Lettre ouverte à ceux qui se pensent nos maîtres

 STARWARS

MON GRAIN DE SEL :

Pour ceux qui dorment debout, les yeux grands ouverts. Qui ne voient, que ce que l’on veut bien leur montrer. Voici une lettre ouverte pour réveillée les consciences de ces somnambules. Elle est adressée aux supposés « maitres » du monde, mais elle l’es aussi pour les somnambules.
Je reçois de nombreux commentaire me disant: » Je ne suis pas commandé, je fais ce qui me plait ».
Détrompez vous, vous allez dans le sens où l’on vous mène, sur une route bien balisée et munie de garde-fou. En un mot, c’est à dire aux abattoirs, comme de vulgaires moutons.
L’argent, le luxe, la belle vie, la course à l’armement (la surconsommation et l’achat des dernières nouveautés en tous genres) la corruption etc… Ont finis par avoir votre peau.
Tous ce qui vous a été donné aujourd’hui, vous sera repris demain.
Merci à Mr Pierre Mazé, des éditions Nouvelle Terre, pour La Communauté des Consciences, pour cette lettre ouverte. Cela apporte un véritable éclairage sur les visées néfastes du N W O.

L’heure du réveille a sonné. Somnambule du monde, ouvrés les yeux.

Publié par  :  KAM

====================================================

Lettre ouverte à ceux qui se pensent nos maîtres

Les secondes se suivent et les consciences s’expansent…

Le temps est venu que nous nous adressions directement à vous, sur qui beaucoup tentent de mettre des étiquettes, sans qu’aucune ne paraisse faire l’unanimité – autant de factions, autant de degrés, tous entremêlés, l’orientation étant globalement la même : domination.
Sans doute est-il déjà possible d’identifier sur notre planète un certain nombre de grandes familles, fort anciennes pour quelques-unes et peu nombreuses en définitive, où certaines descendances se sont vues imposer, depuis des siècles et à coups de traumas dont la cruauté dépasse l’imagination, un goût pathologique pour le pouvoir absolu et, surtout, un mépris congénital pour ceux, majoritaires, qui ne sont pas de leur caste. Partant, et au-delà de sombres et sinistres rituels où coule du sang humain, peu vous importe que nous mourrions lors de diverses catastrophes dont, bien sûr, les guerres – hommes, femmes, enfants par centaines, milliers, dizaines de milliers et bien plus encore.
Il n’est pas exclu, au-delà de ces clans, d’imaginer en filigrane quelque noire compagnie religieuse présente à tous les niveaux, mais les indices, pour troublants qu’ils apparaissent, ne permettent guère, là non plus, d’être formel. Néanmoins, peu importe les désignations : nous vous faisons confiance pour vous y retrouver, car il est clair que notre destin collectif ne dépend actuellement pas de nous et que vous avez jusqu’à maintenant exercé sur nos vies une influence hélas maîtresse, en nous impulsant des directions qui nous dépouillent de plus en plus de notre dignité d’êtres humains.

Les minutes se suivent et les consciences s’expansent…

Marquant une sorte de point d’orgue, notre précédent XXe siècle est né dans les cratères d’obus de la Première grande Boucherie mondiale. Cette tuerie industrialisée, dont le conflit russo-japonais avait constitué une manière d’avant-scène, préfigurait déjà l’organisation d’une société résolument tournée vers l’exploitation des individus considérés comme une même masse. Vous étiez comme toujours aux premières loges financières et de pouvoir de l’événement, et il est fort probable que vous en ayez retiré, tel que vous l’aviez prévu, des gains véritablement industriels.
Le siècle des consommateurs et de la consommation démarrait ainsi brusquement par une utilisation compulsive de vies humaines, d’armements et autres matières, sans qu’il pût être question, dans la mortelle frénésie d’alors – et à votre plus grand profit –, d’en maîtriser les coûts.
C’est véritablement là que débuta ce que certains ont considéré d’un œil critique comme « Le siècle du moi », qui allait paradoxalement marquer le début d’une prise en main systématique des masses, sous le fallacieux bon sentiment de dompter la « bête » en l’homme. C’est en effet à peu près à la même époque que Sigmund Freud était censé en avoir théorisé son aspect aussi imprévisible que hautement destructeur. C’est sans doute à partir de là qu’il est possible d’identifier la réalité d’une action délibérée sur le destin des peuples, voire de leur ensemble, étant donné le passage de la méthode au rang de « science » soi-disant positiviste.

