L’Islam et la civilisation de l’Ouest – par Muhammed Fazlur Rahman Ansari

SIRENESMON GRAIN DE SEL  :

Si l’occident parle du « Rêve Américain » et, veut le concrétiser. Les Musulmans eux, de quel rêve parlent-ils?

Ils parlent du rêve occidental. Ou pour être plus juste, DES CHIMÈRES OCCIDENTALES.

Ils sont OBNUBILES  par la vie occidentale qu’ils en arrivent à oubliés leurs origines. Qu’ils arrivent à oubliés les principes fondamentaux de leur religion sacrée.
L’occident leur a fait miroiter LE MIROIR DES ALOUETTES, qui est aux antipodes de notre religion sacré.

Un occident dénaturé par la juiverie internationale, qui a perverti même la chrétienté et ses adeptes.

Un occident qui encourage et promeut : « LA VIE MATÉRIEL » – « LA CORRUPTION » – « LA THÉORIE DU GENRE » –  « LE MARIAGE POUR TOUS » – QUI SE VAUTRE DANS LA LUXURE – et bien d’autres.

Que même les véritables Chrétiens qui défendent leur foi menacé,  en souffrent de cette avalanche d’ignominies

Tous cela, n’est pas pour nous MUSULMANS.
Tous ce que ALLAH (swt) NOUS A INTERDITS FORMELLEMENT, l’occident sous le règne de la juiverie internationale, l’AUTORISE.

Pour le MUSULMAN qui aspire à une vie meilleure dans l’au-delà, ce n’est pas en passant par l’occident qu’il l’ATTEINDRA.

Publié par  :  KAM

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

L’Islam & la civilisation de l’Ouest – par Muhammed Fazlur Rahman Ansari

« Maintenant, partout où la spiritualité n’est pas considérée comme la valeur la plus élevée, comme c’est le cas en Occident, l’aspect matériel de la vie devient le principe régulateur et donc le matérialisme devient l’alpha et l’oméga de la vie. »

L’ISLAM ET L’OUEST

Le monde musulman passe aujourd’hui par une crise sans précédent dans son histoire. Cette crise a été créé par l’impact de la civilisation occidentale sur le monde de l’Islam. Elle a commencé lorsque, après un asservissement politique du monde musulman, les puissances impérialistes occidentales ont planifié leur subtile stratégie d’écrasement de l’esprit d’autodétermination des musulmans, et ont introduire un système d’éducation qui vise à asservir l’esprit musulman. Stratégies hostiles et planifiées à l’image du rapport Macaulay sur la politique éducative dans les territoires britanniques, ou les lois encadrése par les colonialistes français pour atteindre à l’Islam en Afrique, et la répression politique menée par la Hollande en Indonésie.
Les puissances impérialistes occidentales ont exécuté leur stratégie avec le maximum de brutalité, et toute insurrection musulmane contre cette planification s’avéra tout à fait insuffisante. Et le résultat clair de tout cela est qu’aujourd’hui, bien que la plupart des territoires musulmans ont retrouvé une liberté politique, l’Islam n’a pas encore retrouver sa liberté. Il reste encore ce que les impérialistes occidentaux ont apporté, à savoir, l’individualisme, tandis que toutes les affaires collectives sont sous la domination de l’Occident. En effet, le processus d’occidentalisation s’est poursuivi sans relâche dans le monde musulman. Et il a pris de l’ampleur dans de nombreux territoires musulmans depuis la fin de l’esclavage politique.
La civilisation occidentale est, en quelque sorte, l’enfant de l’Islam. Mais un enfant déloyale, puisque son progrès, sauf pour l’aspect technologique, a eu lieu dans une direction qui est diamétralement opposée au mode de vie islamique.
Les trois étapes par lesquelles la civilisation occidentale est passée depuis la Renaissance sont : la laïcité, le matérialisme et le communisme. Et il est évident que lorsque tout ceci est injecté dans le corps politique de l’Islam, cela ne peut agir que comme un poison, et non comme un panacée.

