Les visages mal cachés de l’«Israélafrique»

AIGLE

MON GRAIN DE SEL :

L’état voyou du moyen orient, sort de son isolement Africain.

Faudrait-il s’en étonner ? Non.                                                                                                                                        Faudrait il s’en offusquer ? Non. 

Vous vous demandez pourquoi ?

Et bien, lorsque les principaux concernés, c’est à dire les pays Arabes. Ont repris langue avec cet état maudit, que devraient faire les pays Africains d’après vous. Les états Africains qui ont mis de coté Israël, l’on fait par solidarité avec les pays Arabes. Mais il se trouve que ces pays là, la plus part d’entre eux du moins, ont des accointances avec l’état hébreu. Et certains même, ont noué des relations avec cet état fantoche.

Donc, il ne restait pas trente six milles solutions aux états africains. De plus, on ne peut pas être plus royaliste que le roi.

On savait que la ligue Arabe ne faisait que du vent. Mais là c’est un vent de sable. Vous ne voyez rien, vous suffoquer puis vous vous terrez attendant l’accalmie.

Pauvre leader Arabe. Ça fanfaronne, ça claironne puis ça pète dans l’eau et ça fait de toutes petites bulles.

Publié par  :  KAM

Les visages mal cachés de l’«Israélafrique»

par Gilles Munier (Afrique Asie – juillet/août 2013)*

Depuis 1958, quand Golda Meir, ministre des Affaires étrangères, a fait de l’Afrique subsaharienne un des principaux objectifs diplomatiques d’Israël, la politique africaine de l’État dit hébreu a connu des hauts et des bas. Elle est aujourd’hui à son plus haut niveau. Faut-il s’en offusquer quand certains États arabes entretiennent des relations avec Tel-Aviv ?

Il est loin le temps où les pays africains rompaient, les uns après les autres, leurs relations diplomatiques avec Israël. En 1967, l’agression de l’Égypte par l’armée israélienne, l’essor de la question palestinienne, la déclaration du général de Gaulle le décrivant comme « un État sûr de lui-même et dominateur » avaient fait voler en éclat l’image d’Épinal présentant Israël comme une nation pacifique, prodiguant son aide sans rien demander en retour, et qui s’était libérée – comme les pays du tiers-monde – de l’occupation britannique. En 1973, la guerre d’Octobre, la flambée du prix du pétrole, les pressions diplomatiques arabes et le vote de la résolution de l’Onu décrétant que « le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale », firent le reste. Sur la trentaine de pays africains entretenant des relations avec Tel-Aviv, seuls le Lesotho, le Swaziland et le Malawi – pays dans la mouvance sud-africaine – les maintinrent ouvertement. Ce sérieux revers diplomatique était néanmoins tempéré par l’ouverture discrète de « bureaux commerciaux» et la poursuite de programmes souterrains de coopération universitaire et agricole.

À la suite des accords de Camp David en 1978 signés par Anouar al- Sadate et Menahem Begin, de ceux d’Oslo en 1993 couronnés par la poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin à la Maison-Blanche, de la mise en sommeil de la lutte armée pour libérer la Palestine, de la condamnation de l’apartheid par Israël, puis de l’abrogation de la résolution antisioniste de l’Onu, les États africains ont rétabli progressivement leurs relations avec Tel-Aviv, leurs dirigeants estimant sans doute qu’ils n’avaient pas à être « plus arabes que les Arabes ».

Opérations secrètes

Le faux-nez israélien évitant aux États-Unis d’être accusés d’impérialisme, l’offensive israélienne en Afrique subsaharienne a été soutenue financièrement et matériellement par Washington. Dans les années 1960, le budget consacré par la CIA aux opérations secrètes du Mossad au sud du Sahara, notamment au Soudan, Angola, Congo-Kinshasa et Ouganda, avoisinait les 20 millions de dollars. Un document secret, publié en 1979, a révélé qu’à la veille de la guerre de juin 1967, la CIA l’avait même augmenté de 5 millions de dollars.

C’est connu, Israël investit dans le long terme, patiemment, ce qui, à quelques exceptions près, n’a jamais été le cas de ses adversaires arabes. L’accueil d’étudiants, les stages d’apprentissage agricole, dans l’agroalimentaire, l’irrigation, et surtout les formations militaires ont permis à Israël d’implanter des réseaux d’influence et de renseignement sur une bonne partie du continent africain, de collecter des informations à caractère politique et économique permettant de s’immiscer en douceur dans les affaires intérieures d’un pays. Avoir entraîné, par exemple, le général Mobutu au parachutisme en 1963, deux mois avant son accession au pouvoir, a offert ensuite des opportunités…

En Ethiopie, après avoir soutenu l’empereur Haïlé Selassié, Israël s’est appuyé sur Kesse Kebede, ancien étudiant en économie et sociologie en Israël, devenu un des principaux conseillers de son successeur, Mengistu Haïlé Mariam, pour livrer des armes lui permettant de combattre les rebelles du Tigré et du Front de libération de l’Érythrée (FPLE). L’objectif des Israéliens était d’éviter que la mer Rouge ne devienne une « mer arabe », préoccupation qui demeure d’actualité. À l’heure de la guerre contre le « terrorisme islamique », Israël aurait étoffé ses antennes dans la Corne de l’Afrique en positionnant des forces spéciales à Djibouti pour garantir le passage des navires se rendant au port d’Eilat.

