Elections présidentielles Algérie: Qui se cache derrière BARAKAT ?

OPTOR

MON GRAIN DE SEL :

Dans un précédent article (voir :  https://blideodz.wordpress.com/2013/03/22/le-reveil-arabe-la-cia-et-lotpor-2/), nous avions lancer un appel pressant aux Algériens. Pour qu’ils prennent garde du mouvement OPTOR.

Le linge sale, se lave en famille. Faire appel à une tierce personne, c’est se soumettre. Aucun état ne vous tendra la main sans une contre-partie sonnante et trébuchante.

Napoléon n’a t-il pas dit, et ce à juste titre : << La main qui donne est toujours au dessus de la main qui reçoit >>.

L’histoire a démontrer que l’occident est menteur.  Une fois son but atteint, il renie son serment. Le souvenir du printemps Arabe et encore  vivace, dans les esprits.

Que sont devenues les pays arabes qui ont fait appel à l’occident !!!!!!!!

IRAK ? ÉGYPTE ? LIBYE ? TUNISIE ? SYRIE ?

Que sont ils devenues ?

Sans oublier que l’Algérie est inscrite dans l’agenda meurtrier du sionisme international, le NWO en l’occurrence. Alors, inutile de la leur servir sur un plateau d’argent.

Publié par :  KAM

================================================

Elections présidentielles Algérie:

Qui se cache derrière le mouvement BARAKAT ?

 

On retrouve parmi les membres les plus influents du mouvement BARAKAT Amel Chekkat, une employée en France, dont le salaire ne lui permet à peine que de solder ses factures de fin du mois, de niveau d’instruction élémentaire et beaucoup d’ambitions de réussite à moindre frais. Elle est la représentante officielle de BARAKAT à Paris, tour à tour militante de tout et de rien et possède un agenda impressionnant. Abane Meziane, un autre membre qui est parmi les plus actifs de BARAKAT d’Alger et qui gère un blog subversif intitulé « Dz Militant », il est membre actif du MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie), prêt à se renier lorsque des internautes l’ont accablé à ce sujet. Il est aussi militant des droits de l’homme, du MJIC et de beaucoup d’autres choses à la fois, lui aussi. Cependant, leur relation très intense depuis longtemps déjà, comme du reste avec beaucoup d’autres membres du mouvement, tous aussi militants de circonstances dans plusieurs organismes à la fois, principalement du MJIC, est du moins assez troublante. Ils se permettent de nombreux voyages par an entre la France, l’Algérie et particulièrement en Tunisie ou est stationnée l’ONG Freedom House, qui gravite autour du milliardaire SOROS, CANVAS, OTPOR et toutes les ONG connues pour avoir joué un rôle déterminant dans les processus qui étaient à l’œuvre autour du printemps arabe, en Europe de l’EST et en Afrique. Notamment au Sénégal avec le mouvement « y-en-a-marre » qui a fait tomber le clan des Wade. Des organismes chargés du recrutement, de la formation et du financement de blogueurs et potentiels militants subversifs. Abdou Bendjoudi, un autre leader de BARAKAT, lui aussi venant du MJIC, de famille très modeste, se retrouve soudainement en mesure de voyager entre Alger, Stockholm, New-York et Paris en ayant une double résidence à Alger et dans le XVI° arrondissement de Paris.

Par ailleurs, ces principaux activistes n’hésitent pas de « nettoyer » le mouvement à Paris de ses éléments gênants au risque de scinder le mouvement en deux. C’est ce qui s’est produit samedi 15 mars, ou l’on a assisté à deux rassemblements distincts à Paris, l’un à la fontaine des innocents et l’autre devant l’ambassade d’Algérie à Paris.

A noter également que des membres du groupe de Paris n’ont pas hésité d’appeler l’ONU à l’aide pour intervenir en Algérie dans le conflit du M’Zab lors d’une manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Paris le 25 janvier 2014. On retrouve également leur signature dans une pétition favorable à l’intervention étrangère en Syrie.

En somme, une grande partie des membres influents de BARAKAT viennent du MJIC : Sabrina Zouaoui, Sidali Kouidri Filali, pour ne citer que ceux-là. A rappeler que le MJIC fut déjà sollicité à s’associer à une charte rédigée par le mouvement RACHAD aux tous débuts de sa création, pendant les moments forts du printemps arabe. A savoir que le mouvement RACHAD est dirigé par Mourad D’Hina, ancien membre du FIS dissous et président de la ligue de droits de l’homme « KARAMA » basée à Genève et dont le siège se situe au Qatar, dont il est le pourvoyeur des fonds de fonctionnement. C’est dire que chez ces personnes l’inscription idéologique passe en second plan. L’important pour eux est d’être lié opportunément à un réseau qui leur assure une célébrité médiatique et des ressources financières aisées. Alors que l’on soit islamiste, du MAK ou laïc n’est qu’une posture conjoncturelle. C’est ainsi que le principal signataire de cette charte islamiste se déclare aujourd’hui laïc et le militant du MAK se renier sous la pression des internautes, pour continuer à faire partie de BARAKAT sans les discréditer aux yeux de l’opinion.

Toujours au moment fort du printemps arabe, vers janvier 2012, le mouvement ACDA avait lui aussi élaboré sa charte en compagnie du mouvement RACHAD. Sachant que parmi les membres fondateurs d’ACDA figure Mouloud Boumghar, un certain juriste ayant collaboré avec la fondation SOROS dans une étude sur la démocratie en Afrique vers le milieu de la décennie 2000/2010. Aujourd’hui ACDA s’est solidarisé avec BARAKAT et participe activement au mouvement en France en première ligne.

Le réseau OTPOR est une école de subversion, financé et soutenu par la CIA et les réseaux SOROS. C’est un réseau de déstabilisation, qui prépare le terrain aux réseaux djihadistes, qui seront chargés ultérieurement de transformer l’insurrection en guerre civile comme en Lybie et en Syrie actuellement. Une estimation fixe le nombre de blogueurs algériens impliqués dans ce programme à environ de 200 personnes. Elles ont été formées pour être utilisées au moment opportun, qui correspond justement à la crise que traverse aujourd’hui l’Algérie, dans le déclenchement de l’insurrection. Nous supposons que beaucoup de membres de BARAKAT y font partie. Beaucoup d’autres sont certainement disséminés dans d’autres mouvements, tel celui des chômeurs, notamment Yacine Zaid, proche de RACHAD et de l’ODH, qui a été fondé par Yahia Bounouar, très actif dans les réseaux de subversion en Algérie. Il a notamment fondé Algérie pour tous qui est basée à Paris, il infiltre le mouvement des chomeurs avec la complicité de Yacine Zaid. Ils ont reçus de la part de ces écoles de subversion la dénomination de « nouvelle génération de militants pour la démocratie en Algérie ».

Tous ces militants (traitres), affichent systématiquement le symbole du poing fermé d’OTPOR qui figure sur les affiches des rassemblements de BARAKAT à Paris. On le trouvera également sur la page principale Facebook de BARAKAT, mais travesti de façon à ne pas éveiller les soupçons des adhérents au mouvement. Il se présente en fait comme une main ouverte, mais par un jeu de contraste dans la texture de la photo on peut deviner aisément le poing fermé qui fait référence au symbole d’OTPOR.

SOURCE :  http://saidabiida.canalblog.com/archives/2014/04/12/29647773.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s