LE DRAME DE LA CIVILISATION DE L’OUEST

Sécularisme, matérialisme et communisme sont liés entre eux. Dans la tournure matérialiste de la première étape, qui a atteint la civilisation occidentale, le théâtre de la laïcité a séparé l’État de l’Église et les différentes branches de la connaissance ont divorcé de la croyance en Dieu. Cette étape a finalement ouvert grand les portes au matérialisme qui ne voit que la réalité matérielle. Ce matérialisme philosophique, après avoir pénétré tous les aspects du mode de vie occidentale, s’est transformé en «matérialisme scientifique» entre les mains de Karl Marx qui, au 19 ème siècle, a donné au monde, et pour la première fois dans l’histoire humaine, la plus complète et la plus agressive philosophie matérialiste.
Le portail Chrétien :
La laïcité doit son origine à deux facteurs : premièrement, le christianisme, qui est devenu la seule religion du monde occidental il y a quelques siècles, dont la loi dit : « Donne à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Ainsi fut divisé le christianisme de l’homme dans deux compartiments étanches. L’un d’eux, à savoir, le compartiment spirituel est présidé par Dieu, tandis que l’autre, à savoir, le compartiment de la vie mondaine, a été placé sous une guidance et un commandement humain.
De cette manière, le christianisme s’est ouvert à la laïcité quand un nouveau facteur est apparu sur la scène européenne, un facteur qui a poussé la maxime chrétienne à sa limite et dont les conséquences ont été les plus sinistres et les plus sombres. Ce facteur a été la guerre entre le christianisme et les forces des Lumières, après la Renaissance en Europe.
L’impact de l’Islam :
Comme tous les étudiants de l’histoire le savent, le christianisme est venu d’un monde Gréco-romain dont la civilisation était vacillante. Mais, au lieu de soigner le scintillement et la flamme de sa lumière, le christianisme a mené une guerre mortelle contre tous ses apprentis philosophes et scientifiques avec le résultat d’un âge situé entre l’introduction du christianisme en Europe et la Renaissance, identifié unanimement par les historiens de l’Occident comme étant le Moyen Age. L’obscurité de cet âge a finalement été dissipé lorsque le soleil de l’Islam s’est élevé de la vallée de Faran et que le Prophète Muhammed (paix soit sur lui) a inauguré l’ère scientifique moderne. Les savants musulmans ont alors déterré des trésors de connaissances de sous les décombres des civilisations mortes de la Grèce, de Rome, de Babylone et des Perses, et des Indes, jusqu’à Chine. Ils ont déterré ces trésors afin de les classer, de les cultiver, de les transmettre à Europe à partir de leurs universités de Bagdad, du Caire et d’Espagne. Connaissances et enseignements dont ont pus bénéficier des hommes fondateurs de la renaissance européenne comme Roger Bacon, le pape Sylvestre II et d’autres.
L’Eglise contre Lumières :
La Renaissance a en fait été un choc sévère pour le christianisme. Le christianisme qui exerçait un pouvoir politique, a réagi avec tout le venin dont il disposait. Les dirigeants de la Renaissance ont été persécutés, jusqu’à brûler certains d’entre eux vivant. Ils ont été forcés de se rétracter et ceux qui ne l’on pas fait on eu à souffrir. Un service régulier de l’infâme Inquisition a été institué. La conséquence ultime, c’est que les dirigeants de la Renaissance sont devenues ennemis jurés de l’Église. Cet inimitié se transformera en haine, et pour finalement aboutir à l’antagonisme contre toute religion et finalement contre Dieu lui-même.
Le sécuralisme pour dogme :