Les heures se suivent et les consciences s’expansent…

Vous n’avez cessé, depuis, de perfectionner ces outils et surtout de vous en servir, décidant pour nous des limites de nos existences. Curieusement, au cours de ce siècle, naquit également le phénomène d’effondrement financier, généré par des crises apparemment fortuites, dont les soubresauts précipitaient les peuples dans d’opportunes paniques qui les laissaient toujours plus à votre merci. D’autres, encore, ont plus tard défini la notion de Stratégie du choc, dont il serait sans doute judicieux de voir dans ces crises les hideuses prémices.

Les jours se suivent et les consciences s’expansent…

Ainsi se concrétisa dans les déchirements de ce premier conflit mondial, ce qui est en général qualifié de « modernité », cette tentative desséchée de stupidement se couper de l’Ancien il est d’ailleurs convenu d’en situer les germes dans la Révolution française, où l’on avait promu l’idéologie de faire table rase des oripeaux prétendument tyranniques et désuets de l’Ancien régime ? Et c’est également ainsi pour faire un grossier parallèle que les initiatives humanistes d’empires commerciaux déchus comme ceux, au hasard, des Fugger de la Renaissance, où un Dieu très chrétien se montrait encore suffisamment menaçant, ont par la suite cédé la place à un capitalisme progressivement débarrassé de toute morale, dont la froide inhumanité représente de nos jours le trait dominant.
De la modernité et autre postmodernité se dégage – pour l’essentiel – une laideur née dans les tranchées de 1914, proprement inédite au plus loin qu’on se souvienne des accomplissements de l’humanité : formes majoritairement sans vie, saturation marchande et matérielle, misère intellectuelle, et pauvreté spirituelle enfin, pour le peu de choses de l’Esprit qui subsisteraient encore. Où que le regard se tourne, vous nous sollicitez en permanence en dessous de la ceinture, vous donnant alors toutes les justifications de nous rabaisser plus encore. C’est au point de se demander qui aura envie de s’extasier, dans les siècles qui nous avons bon espoir suivront, sur les réalisations d’une ère aussi lamentable ?

Les semaines se suivent et les consciences s’expansent…

Nous ne pouvons cependant vous en vouloir vraiment ; où en serions-nous véritablement aujourd’hui si vous n’aviez pas été là. Votre présence n’aurait-elle finalement pas permis d’accélérer quelque salvatrice prise de conscience ? Vous êtes fondamentalement constitués de la même substance que nous, et vous et nous représentons deux pôles en miroir que lie une relation perverse : vous n’êtes que le réservoir de toutes les peurs et lâchetés que nous n’avons plus le courage de regarder en nous-mêmes. De la même manière que le principal substrat de l’argent roi de notre époque n’est que de la dette, l’ossature de votre pouvoir n’est plus faite que de peur, et ce n’est d’ailleurs, comme n’importe qui peut le voir, qu’à travers cette dernière que vous pouvez l’exercer.

