Confessions d’un espion britannique et l’hostilité britannique contre l’islam – 7eme et Derniere partie

ALBION XXX

Partie 7 et dernière partie

MON GRAIN DE SEL :

 Dans cette dernière partie nous verrons la suite des différents plans prévu par la couronne Britannique. Pour la destruction de l’Islam dans sa totalité.

Mais ALLAH (swt) nous informe à ce sujet, qu’à chaque fois que les mécréants échafaudent des plans pour nuire à l’Islam. Il leur dresse des obstacles.

Raison pour laquelle, malgré les dissensions  existante, l’ISLAM est toujours debout et plus vaillant que jamais.

 GLOIRE A ALLAH (swt)

Publié par  :  KAM

=================================================

Ayant pu bénéficié du premier secret, je me demandais quel pouvait bien être le second.

Finalement un jour le secrétaire me révéla le second secret qu’il m’avait promis.

Le second  secret était un projet de cinquante pages préparé pour les officiers haut-gradés du Ministère pour réduire complètement à néant l’Islam dans un délai d’un siècle. Le projet contenait 40 articles. Le projet était surveillé de près de peur qu’il arrive entre les mains des musulmans. Les articles du projet sont les suivants:

 

1-Nous devons former une alliance bien établie et un accord d’aide mutuelle avec le Tsar russe afin d’envahir Bukhaara, le Taajikistaan, l’Arménie, Khorasan et leur voisinage. De plus, un accord fiable doit être établi avec les Russes afin d’envahir leur voisine, La Turquie.

2- Nous devons établir une coopération avec la France pour la démolition du monde

islamique de l’intérieur et de l’extérieur.

 

3- Nous devons répandre de très ardentes disputes et controverses entre les gouvernements turc et iranien et accentuer les sentiments nationalistes et racistes dans les deux parties. En plus de cela, il doit être fait en sorte que toutes les tribus musulmanes, les nations et les pays voisins les uns des autres, se remontent les uns contre les autres. Toutes les sectes religieuses, y compris celles qui n’existent plus, doivent être revivifiées et doivent devenir ennemies.

 

4- Certaines parties des pays musulmans doivent être remises à des communautés non

musulmanes. Par exemple, Médine doit être donnée aux juifs, Alexandrie aux chrétiens,

Imaara aux Saaiba, Kermanshah au groupe des Nusayriya, qui ont divinisé ‘Aliyy, Mousul aux Yazeedees, le golfe iranien aux Hindous, Tripoli aux Druzes, Kars aux Alawees, et Mascate au groupe Khaarijee. La prochaine étape serait d’armer ces groupes afin que chacun d’eux soit une épine dans le corps de l’Islam. Leurs terres doivent être élargies jusqu’à ce que l’islam s’écroule et périsse.

 

5- Un plan doit être élaboré pour diviser de la plus petite manière qu’il soit, les États

Musulmans et l’État Ottoman, en États locaux qui seront toujours en différends les uns les autres. L’exemple de cette situation est l’Inde d’aujourd’hui parce que la théorie suivante est connue: « Brisez, et vous dominerez », et « Brisez, et vous pourrez détruire ».

 

6- Il est nécessaire de corrompre (adultérer) l’essence de l’islam en y ajoutant des religions intercalaires et des sectes, et avec cela, nous devons pouvoir diviser d’une manière subtile l’islam en insinuant que les religions que nous inventons devraient être compatibles avec les penchants voluptueux et les aspirations des gens parmi lesquels on les répartira. Nous inventerons 4 différentes religions dans les pays chiites:

 

1)   Un religion qui divinise Hussayn

2)  Une religion qui divinise Ja’far Saadiq

3)  Une religion qui divinise le Mahdi

4)  Une religion qui divinise ‘Aliyy Ridaa

 

La première convient à Kerbelaa, la deuxième pour Ispahan, la troisième pour Samarra, et la quatrième pour Khoraasaan. Pendant ce temps là, nous devrons dégénérer les quatres madh-habs sunnites existant en quatre religions. Après avoir réalisé cela, nous devrons établir une toute nouvelle secte islamique dans le Najd, et ensuite susciter des querelles sanglantes parmi tout ces groupes. Nous anéantirons les livres appartenant aux quatre madh-habs, afin que chacun de ces groupes se considère comme le seul groupe musulman qui soit et qu’ils considèrent les autres groupes comme des hérétiques qui doivent être tués.