Un premier grand penseur qui a travaillé à jeter les bases de la laïcisation de l’Ouest est Darwin. Dans son livre : « L’origine des espèces », il a essayé d’expliquer biologiquement le phénomène de causalité mécanique dans lequel la nécessité d’affirmer l’existence de Dieu a été supprimée. Les idées de Darwin ont été appliquées dans la sociologie par Huxley et Spencer Herbert, dans la métaphysique de Hume, dans la loi et dans la morale et dans la politique par Bentham, Mill et Hobbes. Dès lors la pensée occidentale est devenue de plus en plus matérialiste et laïque, à tel point qu’un jour la laïcité est devenue une foi profondément ancrée dans les esprits et les cœurs des savants occidentaux. Par exemple, même un savant aussi conservateur que Marshall, dit au sujet de l’économie : « En économie, nous nous intéressons uniquement à la réalité économique et non pas à l’éthique. »
Les effets toxiques du sécularisme :
La séparation des différents départements de l’activité humaine, et leur division en différents compartiments étanches, a créé ce que les psychologues appellent la désintégration de l’ordre social et la dissociation de la personnalité humaine. Maintenant, partout où la spiritualité n’est pas considérée comme la valeur la plus élevée, comme c’est le cas en Occident, l’aspect matériel de la vie devient le principe régulateur et donc le matérialisme devient l’alpha et l’oméga de la vie. Et c’est cela qui a eu lieu à l’Ouest où la segmentation de la connaissance et la fragmentation de la vie a conduit à la laïcité. Et la laïcité a conduit au matérialisme et ce matérialisme conduit à des catastrophes. En ce qui concerne la dissociation de la personnalité de l’homme, à savoir, la personnalité de l’individu, cette dissociation créé, en fonction de la psychologie, la discordance des fonctions psychiques, et la mésentente de ces fonctions créé la névrose, qui, à son tour, augmente la criminalité, et le suicide. Et ceci à lieu à l’Ouest, où une grande partie de la population adulte souffre de névrose, et où le pays le plus développé du monde occidental a le pourcentage de fous et de criminels le plus élevé. La situation s’aggrave de jour en jour, et la raison n’est pas à chercher bien loin. Lorsque la personnalité humaine est divisée en plusieurs segments et que chaque segment est traité individuellement, très naturellement l’aspect physique devient le centre de l’homme, parce que ce segment physique est le plus évident dans l’expérience humaine. Et quand l’acquisition maximale de plaisirs physique devient le plus haut idéal de la vie humaine, cet idéal ne peut être atteint sans endommager d’autres aspects de sa personnalité et sans blesser l’intérêt d’autrui. Les crimes se multiplient donc rapidement, et le suicide augmente chez ceux pour qui la vie semble n’avoir aucun sens. C’est pourquoi le monde occidental est aujourd’hui, à cause de la laïcité, sur les cornes d’un
dilemme, entre le mal et les abîmes. Cet opinion a été exprimé avec beaucoup de véhémence par le plus grand philosophe de l’histoire moderne, Arnold J.Toynbee.
Emergence du communisme:
Lorsque nous analysons le concept de laïcité, nous constatons qu’un peuple ne peut pas croire en Dieu ni pratiquer la religion et que, par conséquent, toutes leurs perspectives sont complètement athées et matérialistes. Il y a de nombreux exemples parmi les démocraties occidentales et leurs imitateurs. Les exemples parmi ces derniers sont la Russie ainsi que des Etats communistes. Dieu est toléré dans la laïcité, cependant, c’est seulement une étape préliminaire avant la laïcité sans Dieu. Ce fait est très bien rapporté par l’Histoire. Lorsque le christianisme est arrivé en Europe, l’empire chrétien a évolué avec un caractère non-laïque. Il était théocratique. Puis vint le temps, lorsque les fonctions de l’Etat et de l’Eglise ont été séparées, où les États chrétiens ont été sécularisé. Cette laïcité a progressivement sapé les forces de la religion et le processus a continué jusqu’à aujourd’hui. Dans l’intervalle, l’enfant naturel de la laïcité est né sous la forme du communisme. La laïcité qui tolère Dieu a été détrôné par la laïcité qui déteste Dieu. Et comme Karl Marx, qui a fondé le communisme, ne croyait pas à la construction d’une maison à moitié achevée, il entraîna la laïcité et la porta à son point culminant, à un «matérialisme décomplexé» ou, à un «matérialisme scientifique».