Les mois se suivent et les consciences s’expansent…

Nous comprenons ainsi qu’il serait inutile de nous opposer à vous car, comme les sages de diverses époques l’ont toujours su, l’ennemi n’est qu’intérieur et, par conséquent, toute révolution n’a de valeur qu’en soi-même. Le pouvoir que vous avez accumulé est, il est vrai, immense; c’est néanmoins son étendue même qui constitue sa fragilité, car elle est la marque d’un déséquilibre contre nature, et la nature a, vous ne l’ignorez pas, horreur du vide que ce déséquilibre a ouvert. La plus évidente illustration de cette relation en miroir est cet écran devenu omniprésent, autant individuellement que collectivement, et dont George Orwell avait
prophétiquement perçu l’utilisation : ces étranges lucarnes d’où le gros (big en anglais) du pouvoir est distillé à mesure que nous abdiquons nos clairvoyance et discernement. Pourtant une ironie poussée à son paroxysme veut aujourd’hui que ce soit à travers des écrans que de plus en plus d’individus reconquièrent, quoi qu’on en dise, l’aptitude à penser par soi-même ; la roue serait-elle en train de tourner ?

Les années se suivent et les consciences s’expansent…

Nous avons ainsi en commun la peur : votre peur de perdre votre pouvoir à mesure que nous perdons la nôtre en découvrant que, sans nous, vous n’êtes rien ; et si nous décidons de nous détourner de vous, votre emprise ne reposera alors plus sur rien et partira à l’instant même en fumée. Mais il n’y a fondamentalement, de chaque côté de cette peur, que des êtres humains, et c’est là-dessus que nous devons nous concentrer : que nous servirait-il, en effet, qu’éclate une énième lutte entre êtres de la même espèce ? Vous nous avez, pensez-vous, retiré toute puissance, sauf que c’est cela même qui nous a permis de contacter les racines vraies de notre pouvoir, car celui-ci ne relève de rien de matériel : la vraie puissance réside, nous le redécouvrons, dans la force de nos pensées et de notre imagination. La peur vous a de même soumis un grand nombre d’individus qui ne se souviennent même plus, alors qu’ils vous servent craintivement, que c’est ce sentiment même qui, seul, les lie à vous ; là aussi, la roue tourne pourtant, car l’appel de la Vie se faisant de plus en plus fort, leurs œillères tombent çà et là, révélant la ridicule fragilité de leurs entraves. La peur a également dressé contre vous une frange de personnes qui s’égarent dans la détestation de ce que vous représentez. Celle-ci ne saurait mener à rien d’autre que l’oubli de ce que nous sommes tous en vérité ; il faut espérer que ce ne sera là qu’une étape nécessaire avant un fructueux retournement sur soi, prélude à une réconciliation générale, car quand on découvrira avec quelles indicibles horreurs vous saturez les poubelles de l’histoire, nous serons alors, ensemble, plongés dans l’ombre, et seul nous restera le Redemptio.

Les consciences s’expansent et un nouveau Cycle commence…

Cet âge de l’Humanité, âge dont vous pensez détenir les rênes, s’approche de sa conclusion et affiche déjà tous les symptômes de la fin ; il suffit, pour ceux qui n’en seraient pas encore convaincus, de contempler l’actuelle ruine de l’Esprit, reflet tragique d’une planète dévastée, privée de sa majesté par vos redoutables apprentis sorciers. Il n’est plus temps de vous protéger dans d’ultimes raidissements autoritaires qui trompent de moins en moins de monde, car ils sont
la marque incontournable d’un corps agonisant qui va embrasser son trépas. Cette présente civilisation, de plus en plus la vôtre avec ses inquiétantes valeurs, et de moins en moins la nôtre, n’est pas réparable, sauf qu’elle porte en elle, à l’instar de toutes celles qui l’ont précédée, et tel qu’il en va pour toute chose, ses impermanence et mutation comme l’illustre le symbole asiatique du Yin et du Yang

