Dans un instant, cet homme va mourir, victime de la connerie humaine

 STATUE

MON GRAIN DE SEL :

Pour les chantres des droits de l’homme et de la liberté, la vie humaine ne vaut pas un kopeck.

Pour un oui ou un non, et c’est les armes qui parlent. A croire que l’époque du western est de retour. La video ci-dessous parle d’elle meme.

ATTENTION images choquantes

Publié par  :  KAM

======================================================

 Dans un instant, cet homme va mourir, victime de :

la connerie humaine

Grosse bavure au Nouveau-Mexique.Il s’appelait James Boyd, il était un sans-abri de 38 ans et campait illégalement dans les collines de la ville d’Albuquerque. Le 16 Mars, il a été interpellé par les forces de l’ordre qui lui ont intimé l’ordre de partir. Il finit par leur répondre « Ne changez rien à ce qu’on a dit. Je vais essayer de marcher avec vous ».
Et alors qu’il prend son sac à dos et se prépare à suivre les agents, l’incroyable se produit !

L’un des policiers lui décoche un tir de flahsball tandis que 2 autres se ruent sur lui et lui ordonnent de se coucher. Alors qu’il se penche vers le sol, un autre policier lui décoche une rafale de fusil-mitrailleur, James Boyd s’écroule face contre terre. Il gît blessé dans une mare de sang mais cela n’empêche pas les  agents de lui demander de mettre les mains derrière le dos, il leur crie qu’il ne peut pas bouger. Pour s’assurer qu’il ne représente aucune menace un autre agent lui tire alors 3 balles de fusil.

Constatant que les balles ne lui font aucun effet, ils finissent par envoyer le chien histoire d’être sûrs et certains que tout danger est écarté.
James Boyd agonise criblé de balles, il avait pourtant accepté de faire tout ce qu’on lui disait mais ce jour là, il eut le malheur de croiser une équipe de décérébrés armés jusqu’aux dents.

Pour leur défense, les policiers arguèrent que Boyd gardait un couteau dans sa poche. Selon le shérif , il représentait  une «menace directe» pour les trois agents qui ne firent que se défendre.
Boyd n’est que l’un des 36 hommes qui ont étés abattus la police d’Albuquerque depuis 2010, des centaines de citoyens de la ville ont organisé une manifestation pour dénoncer la brutalité policière.

 
 Attention vidéo choquante, interdite aux mineurs :
Advertisements