Plusieurs officiers de renseignement israéliens ayant débuté en Afrique ont fait de brillantes – ou de sanglantes carrières: Nahum Admoni, directeur du Mossad de 1982 à 1989, a dirigé les attaques du bureau de l’OLP à Tunis et fait assassiner Abou Djihad ; Reuven Merhav a été en poste à Téhéran et Pékin, nommé directeur du ministère des Affaires étrangères israélien et le transfert des Falashas éthiopiens (Opération Salomon) en Israël ; David Kimche – le plus célèbre d’entre eux, décédé en 2010 – un temps n° 2 du Mossad, a fait partie du commando chargé de venger les athlètes israéliens assassinés aux jeux Olympiques de Munich et a préparé l’invasion du Liban en 1982. Aujourd’hui, des « hommes d’affaires »ont remplacé les diplomates israéliens rentrés au pays après la guerre d’Octobre 1973. Ils sont tous considérés en Afrique, à tort ou à raison, comme des agents du Mossad. On ne prête qu’aux riches !

Corruption à grande échelle

En septembre 2012, la visite qu’a effectuée Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, en Éthiopie, au Kenya, Ghana, Nigeria et en Ouganda n’avait pas seulement pour but de répondre à la tournée de Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien, au Kenya, à Djibouti et en Ouganda en février de la même année. Le dirigeant du parti ultraraciste Israël Beytenou – dont les membres attaquent les migrants africains à Tel-Aviv – dirigeait une délégation composée surtoutde dirigeants de sociétés d’armement et de sécurité, pour la plupart d’anciens membres des services de renseignement. En 2012, Israël a été classé 8e exportateur mondial d’armes dans un rapport du Congrès américain, bien que celles vendues à l’Afrique subsaharienne aient baissées en pourcentage. Les principales exportations israéliennes dans ce domaine – 1,5 milliard de dollars – se font maintenant avec l’Inde et la Chine. L’Afrique, qui éclusait un tiers des ventes d’armes israéliennes à la fin des années 1970, n’est pas grande consommatrice d’armements sophistiqués. Ses dirigeants réclament surtout des formations de leurs services de sécurité rapprochée et de leurs unités d’élite antiterroristes, évidemment moins chers. Au Cameroun, le président Paul Biya est allé plus loin : il avait engagé le colonel israélien Avram Avi Sirvan pour diriger ses gardes du corps, mais l’homme est mort dans un accident d’hélicoptère inexpliqué en 2010. Le Nigeria demeure l’un des principaux importateurs d’armes israéliennes. Les commissions n’y sont pas toujours bien réparties. Le président Goodluck Jonathan a dû démettre de ses fonctions le chef d’état-major de l’armée et le commandant en chef de l’armée de l’air, impliqués dans une affaire de corruption après la signature de contrats d’armement de plus d’un milliard de dollars avec Israël. Selon le quotidien israélien Haaretz (16/9/10), le marchand d’armes israélien Amit Sadeh est mêlé au scandale.

Outre le commerce des armes, les Israéliens misent sur la téléphonie, l’espionnage informatique et la cyber-défense : au Nigeria, l’administration Jonathan s’est adressée à Elbit Systems, basée à Haïfa, pour l’aider à espionner les communications Internet du pays. Ailleurs, les « hommes d’affaires» sont très présents dans les industries minières africaines, notamment l’extraction du diamant. À Kinshasa, le diamantaire milliardaire israélien Dan Gertler, proche du président Joseph Kabila et d’Avigdor Lieberman, est sur la sellette. Il est accusé d’avoir obtenu des actifs miniers « par le crime et la corruption ». Gertler aurait acheté une importante concession de cobalt et de cuivre à 5 % de sa valeur sur le marché, via une de ses sociétés basées aux îles Vierges. Le bradage des actifs miniers par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) est estimé, par le parlementaire britannique Eric Joyce, à 5,5 milliards de dollars. Les malversations impliquant des Israéliens n’empêchent pas le Parti socialiste de RDC de militer pour la création d’un groupe de pression qui, à l’échelle continentale, orienterait « les donations des sponsors juifs » vers des candidats défendant les intérêts d’Israël en Afrique !

