Gaza du Mur des Lamentations… au mur de la honte – Toute honte bue… depuis Guernica

ASSASSINS

MON GRAIN DE SEL :

Guernica en son temps avait reçus 60 tonnes de bombes. GAZA  quant à elle, c’est de 400 tonnes de bombes que les sionistes ont largués, sur une population civile.

Que se soit Guernica ou Gaza, toutes deux ont étés victimes de criminels de guerre.

Publié par  :  KAM

==============================================

Gaza du Mur des Lamentations…

au mur de la honte – Toute honte bue…

depuis Guernica

Les agissements ignominieux du gouvernement sioniste Israélien sur Gaza et la chape de plomb les entourant, ne sont pas sans rappeler ceux d’un précurseur en matière de guerre éclair, innovant la technique du Blitzkreig avec tout ce que cela implique comme horreurs infligées aux civils testée sur Guernica, et de tant d’autres sophistications d’armes d’un genre nouveau, celui-ci aurait été loin de songer qu’il ferait tant d’émules.
En effet, le feu vient d’être remis aux poudres du fait que les Etats-Unis, l’Union Européenne, la Russie, la Chine et l’Inde ont reconnu très récemment  le gouvernement d’union nationale Palestinien. Cet accord de rapprochement du Hamas et de l’OLP  déclenchait l’ire, la folie serait le terme le plus adapté concernant Benyamin Netanyahou, toute honte bue, ce dernier égal à lui-même renouait avec la seule stratégie dont il est capable, le diviser pour régner, les False Flag et la politique « d’action défensive appropriée »… autrement dit, les assassinats de masses et en masses.
Rétrospectivement, si l’on puis s’exprimer ainsi, Yitzhak Rabin fut un héros de l’histoire de la création de l’Etat d’Israël en Palestine, avant que d’en devenir son premier ministre il terminera une carrière militaire bien remplie avec le grade de Général. Rabin empreint de sagesse avait de son aura, marqué avec plus ou moins de chance chaque trait des différentes étapes qui menèrent au déroulement des accords de paix qui furent signés avec le leader de l’OLP, Yasser Arafat, (d’où en lien ce débat de haute tenue entre Shlomo Ben Ami ancien ministre des Affaires Etrangères d’Israël et Norman Finkelstein remet en mémoire quelques faits importants). L’amorce de ses négociations de paix qui auraient dû inverser la tendance et amener une compréhension mutuelle entre ces deux peuples, comprises et voulues par la majorité des israéliens n’étaient pas du goût de tous, loin d’être ratifiées par une poignée d’extrémistes juifs, ceux-ci se déchainèrent contre Rabin, son assassinat par les Ultra Orthodoxes mettait un terme à l’espoir qu’avait suscité ses orientations politiques.
Ce crime, ce constat d’échec, marquait la radicalisation des durs du régime Sioniste qui depuis ne cachent même plus leur stratégie et volonté d’extermination totale des populations autochtones, ce schéma est résumé dans le film de Yotam Feldman par le Général Israélien Amiram Levin parlant de Gaza et d’ailleurs : « lorsque vous tuez les ennemis (palestiniens), la quantité de tués est plus importante que la qualité », et d’ajouter : « ces gens (les palestiniens) sont nés pour mourir, on va juste les aider un peu… » et Meyer Habib député des Français Juifs de l’étranger en Israël n’est pas en reste, ses propos sont sans équivoques « tout nettoyer une fois pour toutes…  ».
Le pouvoir israélien qui a toujours violé les accords et résolutions de l’ONU a abattu ses cartes, ceux qui n’avaient pas encore compris cette politique « du faire croire que… », vient d’atteindre son zénith.  En cela, fort est de constater que la similitude historique avec les Etats-Unis est à s’y méprendre dans ses agissements avec l’extermination totale dont furent victimes les indiens, ce génocide ayant fait plus de huit millions de morts. À ce jour, l’holocauste des Palestiniens ne fait plus de doute si rien ne vient contrecarrer ces plans diaboliques. En l’état, il faut être clair sur les Massacres à Gaza – Les mots pour le dire : sionisme = nazisme ! Car si certains détails diffèrent, cette obsession fondamentale de l’émergence d’une « race » pure – la « race » juive – est donc de même nature que celle prônée par l’idéologie nazie de l’époque.
Cependant si les dirigeants d’Israël ont opté pour une politique homicide exacerbée, il serait trop facile de jeter la pierre au peuple juif dont lui aussi victime, pris en otage et muselé par une mafia sioniste qui a pris le pouvoir en Palestine et contrôlée en cela par une bande d’Ultra Orthodoxes redoublant de logorrhées et ne ménageant aucune fourberie pour diaboliser les palestiniens dans le seul but de leur rendre le quotidien invivable. Il y a lieu aujourd’hui de voir clair et de comprendre ce que cache le sionisme.
En réalité, lorsque l’on prononce le mot mafia, nous sommes immédiatement programmés pour répondre : la French Connexion, la Mafia Russe, la Cosa Nostra, la Stidda, la Ndrangheta, la Sacra Corona Unita ou la Camorra… mises sciemment en lumière par l’industrie Hollywoodienne du cinéma qui a su créer un écran de fumée focalisant de façon outrageante sur ce panel de pègres pour mieux en tirer son miel en toute discrétion, mais, ce cliché simpliste cache une réalité qui est toute autre. Certains ont ausculté de plus près comme l’a étudié l’américain David Duke la terre non-promise, l’Etat d’Israël est devenu un Etat voyou, mafieux qui cache toutes les dérives criminelles que recèle la planète, havre de paix pour les ténors de tous les trafics en dissidence avec la loi, Jérusalem est devenue la capitale mondiale du crime organisé, paradis fiscal et couverture idéale d’un monde glauque de la finance douteuse.