 

7- Les graines du mal et de la méchanceté, comme la fornication, la pédérastie, les boissons alcooliques et les jeux d’argent, seront diffusés parmi les musulmans. Les non musulmans vivants dans les pays concernés seront utilisés afin de remplir cette finalité.

Une immense armée de gens de la sorte est en réquisition pour remplir cette mission.

 

8- Nous ne devrions fournir aucun effort pour former et instruire les violents chefs et les

commandants cruels dans les pays musulmans, afin de leur faire prendre le pouvoir et

leur faire voter des lois interdisant l’obéissance à la sharii’a (lois religieuses). Nous devrions les utiliser jusqu’à ce qu’ils soient assez serviles pour accomplir tout ce que le Ministère (du Commonwealth) leur demande de faire, et vice versa. Par leur intermédiaire, nous devrions être capables d’imposer notre volonté aux musulmans et aux pays musulmans en mettant en vigueur ces lois. Nous devrions établir un mode de vie social, une ambiance où le fait d’obéir à la charii’a sera vu comme une culpabilité et le fait d’accomplir les rituels et cultes sera considéré comme un acte de régression. Nous devrions duper les musulmans en élisant leurs chefs gouvernementaux parmi les non musulmans. Afin de pouvoir réaliser cela, nous devrons déguiser certains de nos agents comme ceux des autorités islamiques et leur donner de hauts postes pour qu’ils puissent exécuter nos souhaits.

 

9- Faîtes tout votre possible pour empêcher l’apprentissage de la langue arabe.

Populariser des langues autres que l’arabe, comme le persan, le kurd, et le Pushtu (Pashto). Raviver les langues étrangères dans les pays arabes et populariser les dialectes locaux afin de réduire à néant la littérature, l’éloquence de l’arabe, qui est la langue du Qour’an et de la sunna.

 

10- En plaçant nos hommes autour des hommes d’État, nous devrions petit à petit en faire leur secrétaires et par leur intermédiaire nous devrions pouvoir exécuter les volontés du Ministère. La manière la plus facile pour pouvoir remplir cette mission est le commerce de l’esclavage: avant tout nous devons convenablement former les espions que nous sommes afin d’envoyer en avant certains d’eux en tant qu’esclaves et concubines.

Ensuite, nous devons les vendre aux relations proches des hommes d’État, par exemple, à leurs enfants ou leurs femmes, ou à ceux qui sont aimés ou respectés par eux. Après que nous les ayons vendu, ces esclaves se rapprocheront petit à petit des hommes d’État. En devenant leurs mères et leurs gouvernantes, ils encercleront les hommes d’État comme un bracelet au poignet.

 

11- Les endroits missionnaires doivent être élargis afin de pénétrer toutes les classes sociales et professions, plus particulièrement dans les professions telle que la médecine, l’ingénierie, et la comptabilité. Nous devons ouvrir des centres de propagande et de publication sous le nom d’église, d’écoles, d’hôpitaux, de bibliothèques et d’institutions de charité dans les pays musulmans et les répandre un peu partout. Nous devons distribuer gratuitement des millions de livres chrétiens. Nous devons publier l’histoire chrétienne et la loi intergouvernementale à côté de l’histoire islamique. Nous devons déguiser nos espions en moines et religieuses et les placer dans des églises et monastères. Nous devons les utiliser comme les « leaders » des mouvements chrétiens. En même temps, ces espions feront le diagnostic de tous les mouvements et tendances existant dans le monde musulman et ils nous rapporteront instantanément ces informations. Nous devrons instituer une armée de chrétiens qui, sous les soit distantes fonctions de « professeur », « scientifique », et « chercheur », déformeront et saliront l’histoire musulmane, apprendront toutes les vérités sur les manières des musulmans, leur comportement, et leurs principes religieux, et ensuite ils détruiront tous leurs livres et éradiqueront les enseignements islamiques.