Truquages électoraux en série

Autre spécialité des experts israéliens en Afrique : le trucage des élections. Même Robert Mugabe, président du Zimbabwe, a fait appel à leur savoir-faire lorsqu’il a été question de donner à sa réélection un vernis démocratique. Selon le Mail & Gardian (12/4/13), Nikuv International Projects, accusée de manipulations électorales dans plusieurs pays africains, a siégé à Harare, la capitale zimbabwéenne, dans les locaux des Forces de défense, et enregistré les électeurs sous la supervision de Daniel Tondé Nhepera, vice-directeur de l’Agence centrale d’intelligence zimbabwéenne. En 2008, déjà, l’ambassade israélienne… en Afrique du Sud avait dû démentir les bruits attribuant la victoire de Mugabe au Mossad.

En Zambie, Nikuv a permis au président Frederick Chiluba de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2002 grâce à des fraudes électorales de grande ampleur. En 1996, sur 4,5 millions d’électeurs, la société israélienne n’en aurait enregistré que 2,3 millions ! Le nombre d’«anomalies » se comptait par milliers, notamment celles d’électeurs enregistrés dans un bureau de vote qui n’était pas le leur, ou ayant des cartes portant le même numéro. L’opposition avait boycotté la présidentielle. En novembre 2012, Michael Sata, ancien ministre de Chiluba, élu président de la République en 2011, aurait appelé à ses côtés l’équipe Nikuv de 1996 pour préparer les prochains scrutins.

Au Lesotho, en mars 2013, le Département contre la corruption et les crimes économiques, enquêtant sur un contrat de fabrication de cartes d’identité et de passeports biométriques signé par l’ancien gouvernement de Pakalitha Mosisili, a effectué une descente dans les locaux de Nikuv à Maseru, la capitale. Amon Peer, son directeur local, s’est réfugié en Afrique du Sud, déclarant qu’il ne retournerait au Lesotho que sous couvert d’« immunité ».

Le site Internet sud-africain amaBhugane, qui publie les investigations de journalistes du Mail & Gardian, a révélé que Nikuv intervient aussi au « Ghana, Botswana et Angola dans les télécommunications, l’agriculture et la sécurité » et, qu’elle est liée à ISC (International Security Consultancy) dont le président fondateur, Daniel Issacharoff, ancien patron de la compagnie aérienne El Al, occupe un poste élevé au Mossad…

L’ISC – ex-International Consultants for Targeted Security, Société de consultants pour la Sécurité ciblée – a, elle, des représentants au Kenya et au Nigeria. Elle intervient en Afrique du Sud dans le domaine « du conseil en matière de sécurité aérienne, des virus informatiques et de la contre-surveillance » via un secrétariat implanté au sein de la société de sécurité Nicholls, Steyn et Associés.

Espionnage à Johannesburg

En 2009, les journalistes de « Carte blanche », un programme télévisé d’investigation en français, ont  découvert que des agents armés du Shin Bet, le contre-espionnage israélien, interrogeaient et détenaient parfois des voyageurs de l’aéroport Olivier-Tambo de Johannesburg en toute illégalité. Ils étaient couverts par l’ambassade d’Israël en Afrique du Sud. Les informations sur les personnes suspectées, avec spécification de leur race, ethnie et religion, étaient enregistrées. Interviewé par un journaliste de l’émission, Virginia Tilley, membre du Conseil de Recherche en sciences humaines d’Afrique du Sud, a confirmé dans l’émission avoir été interrogée et séparée de ses bagages par des Israéliens, et Jonathan Garb, un juif sud-africain, ancien employé d’El Al, a précisé que pendant qu’elle était questionnée, un agent du Shin Bet photographiait ses documents et les transmettaient à Tel-Aviv. Le scandale provoqué par les révélations sur le profilage des voyageurs a obligé le gouvernement sud-africain à expulser Eli Shukrun, chef de l’équipe de sécurité d’El Al. Le ministère des Affaires étrangères israélien estime qu’il aurait dû bénéficier de l’immunité diplomatique. Selon le site Crescent on line, il a été remplacé par un certain Avi Katz, agent connu pour sa participation à des activités d’espionnage et de contre-terrorisme.

Les 5 et 6 novembre 2011, le Tribunal Russel pour la Palestine s’est réuni au Cap et a conclu que les Palestiniens sont soumis à « une forme aggravée d’apartheid ». Force est de constater que cela n’empêche pas les échanges commerciaux entre l’Afrique du Sud et Israël de progresser : ils auraient augmenté de 500 % depuis la chute du pouvoir blanc. Aujourd’hui, au sud du Sahara, Israël est représenté officiellement dans une quarantaine de pays. À qui le reprocher puisque plusieurs États arabes entretiennent des relations diplomatiques avec Tel-Aviv ou sont en contact secret avec les dirigeants israéliens, comme c’est le cas – entre autres – du Maroc et du Qatar ?

*Dossier Afrique-Israël : les liaisons dangereuses
http://www.wobook.com/WBD84sk8NW9B-f

http://www.france-irak-actualite.com/

Advertisements