21-me siècle. Elles n’ont jamais été en volume et intensité aussi importantes, et couvrent simultanément l’étendue géographique du continent.
 Ceci démontre, à l’instar du pillage (esclavage et ressources) qu’ils ont organisé et géré durant l’ère du colonialisme européen (lors de la découverte du Nouveau Monde) que les banquiers talmudes convoitent à nouveau le continent de manière plus radicale et avec des moyens plus meurtriers.
 Les ambitions coloniales et hégémoniques juives en Afrique, en trois étapes :
– le génocide programmé, résultant de la guerre civile, de la famine, de l’inoculation de maladies via la vaccination obligatoire, et   l’oppression sanglante aux mains des tyrans/dictateurs locaux,
– le pillage légalisé et à ciel ouvert, avec la complicité de leurs nouveaux esclaves…les politiques en charge des états !
– finaliser l’établissement de la dictature planétaire.
__________________________________________________
[ – Note :L’exemple du Mali est significatif : « Le Mali est l’un des plus gros producteurs d’or du monde. Avec le Ghana, son voisin, ils comptent pour 7 à 8% de la production d’or mondiale. Cela en fait une riche prise de guerre pour les pays qui ont désespérément besoin d’or physique. Donc, même si l’Allemagne a commencé à réclamer la restitution de son or à la Banque de France et à la Réserve Fédérale de New York, la France (aidée par les Etats-Unis) a décidé d’envahir le Mali pour combattre les « Islamistes » travaillant pour « al-Qaïda ». Bien sûr, les « Islamistes » sont devenus l’étiquette fourre-tout pour les gens qui doivent être tués afin de les ôter du chemin vers les richesses, et les gens qui sont bombardés par la France (aidée par les Etats-Unis) ne sont pas « al-Qaïda » mais des Touaregs qui ont combattu pour leur indépendance pendant 150 ans, bien avant que la CIA ait créé « al-Qaïda ». Livrés à eux-mêmes, les Touaregs pourraient vendre l’or à qui ils voudraient au prix qu’ils demanderaient, et à ce moment précis la Chine peut surenchérir sur la France et les Etats-Unis.»
____________________________________________
 – Note importante : (un dernier motif à développer et à élucider)
Selon l’astrophysicien Piers Corbyn appuyant de nombreux experts de la science du climat  «Telle que les chiffres l’indiquent, la température mondiale est en déclin», affirme-t-il.
Il traite également «des faits et des mythes liés au changement climatique, et ce qu’on appelle la fonte des glaces dans l’Arctique.»
«(A propos) Des partisans du « réchauffement » à la BBC. Comment peut-on parler de l’Arctique pour appuyer le délire de la théorie du réchauffement climatique», a-t-il déclaré. «Ils disent ça plutôt que de parler de la météo réelle que les gens subissent, en effet ce que les gens ont vécu en Grande-Bretagne et l’Irlande, est le contraire (lire un refroidissement).»«Nous passons vers un petit âge glacial».
Le phénomène de glaciation enregistré durant ces quatre dernières années explique les manœuvres des pays de l’hémisphère nord et principales puissances économiques et militaires européennes de l’EU qui peuvent avoir secrètement décidé l’appropriation de terres africaines pour combler leur déficit en terres cultivables, car de grandes territoires risquent d’être prochainement gelés entrainant un déclin de la production agricole/alimentaire. Une piste à suivre.
______________________________________________

Un Site  dont un  article intitulé «Agriculture and Water Connect Israel to Africa» expose de manière alarmante la stratégie coloniale d’Israël dirigée contre les pays africains (au nombre de 44 !). Elle se met en place selon la devise talmude du MOSSAD, « Par la tromperie, tu feras la guerre  » !

La liste des pays victimes de cette guerre/tromperie s’allonge d’année en année.
-Des pays comme l’Egypte, qui récolte le fruit de son option islam-mimique devrait s’inquiéter des accords contractés par Israël et les voisins du Sud (Éthiopie, Ouganda, Sud-Soudan), et balayer au plus vite la place Ettahrir  pour aborder des choses plus sérieuses et faire face à l’offensive israélienne de l’eau.