Le communisme semble n’être qu’une doctrine économique. Mais en réalité, elle est aussi une philosophie de vie. Karl Marx a pris le plus grand soin à ce que son livre « Das Kapital », de ne pas commencés par de l’économie, mais par une conviction philosophique. Dans sa méthode de raisonnement, il commence avec l’ion du matérialisme. Ensuite, il applique sa philosophie aux phénomènes sociaux. Puis le matérialisme devient la finalité de la vie. Il donne une philosophie qui hait Dieu, ridiculise la religion et fronce les sourcils à l’idée de ces valeurs et de ces idéaux. Pour lui, les seules réalités sont la faim et le sexe. Il s’agit de sa «religion», et c’est la religion de tous les sympathisants communistes.
Il est donc évident qu’il existe une relation naturelle et logique entre le sécularisme, le matérialisme et communisme.
La nouvelle trinité matérialiste :
Comme souligné plus haut, la civilisation occidentale moderne séculaire est une civilisation matérialiste pour laquelle l’idée de Dieu est irrationnelle. Les nations occidentales ont longtemps été adeptes de la trinité. Mais ils ont échangé la notion chrétienne de trinité : Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit, pour la triade laïque : argent, alcool et femme. Ce sont les nouveaux «dieux» adorés par la civilisation occidentale d’aujourd’hui.
Les fondations de la civilisation occidentale :
Voici la situation qui domine la vie pratique, une analyse de la philosophie de la civilisation occidentale révèle qu’elle est fondée sur :
1. le matérialisme, d’un point de vue métaphysique ;
2. le sensationnisme, d’un point de vue psychologique ;
3. l’opportunisme et la luxure, d’un point de vue éthique ;
4. l’exploitation de l’humanité sous-développée, d’un point de vue économique, tout comme le capitalisme et le communisme exploitent et asservissent tous deux le peuple ;
5. l’antagonisme racial, d’un point de vue politique ;
En fait, toutes ces caractéristiques sont les expressions d’une chose : le matérialisme.
Culmination du communisme :
Si nous étudions le communisme, nous constatons que dans la civilisation occidentale moderne les caractéristiques de cette idéologie ont
été amplifié au centuple. Le premier est un nain, le second est un géant; mais tous deux appartiennent à la même espèce. Mais sans la civilisation occidentale moderne séculière, le communisme ne serait jamais né !
IDEOLOGIE ISLAMIQUE
VALEURS ET IDEOLOGIES :
La conscience humaine se manifeste sous cinq formes différentes, à savoir : la conscience empirique ou physique, la conscience théorique ou rationnelle, la conscience morale, la conscience esthétique et la conscience spirituelle. Par conséquent, la personnalité de l’homme dispose de cinq différents plans d’activités, à savoir : physique, mental, moral, esthétique et spirituelle. Ces cinq plans de référence portent l’activité à cinq ensembles de valeurs, à savoir : physique, mental, moral, esthétique et spirituelle. Les différences entre les idéologies de l’homme et les distinctions entre les civilisations humaines reposent toujours sur l’accent qui est mis sur les différentes valeurs.
Une enquête critique sur les idéologies qui ont existé dans l’histoire humaine révèle qu’elles ont toutes mis l’accent sur certaines valeurs et à différents degrés. Ainsi, dans certaines idéologies, l’accent a été uniquement mis sur la valeur physique et par conséquent, celles-ci ont toutes été de type matérialiste. Dans certaines autres idéologies, l’accent a été mis sur la valeur spirituelle. En ce qui concerne ces dernières, encore une fois, l’accent a pris deux formes différentes, à savoir : la spiritualité mystique, qui est basé sur la mystification de la vie, ou fuyant à la vie; et la spiritualité rationel, dont la fonction est d’orienter l’activité humaine dans une perspective spirituelle et à intégrer la personnalité de l’homme sur la base de la valeur spirituelle.