Si la déportation, la Shoah furent un martyre bien réel pour de trop nombreuses personnes et un traumatisme qui frappa des générations, hélas avec des séides sans scrupules, car le monde n’échappe pas à ce genre de dérapages, d’abjects illuminés   trouvèrent le filon et exploitèrent la souffrance et les disparitions de tant de monde et en firent un business qui ne rapporte en aucun cas aux juifs mais à une mafia qui l’instrumentalise dans tous les pays et si bien définie par l’américain de confession Juive Norman Finkelstein dans son livre « L’industrie de l’Holocauste ». Or des gens très décomplexés comme la journaliste Française de confession juive Claude Sarraute se targuait à la télévision « Regardez ce que nous les juifs on a réussi à faire, on l’a vendu partout notre Shoah et on est couvert d’argent, on est vraiment plus fort que vous, tandis que vous les Arméniens vous avez eu la même chose, vous êtes juste capable de vous asseoir dans la rue ! » des comparaisons qui ne manquent pas de sel… ni de surprendre !
Dans cette spirale de l’indécence, il est de bon ton de rappeler que si les politiques et les médias à leur botte occultent les exactions du sionisme décrit par Louis Farrakhan,  gare à celui qui mettait en doute le sacro-saint équilibre de la terreur perpétrée par cette mafia sioniste en le taxant de nazi. Il serait honnête de remémorer le rôle de quantité de juifs qui n’ont cessé d’alerter et qui continuent d’alerter l’opinion sur les dérives diaboliques qu’instaurait cette pègre au pouvoir. Il faut se rappeler cette frêle américaine de 23 ans Rachel Corrie, qui le 16 mars 2003, n’écoutant que son cœur et son courage tenta de s’opposer à la destruction gratuite de maisons de palestiniens, elle fut délibérément assassinée par un bulldozer militaire israélien qui l’écrasa sans autre forme de procès.
Que dire lorsque des courageux israéliens clament leurs désaccords contre leur Etat voyou, que dire de ces milliers de rabbins à travers le monde, qui dans la dignité et par dizaines de milliers de Juifs tant aux Etats-Unis qu’ailleurs effectuèrent des manifestations monstres pour s’opposer à l’Etat d’Israël et sensibiliser l’opinion au drame que vivait les Palestiniens, que dire de ces rabbins  bravant l’interdit allaient soutenir le régime iranien en place, comment interpréter ces rabbins qui à Toronto, qui à Montréal mais encore, ces rabbins qui courageusement avec Dieudonné ont essayé d’ouvrir les yeux aux malvoyants mondiaux enfumés par une barrière d’un antisémitisme virtuel élaboré pour que l’on n’aille surtout pas gratter ; des fois que l’on trouve ce qu’il ne faut pas découvrir.
Au même échelon dans le délabrement de la France et de son autorité, aurions-nous tous été victimes de la technique moderne du coup d’État qui se présente essentiellement sous trois formes: « ONG, contrôle des médias et agents secrets ». Posez-vous la question.
Aujourd’hui, un pan du voile est levé et permet d’appréhender le calvaire qu’a vécu et qu’endure tous ces pauvres gens survivant avec l’énergie du désespoir dans un milieu d’une hostilité inqualifiable, et pour l’avoir déjà écrit, fausse route a été donnée en encourageant et en montant en épingle les pseudos prouesses qu’auraient effectués des Français volontaires dans l’armée Israëlienne, ce genre « d’exploits » n’a pas sa place en France pas plus qu’ailleurs, à fortiori pas lieu de s’exhiber dès lors l’on connaît le rapport des force en présence, « un nouveau-né luttant contre un char de 70 tonnes », une population prise en otage qui n’a aucun endroit où aller, contre un gouvernement israélien qui détruit systématiquement toutes habitations reconstruites en boucle avec les aides internationales ou de l’UE données pour offrir une chance à la paix. Il est temps que la communauté internationale fasse respecter le Droit international et demande des comptes au gouvernement israélien pour de telles exactions et crimes de guerre gratuits.
Que penser de ces israéliens venant au ‘’spectacle’’, pique-niquer en famille sur les hauteurs du drame pour voir leurs « boys » s’adonner au ‘’sport-étude’’ d’une épuration ethnique palestinienne planifiée par leurs Sionistes Psychopathes de gouvernants testant avec véhémence les nouvelles armes de destructions massives telles le DIME , où est la raison…? y a t-il encore une conscience lorsqu’en prime, il tuent des vieillards femmes et enfants, et visent des Hôpitaux … décidément le courage approprié de David en Palestine n’a bibliquement plus de limite dans sa re-lecture de la Torah pour l’appropriation de ce territoire qui en l’état ne profitera à personne.
Au cours de l’histoire de notre humanité des peuples ont souffert, mais, un peuple a souffert et parce que ce peuple a souffert ceci lui donnerait-il un blanc seing qui justifierait la souffrance qu’il inflige aux autochtones Palestiniens. Nous sommes à un moment charnière, il existe des gens ampli d’humanité avec qui l’on puis trouver des solutions équitables pour tous, c’est un défi, défi que Nelson Mandela a su relever et trouver au fond de lui même la force du Pardon dans un contexte où il a fait abstraction des souffrances que lui et les siens avaient supporté. La perfection n’existe pas mais l’on peut s’en approcher afin que le Mur des Lamentations ne soit plus le mur de la honte.
« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ».   Antoine de Saint-Exupéry

Pace Salute
Christian Sébenne

Publicités