-Le génocide au Ruanda (avec la complicité des juifs de France); la guerre civile au Zaire (encore et toujours); la Somalie; l’Ouganda; le Kenya; l’Éthiopie; le Ghana; la Côte d’Ivoire (Sarkosy y impose Lahcen Ouatara marié à une juive), la Tanzanie, etc… La liste ne cesse de s’allonger. Le sionisme/talmudisme prospère et s’accapare des richesses là où la misère humaine est apocalyptique, le désordre économique et politique « institutionnalisé », et la population accablée de tous les maux (maladies, analphabétisme, pauvreté extrême, guerres programmées).
L’Afrique subit donc une offensive généralisée menée par la juiverie internationale représentée par Israél et ses services  (MOSSAD, diplomates, firmes ). Offensive brisant les frontières, les états, et les religions, dans le but de conforter les intérêts de la Kosher Nostra (à leur tête les banquiers), puis de prendre en charge les destinés des nations. Ses agents, hommes d’affaires, escrocs condamnés dans leur pays d’origine, juifs locaux, espions, épouses juives d’hommes politiques africains, sont « accompagnés » dans tous les pays africains possédant des matières premières exploitables à haute valeur commerciale ou stratégique. L’or, le pétrole, le gaz naturel, l’uranium, les pierres précieuses, l’eau (Du Nil), pratiquement tout ce qui peut alimenter, sans jamais assouvir, l’insatiable parasitisme juif.  Le trafic d’organes et d’enfants (fête juive du Purim) est un autre volet de la bestialité juive !  Sous prétexte de coopération et de projets de développement extravagants la Kosher Nostra se saisit en contre partie de toutes les ressources du continent, sous l’œil d’une population hébétée par la famine, la misère programmée, et les guerres civiles fratricides. Les millions de victimes font l’objet d’annonces laconiques des chaines de TV qui inondent la planète d’information modulée en outils de désensibilisation humaine grâce à l’effet d’accoutumance passive qu’elles distillent dans le conscient collectif et individuel. La classe dirigeante locale des parasites, entretient ces fléaux pour sauvegarder leur statut et mériter un siège aux réunions mondaines et cosmopolites des ex-métropoles. Rencontres spéciales tenues par leurs ‘Très chers Frères » des cercles maçonniques de Paris, Londres et Bruxelles.
 Jamais injustice n’a atteint un tel stade et ne s’est généralisée à une telle échelle, depuis le début de la Création.
Ce désastre humain est naturellement le fruit des manigances des « éternels conspirateurs » et « Enfants de Satan » qui chuchotent entre eux leur connivence dans l’anéantissement par le génocide des goyim à la peau noire à qui ils ne reconnaissent aucun caractère humain, et ni à leur race, assimilée à celle des « ânes et bêtes de somme » ! (Le Talmude, livre « sacré » des rabbins).
Un autre volet de la colonisation
C’est l’infiltration religieuse par la reconnaissance de « tribus juives pratiquant le Judaïsme« .
Cette prospection de communautés locales se réclamant du judaïsme en vue de leur intégration dans la Diaspora, est un autre leurre et une ruse cette fois religieuse. Les africains naïfs pris dans le piège de la perfidie des maitres de l’intrigue s’aventurent dans l’Enfer des démons de Sion et découvrent la vraie nature du sionisme.
-«Des millions d’Africains se considèrent comme juifs», titre le site israélien « ynetnews » !
De la parole aux actes, il faut franchir l’abyme du mensonge. En Israël, la vérité est autre : la Diaspora africaine égarée subit un racisme officiel institutionnalisé !
La discrimination envers les nouveaux immigrés de couleur est rampante au plus haut niveau, naturellement par les sionistes de race blanche! En Israël les juifs de couleur sont exclus et traité de reclus dans une société ivre de suprématisme raciale. Les Israéliens aiment leurs cousins lointains, mais uniquement pour le service qu’ils rendent au gouvernement Talmude mondial. Les crypto juifs et leur complices locaux noyautent les institutions du pays, plongent l’économie dans l’abime de la dette, officialise la corruption et le pillage, livrent le pays au diktat impitoyable des banksters et des firmes juives, et servent le « diviser pour régner » en aggravant les différences religieuses qui alimentent la guerre civile. Pour eux l’Alya (voir Loi du retour) est un lointain mirage qu’ils poursuivent sans succès. Cette marée noire menace la blancheur talmude des Ashkenazis de Tel Aviv et le risque de dégradation raciale du Peuple Élu inquiète les israéliens. Leur racisme ancestral latent est reflété dans leur obsession avec « les gènes et l’hérédité ». Seule solution à leur angoisse : la répression et les lois incontournables votées à l’origine contre les Palestiniens, pour dissuader ces juifs noirs qui rêvaient du « pays du lait et du miel ». Finie leur judaïté retrouvée, ils ne sont aujourd’hui qu’africains clandestins et indésirables.