Il ne s’agit pas, cependant, d’une seule valeur mettant l’accent sur une idéologie généralisée, mais plutôt, un ensemble de valeurs, et ces valeurs sont présentées sous un système de classement dans lequel est souligné une valeur de base. D’autres sont classés par ordre de mérite. Ainsi, l’idéologie de l’ancienne civilisation hindoue était mystico-intellectuelle, et l’élément mystique était dominant, et la valeur intellectuelle, son serviteur. En outre, la valeur physique était considérée comme un mal nécessaire et la valeur morale a été traité comme un complément de la torsion mystique. Cette idéologie a créé une richesse mystique et philosophique, mais en omettant de faire toute grande contribution dans le domaine des sciences empiriques. La civilisation grecque était empirico-intellectualiste. Leurs perspectives étaient plus rationnels et réalistes, bien que leurs plus grands philosophes ont montré des signes d’incapacité de se défaire de l’emprise de la superstition. L’idéologie de la
la civilisation occidentale moderne est empirico-esthético-intellectualiste. Dans cette idéologie, le physique est la plus fondamental, tandis que le mental est sous-évalué, et la valeur morale est considérée dans une perspective utilitariste, d’opportunisme.
CARACTERISTIQUES DE BASE DE L’IDEOLOGIE ISLAMIQUE :
Fondements spirituels et intégration de valeurs :
En ce qui concerne l’idéologie islamique, elle est dominée, dans la première partie de sa base, par la valeur spirituelle. Cette fonction de valeur dans le
système des valeurs islamiques est fondamentale, et c’est ce qui fait sa durée de vie et qui alimente toutes les autres valeurs de l’Islam. L’Islam estime que dans leur assemblage et leur intégration harmonieuse, chaque valeur doit être maintenue dans son état naturel et aucune valeur ne doit être indûment restreint. La valeur spirituelle fonctionne comme une force omniprésente auprès de chaque membre de la structure comme un pentagone.
Faire de la valeur spirituelle le fondement signifie construire l’édifice de la vie sur un système de croyance (ou Iman/foi). En Islam, cela consiste fondamentalement en la croyance en Un Dieu unique, en ses Messagers et en la vie après la mort.
L’Islam enseigne que la croyance est l’origine de l’action, qui agit dans la vie, intérieurement et extérieurement. La croyance est la « racine » de « l’arbre » de l’activité humaine avec ses différentes « branches » : morale, politique, économie, etc. Ainsi, alors que l’Islam prend soin de la racine, comme de la
branches, il met l’accent principal sur la racine. Car, lorsque la racine est forte et en bonne santé, lorsque l’amour pour Dieu est véritable, que la fidélité à Dieu devient indivisible et que la peur de la responsabilité finale s’empare du cœur, l’ensemble de l’activité humaine et son oeuvre progressent d’une manière naturelle et glorieuse. C’est ce qui s’est passé quand le peuple d’Arabie a répondu à l’appel du Prophète Muhammed (Que la paix soit sur lui). La vie de ceux qui ont embrassé l’Islam était révolutionnée, et leurs motivations et leurs actions ont atteint des sommets de pureté jamais atteint. Le cour de leur histoire a changé, et a changé aussi le cour de l’histoire de l’humanité. L’Islam diffère donc du communisme où l’accent est mis sur la valeur physique au détriment d’autres valeurs.
Intégralité de l’orientation :
L’Islam considère Dieu comme la source de toute orientation. Par conséquent, l’orientation qu’Il a offert ne pouvait que viser à l’exhaustivité. Cela constitue la deuxième caractéristique de base de l’idéologie islamique. L’Islam n’est pas seulement une religion construite sur un cérémonial, sur quelques maximes morales ou quelques miracles. Il est « Deen », à savoir, un traité intégral de la guidance qui couvre tous les secteurs concevables de l’activité humaine. Ainsi, alors que l’islam est essentiellement une religion, c’est aussi une culture et une civilisation. Son objectif est la réussite de l’homme dans cette vie ainsi que dans l’autre.