 

12- Nous devons embrouiller les esprits des jeunes musulmans, qu’ils soient garçons ou filles, et provoquer chez eux des doutes et des hésitations sur l’islam. Nous devons complètement les éloigner des valeurs morales en utilisant les livres, les magazines (de clubs de sports, des publications, de films, de télévision) et nos propres agents formés pour ce but. Il est une nécessité d’ouvrir des sociétés clandestines afin d’instruire et former les juifs, les chrétiens, et les autres non musulmans jeunes et de les utiliser comme un leurre pour piéger les jeunes musulmans.

 

13- Les guerres civiles et les insurrections doivent être provoquées; les musulmans doivent toujours lutter entre eux de même contre les non musulmans afin que leurs énergies soient dépensées et que l’amélioration en ce qui les concerne et l’unité leur soient impossibles. Leurs dynamismes mentaux et leurs sources financières doivent disparaître. La jeunesse et les gens actifs parmi eux doivent être abandonnés. Leurs ordres doivent n’être que terreur et anarchie.

 

14- Leur économie doit être partout détruite, leurs sources de revenus et les surfaces agricoles doivent être gâchées, leurs chaines d’irrigation en eau et leurs lignes de navigation doivent être dévastées et les rivières asséchées. Les gens doivent être poussés à haïr l’accomplissement des prières et le travail, et la paresse doit être le plus possiblement et le plus largement répandue. Des parcs à jeux doivent être créées pour les gens paresseux. L’usage de l’alcool et les narcotiques (drogues) doit devenir ordinaire.

[ Les articles que nous avons cité avant ont été expliqué très clairement à l’aide de plans, de photos et de graphiques]. J’ai remercié le secrétaire de m’avoir donné une copie de ce document magnifique. Après être resté un mois à Londres, j’avais reçu un message du Ministère m’ordonnant d’aller en Irak afin de revoir Mohammed du Najd. Alors que je m’apprêtait à exécuter ma mission, le secrétaire m’avait dit,

« Ne soyez jamais négligent avec Mohammed du Najd! D’après ce que contiennent les rapports envoyés par nos espions jusqu’à maintenant, Mohammed du Najd est l’imbécile même qui convient à la réalisation de nos plans. Parlez franchement à Mohammed du Najd. Nos agents lui ont parlé franchement à Ispahan, et il accepta nos volontés sur conditions. Les conditions qu’il avait posé étaient les suivantes: il serait supporté avec l’argent et les armes nécessaires pour qu’il puisse se protéger lui-même contre les États et les savants qui l’attaqueront certainement à l’annonce de ses idées et ses opinions. Une principauté sera établie dans son pays, et cela même si elle est petite. Le Ministère a accepté ces conditions ».

Je me sentais voler de joie lorsque j’avais entendu ces nouvelles. J’ai demandé au secrétaire ce que j’étais supposé faire face à cette situation. Sa réponse fut, « Le ministère a tramé un projet concernant Mohammed du Najd qui doit être poursuivi ainsi:

 

« 1- Il doit déclarer tous les musulmans comme étant des mécréants et annoncer qu’il est permis (halal) de les tuer, de saisir leurs biens, de violer leur chasteté, de faire de leurs hommes des esclaves et de leurs femmes des concubines et de les vendre dans les marchés en tant qu’esclaves.

 

« 2- Il faut qu’il déclaree que la ka’ba est une idole et par conséquent elle doit être démolit.Afin de faire abandonner le rituel du pèlerinage (hajj), il doit pousser les tribus à braquer les groupes de pèlerins, de les dépouiller de leurs biens et de les tuer.