La Vie, elle, a déjà trouvé d’autres chemins, car jamais elle n’interrompt son flux éternel. Des myriades de lumières s’allument dans la nuit que vous avez fait tomber sur nos âmes, et nous reprenons d’une main ferme notre aptitude naturelle à l’utopie, foulée aux pieds par des théoriciens ayant élevé la médiocrité au rang de qualité. D’innombrables initiatives ont fleuri au cours de cette dernière décennie, touchant à tous les domaines de l’activité humaine : politique,
économie, éducation, sciences et ainsi de suite. Partout, quel que soit le contexte, des individus ont choisi d’écarter la vision du monde que vous voudriez nous imposer. Leurs réalisations ont fini par percer la chape de plomb de votre déni arrogant. De cette manière, la réalité d’autres possibles est devenue perceptible pour un nombre croissant d’êtres humains assoiffés. La vérité, que l’on redécouvre infinie, échappe ainsi au cadre étriqué où vous aviez voulu la confiner.
De tous côtés, sur tous les continents de la planète, dans de nombreux pays, des êtres humains donnant ainsi d’impérieux motifs de comprendre ce qui nous a fait, ce qui a fait cette civilisation et ce qui a subséquemment produit ce chaos. Savoir et connaissance, à mesure que nous les acquérons, façonnent ainsi en nous un désir éclairé autant qu’ils amorcent une libération garante de toute tentative de manipulation.

Pour mettre fin à une organisation pyramidale de la société où « soumission » (la nôtre) rime avec « domination » (la vôtre), il convient aujourd’hui, alors que de plus en plus de consciences attentives à l’Autre y sont prêtes, de se pencher, pour ceux qui le voudront, sur une nomenclature horizontale du vivre ensemble. Plus de supérieurs ni d’inférieurs, mais plutôt l’exercice d’un pouvoir, individuellement et collectivement, dont « le centre serait partout et la circonférence nulle part ». Il en découle que les différences que vous cherchez si brutalement à aplanir pour tenir notre monde d’une seule main en les remplaçant par autant de divisions , redeviendraient au contraire la richesse que cette planète n’aurait jamais dû perdre, à l’image de ses faune et flore. Plus la diversité est forte, plus la vitalité est intense, qui se nourrit des sols qui la portent en autant de manières respectables : diversité des terreaux et paysages, diversité des individus, diversité des cultures, diversité des ensembles, humains avant tout et tournés vers ce qui nous transcende à partir de points de vue multiples. Ces différences varient et se transforment toujours comme des notes sur une portée immanente, éternellement la même, invisible ADN du Manifesté. Un vent nouveau se lève d’entre les peuples et gonfle ces différences trop longtemps pressurées : vous ne voulez pas voir ses bourrasques mais elles vous atteignent toujours plus profondément.

À l’heure même où vous dévoilez de plus en plus clairement vos sinistres aspirations à travers divers événements censés nous subjuguer, se répand le mot d’ordre que le roi est désespérément nu. Le nombre de ceux que vous trompez encore se réduit de jour en jour comme peau de chagrin, à l’image de ces ultimes monticules de sable que recouvre inexorablement une mer montante, symbole de la Vie qui reprend ses droits.
Ce nouvel ordre mondial dans lequel vous pensez nous entraîner ne sera pas, car nous sommes maintenant trop nombreux à partager une saine conscience d’être irréductibles à l’état d’esclave, et contre cela vous êtes impuissants : une certaine masse critique a été atteinte, qui prône l’insoumission à la bêtise et à l’ignorance. Il n’y aura pas non plus de religion mondiale, car chaque être étant un reflet du Cosmos, il devine – en conscience également – que le Religieux, relève d’une qualité qu’il recèle au fond de lui-même, même s’il est parfois tenté de s’appuyer encore sur telle ou telle de nos actuelles religions vieillissantes ; ces dernières seront-elles adaptées à l’humanité qui s’en vient ? C’est là une autre question.
Pour finir, ne doutez pas un instant que ces quelques individus – il n’en faut vraiment qu’une solide poignée – fermement résolus à changer le monde au profit du plus grand nombre, sont en ce moment même en train de se chercher du regard, et ils ne sont cette fois pas assis sous les ors de vos fastueuses demeures.

Pierre Mazé, les éditions Nouvelle Terre, pour
La Communauté des Consciences
http://www.editionsnouvelleterre.com

SOURCE  :  http://www.editionsnouvelleterre.com