Principe d’unité :
La notion d’intégration des valeurs qui nous amène à la troisième caractéristique de base de l’idéologie islamique, est, le principe de l’unité.
En d’autres termes, l’Islam est la religion de Tawheed (l’unité) qui la traverse du début à la fin. Sa première expression est dans le domaine de la conception de Dieu. L’Islam insiste sur le fait que Dieu est Un, que Dieu n’a aucun associé dans Ses fonctions et qu’il n’y a rien de comparables à Dieu. Dans cet enseignement, l’Islam s’oppose et réfute les enseignements du christianisme, l’hindouisme et d’autres religions polythéistes. Encore une fois, la conception islamique de l’Unité de Dieu est transcendant. Ici, il est opposé à la notion juive anthropomorphique de la divinité. En effet, la doctrine islamique de l’Unicité de Dieu est la plus pure (et la plus élevée dans l’ensemble du domaine de la religion, et aussi la plus rationnelle car les dernières avancées dans le domaine de la philosophie scientifique ont progressivement été dans la même direction).
La deuxième manifestation du principe de l’unité est dans le domaine de la nature du monde. L’Islam considère le cosmos tout entier comme une unité. Il a été créé – novo ab – par Le Dieu Unique. Ce qui signifie que l’ensemble de ses différentes composantes et pièces sont interdépendantes et fonctionnent pour la réalisation d’un but. Cette unicité de but fait du monde un ordre moral.
La troisième étape dans laquelle le principe de l’unité se manifeste est celle de l’humanité. Selon L’Islam, tous les êtres humains, même Européens, blancs ou noirs, rouges ou jaunes, africains, Occidentaux ou Orientaux, forment une famille. Et ici, l’Islam a jeté les bases des Droits de l’homme fondamentales dans le domaine des relations sociales. On pourrait, par contraste, se référer ici à la hiérarchie raciale complexe qui a été
perpétrée par les chrétiens, les juifs et les hindous.
La quatrième étape au cours de laquelle le principe de l’unité se manifeste réside dans le domaine de la connaissance. Parce que toutes les différentes parties du monde sont organiquement liées entre elles, les différents ministères de la connaissance sont également liés entre eux. Selon l’Islam, l’humanité peut atteindre une vrai connaissances et en tirer des prestations appropriées par la quête du savoir, et non pas en séparant les
différents départements de la connaissance, une erreur que la civilisation occidentale moderne a commis.
La cinquième étape au cours de laquelle le principe de l’unité se manifeste est celui de la personnalité humaine; en ce qui concerne les différents facteurs qui entrent dans la composition de l’individu comme autant de facettes différentes et d’aspects d’une même chose. La personnalité de l’homme, selon l’Islam, est essentiellement une unité. C’est un tout organique, et son bon développement n’est possible que si tous les aspects de la vie humaine
reçoivent toute l’attention qui leur est dû et s’ils sont traités non pas comme des cas isolés, mais comme des phénomènes rééls interdépendants. En vérité, la distinction du «religieux» et du «laïque» est totalement étranger à l’Islam. Ce point de vue islamique global de la personnalité humaine contraste fortement avec la vue partielle de la personnalité présentée et soutenue par les non-islamiques, d’une part, et par le modèle occidental laïque et communiste, de l’autre.
Basé sur la Révélation divine :