 

« 3- Il faut faire en sorte qu’il s’efforce de dissuader les musulmans d’obéir au khalife. Il doit être incité à les pousser à se révolter contre ce dernier, et à préparer une armée pour ce faire. Il doit exploiter toute opportunité de répandre la conviction qu’il est nécessaire de se battre contre les notables du Hedjaz et de jeter le déshonneur sur eux.

 

« 4- On doit le faire prétendre que les mausolées, les dômes (coupoles) et les endroits saints dans les pays musulmans sont des idoles et des endroit polythéistes et doivent donc être démolis. Il doit être incité à faire de son mieux pour, en toute occasion, insulter le prophète Mohammed, ses khaliifas, et tous les savants proéminents des madhaahibs.

 

« 5- Il doit être poussé à faire de son mieux pour encourager les insurrections, les oppressions, et l’anarchie dans les pays musulmans

 

« 6- On doit lui faire essayer de publier une copie du Qour’an interpolée avec des rajouts et des suppressions de versets, comme c’est le cas pour les hadith.

Après m’avoir expliqué le projet en 6 paragraphes, le secrétaire rajouta, « Ne paniquez pas à ce stade du programme, parce que notre devoir est de semer les graines de la disparition de l’islam. Des générations viendront pour compléter ce travail. Une habitude a été prise par le gouvernement britannique, qui est celle d’être patient et d’avancer pas à pas. Le prophète Mohammed, l’acteur de la grande et déroutante révolution islamique, n’était-il pas un être humain après tout? Et notre Mohammed du najd a promis d’accomplir notre révolution comme son prophète ».

Deux jours plu tard, j’ai eu la permission du Ministre et du secrétaire, de dire au revoir à ma famille et mes amis, et je me suis mis en route pour Basraa. Lorsque je quittais ma maison, mon petit garçon m’a dit: « Reviens très bientôt papa! » Mes yeux s’humidifiaient.

Je n’arrivais pas à dissimuler ma tristesse devant ma femme. Après une journée fatigante, j’arrivai à Basra au court de la nuit. Je me suis rendu chez ‘Abd-ur-Ridaa. Il était endormi, mais il était très content lorsqu’il se réveilla et qu’il me vit. Il m’a offert une chaleureuse hospitalité, et j’ai passé la nuit chez lui. Au matin, il m’a dit: « Mohammed du Najd m’a rendu visite, a laissé cette lettre pour toi, et s’en alla ». J’ai ouvert la lettre. Il y disait qu’il se rendait dans son pays, le Najd, et m’ avait écrit son adresse. Je me suis donc aussi mis en route pour le Najd. Après une journée extrêmement onéreuse j’y étais arrivé. J’y ai trouvé Mohammed du Najd chez lui. Il avait perdu beaucoup de poids, mais je ne lui ai rien dit concernant cela. Par la suite, j’ai appris qu’il s’était marié.

Nous avions décidé ensemble qu’il devait dire aux gens que j’étais son esclave et que j’étais revenu de l’endroit où il m’avait envoyé. Et par la suite, il me présenta auprès des gens ainsi.

Je suis resté auprès de Mohammed du Najd pendant deux ans. Nous avions établi un programme pour promouvoir ses idées. Finalement, j’ai fomenté sa résolution en 1143 de l’ère hégirienne [1730 du calendrier grégorien]. Donc en rassemblant des partisans autour de lui, il insinua ses idées en faisant des déclarations cachées (secrètes) à ceux qui étaient en ce moment très proches de lui. Ensuite, de jour en jour, il développait ses idées.

Je lui ai attribué des gardes que j’ai placé autour de sa personne afin de le protéger contre ses ennemis, et je leur ai donné tous les biens et l’argent qu’ils voulaient. A chaque fois que les ennemis de Mohammed du Najd voulaient l’attaquer, je les inspirais et les encourageais. De la même façon que ses idées devinrent très répandues, ses adversaires aussi. De temps en temps, il était tenté d’abandonner ses idées et sa doctrine, tout particulièrement quand il était accablé par la multitude des attaques à son encontre, mais je ne l’ai jamais laissé seul et je l’ai toujours encouragé. Je lui disait, « Oh Mohammed, le prophète a enduré beaucoup plus de persécutions que celles que tu as pu rencontré jusqu’ici. Tu sais que c’est un moyen d’obtenir l’honneur. Comme tout autre révolutionnaire tu dois supporter certaines difficultés! ».