( Israël ne veut plus d’Africains ) : «C’est la grande préoccupation du moment en Israël. Il ne s’agit pourtant ni de la menace iranienne encore moins du renoncement de l’Autorité palestinienne à réclamer un État à l’ONU, mais bien du nombre grandissant de clandestins africains présents dans le pays. D’après le ministère israélien de l’Intérieur, ils sont 62 000 « infiltrés » (terme tout d’abord utilisé par Israël pour désigner les terroristes palestiniens, NDLR) à être illégalement entrés en territoire israélien par le biais du Sinaï égyptien.».. . « Ainsi, depuis la création de l’État, seuls 160 Africains ont obtenu le statut de réfugié.»
(Noirs, juifs et israéliens) . L’expérience de l’Alya, par Joseph Algazy :
«La couleur noire de leur peau, les préjugés qui en résultent, et le doute que nourrit l’establishment religieux quant à leur judéité sont à l’origine des calamités qui les frappent collectivement et individuellement : racisme, discrimination, isolement et misère.»
«Le doute sur leur judéité repose sur le fait que les juifs d’Ethiopie ont été durant des siècles coupés des autres communautés juives ; que leur foi est basée sur la loi écrite et qu’ils ignorent la tradition orale (Le Talmude !) ; et que certains de leurs rites religieux diffèrent de ceux pratiqués par l’orthodoxie juive dominante. Pour cette raison, l’establishment religieux les contraint à subir un rituel de conversion humiliant, sous peine de rencontrer d’énormes difficultés en ce qui concerne, entre autres, leurs droits matrimoniaux ou le statut légal de leurs enfants.»
_________________________________________________
Confirmation de l’Indice n° 1 :
La subversion juive/sioniste en Afrique et ses opérations de déstabilisation à grande échelle perpétrées contre au moins 44 pays, laisse des traces partout. Ces « empreintes digitales » permettent de pointer le doigt, de manière irréfutable, vers le commanditaire de la prise d’otages et la tentative de sabotage du centre gazier d’In Amenas/Tigourine. Il se doit d’être le MOSSAD, seul à posséder les moyens permettant de coordonner et gérer une entreprise aussi complexe et engageant autant d’acteurs. En cas de réussite, il aurait été le premier bénéficiaire de l’opération.
-Les hommes de paille : Les parties impliquées dans cette opération comme exécutants de second rang. Des mercenaires sans foi ni loi, ceux que les Américains nomment « Patsies« , encadrés, armés, transportés et affectés par l’Otan et ses alliés arabes sous fifres du sionisme/talmudisme international,.
-Maillons intermédiaires inférieurs : le Qatar, la Libye, la Turquie, les pays du Golf.
-Rang hiérarchique supérieur : les proxies, Otan et gouvernements occidentaux, tous infiltrés et contrôlés par les « Enfants élus » de….Lucifer.
Dans la 2éme partie, je soumettrais d’autres appréciations qui confirmeront la thèse de la culpabilité entière des talmudipèdes juifs et de leurs renseignements/services d’espionnage, le Mossad et ses succursales des services secrets occidentaux américains et européens. « Une guerre du Gaz » planétaire bat son plein depuis des années, mais l’émergence d’Israël comme futur pays producteur bouleversera le marché international en général et celui lié à l’Europe. À l’image de l’uranium, l’entité sioniste terroriste ne manquera pas de transformer cette ressource bienfaitrice en une arme de destruction massive, ciblant cette fois l’économie des producteurs déjà présents. Comment ? Nous le verrons prochainement.

SOURCE :   http://reflexionsetcommentaires.blogspot.com/


Publicités