L’attaque ennemie devenait possible à tout moment. J’avais donc engagé des espions pour épier les adversaires de Mohammed du Najd. A chaque fois que ses ennemis avaient l’intention de l’attaquer, les espions me révélaient leurs intentions et je pouvais à l’avance neutraliser leurs attaques à venir. Une fois, on m’a informé que ses ennemis avaient l’intention de le tuer. J’ai alors pris immédiatement toutes les précautions pour déjouer leur plans. Quand les gens (autour de Mohammed du Najd) ont pris connaissance du plan de leurs ennemis, ils ont commencé à les détester de plus en plus. Ils étaient tombés dans le piège qu’ils avaient eux-même préparé.

Mohammed du Najd m’avait promis qu’il exécuterait tous les six articles du projet et il ajouta, « En ce moment, je ne peux les exécuter qu’en partie ». Il avait raison dans ses paroles. A cette époque il était impossible pour lui de mettre à exécution tous ces articles.

Il pensait que c’était impossible de faire démolir la Ka’ba, et abandonna l’idée de faire d’annoncer aux gens que la Ka’ba est une idole. De plus, il refusa de publier une version interpolée du Qour’an. La plupart de ses peurs étaient dues aux Shereef de la Mecque et au gouvernement à Istanbul. Il m’a dit, « Si on fait ces deux annonces nous serions attaqués par une armée très puissante ». J’ai accepté cette excuse, parce qu’il avait raison. Les considérations n’étaient pas si favorables que ça.

Deux ans plu tard le ministère du Commonwealth avait réussi à persuader Mohammed bin Su’ood, the Ameer of Der’iyya, à rejoindre nos rangs. Ils m’avaient envoyé un messager pour m’informer de cela et afin d’établir une affection mutuelle et une coopération entre les deux Mohammed. Afin de gagner les cœurs est la confiance des musulmans, nous avons exploité notre Mohamme du Najd religieusement, et Mohammed bin Su’ood politiquement.

Le fait que les États fondés sur la religion vivent plus longtemps et ont été plus puissants et imposants, est une vérité historique.

Donc nous sommes devenus de plus en plus puissants. Nous avons fait de la ville de Der’iyya notre capitale, et nous avons nommé notre nouvelle religion la religion Wahhabi.

Le ministère supporta et renforça le gouvernement wahhabite de manière clandestine. Le nouveau gouvernement acheta onze officiers britanniques, très doués en langue arabe et en guerre du désert, en tant qu’esclaves. Nous avons préparé nos plans en coopération avec ces officiers. Les deux Mohammed suivirent le chemin que nous leur avions montré, et quand nous ne recevions aucun ordre du ministère nous prenions nos propres décisions.

Nous nous sommes tous mariés avec des femmes venant de tribus. Nous apprécions le plaisir de la dévotion qu’une femme musulmane pouvait avoir pour son mari. Et par ce biais, nous entretenions de solides relations avec les tribus environnantes. Tout allait bien à ce stade. Notre centralisation devenait de plus en plus robuste chaque jour. Mis à part, si une catastrophe inattendue pouvait apparaître, nous mangerions le fruit que nous avons préparé, parce que nous avons fait tout ce qui était nécessaire pour et avons semé les graines.

Continuation of Memoirs Of Mr. Hempher, The British Spy To The Middle East

(veuillez m’informer de fautes éventuelles de frappes, ortho ou

gram…Tks)…

En anglais:

http://www.sunna.info/antiwahabies/wahhabies/htm/spy1.htm

http://www.sunna.info/antiwahabies/wahhabies/htm/spy2.htm

FIN