La quatrième caractéristique de base de l’idéologie islamique est l’accent mis sur la Révélation divine, qui est le fondement de l’orientation de l’homme. L’Islam enseigne que lorsque Dieu Tout-Puissant a créé le premier être humain à savoir, Adam, Il lui a révélé la «connaissance de toutes choses» et fait de lui le premier prophète. Après cela, il a continué à envoyer la guidance à travers la Révélation donnée à Ses différents messagers envoyés à toutes les races et tous les peuples de l’humanité. Ce processus d’éducation de l’humanité a continué jusqu’au Prophète Muhammed (Paix de Dieu soit sur lui), ensuite, la révélation divine a été scellé. Ainsi, selon l’idéologie islamique, c’est la révélation divine qui a nourri la civilisation humaine depuis le début et à travers les différentes époques de l’homme. C’est avec l’avènement du Prophète Muhammed (Que la paix soit sur lui) que l’humanité a atteint le stade de maturité. Le dernier Livre révélé, à savoir le Saint Coran, a conservé sa primitive pureté jusqu’à ce jour, et demeurera avec l’humanité dans cet état de pureté jusqu’à au Jour dernier.
Le principe qui se dégage de cet enseignement islamique est que le salut de l’humanité a toujours été et sera toujours fondé essentiellement dans la Révélation divine. Cela ne signifie pas que l’Islam prive la raison humaine de sa vraie place dans les affaires humaines. En effet, l’Islam a établi la plus grande emphase sur l’importance de la Raison et sur la culture de la connaissance et de toutes ses branches. A côté de cela, cependant, l’Islam insiste également sur l’homme et les limites de la raison. Par exemple, l’Islam enseigne que la raison humaine est absolument incapable de résoudre les
problèmes ultimes. Dans le domaine des problèmes sociaux aussi l’Islam tient à l’idée que la raison de l’homme commet des bévues si elle n’est pas guidée par la Révélation divine. En outre, la Raison a atteint son stade actuel de développement essentiellement à travers sa culture et la formation par Révélations divine au cours des âges.
Principe du vice-gérant de l’homme :
La cinquième caractéristique de base de l’idéologie islamique est son enseignement sur l’homme et sa relation avec le monde. L’Islam proclame que l’homme est le vicaire (Khalifa) de Dieu sur terre. Maintenant, que signifie ce terme ? Dans le premier cas, l’homme est comme agent de Dieu dans tous les domaines de la vie, pour lui-même ou pour autrui, et dans la morale ou la politique ou l’économie ou tout autre service de l’activité humaine. Cette grande idée ouvre la porte à une dynamique spirituelle et conduit l’humanité sur la voie de la civilisation authentique. Deuxièmement, l’homme a été
doté par Dieu de certaines capacités avec lesquelles il peut soumettre les forces naturelles et les exploiter à son usage. Il s’agit d’une idée révolutionnaire qu’introduit l’Islam dans la pensée humaine. Cette idée du Saint Coran ouvre toutes grandes les portes du progrès scientifique et technologique pour l’humanité, et porte un coup terrible au culte de la nature qui avaient entaché les perspectives des religions idolâtres du monde.
Démocratie approfondie :
Le sixième long métrage de base de l’idéologie islamique, c’est qu’il est une démocratie approfondie. La société construite sur l’Islam est tout à la fois une démocratie spirituelle, une démocratie sociale et une démocratie politique. Mais il s’agit d’une démocratie essentiellement spirituelle en Islam, car il n’y a pas de sacerdoce, à savoir, une classe privilégiée ou une dynastie de chefs religieux qui pourraient agir comme intermédiaires entre l’homme et Dieu. Toutes les autres religions du monde d’établissent la prêtrise et par conséquent, établissent une oligarchie spirituelle. La Société islamique est une socio-démocratie, parce que l’Islam établit un ordre sans classes sociales dans lesquelles le niveau de préférence et de supériorité est
ni une tribu ni une dynastie ni une race ni une richesse, mais seulement la noblesse de caractère. Quand l’Islam insiste sur la souveraineté de Dieu, cela signifie qu’aucun être humain n’a le droit de statuer sur les autres êtres humains. Le chef de l’Etat, son cabinet et son parlement, sont tous simplement élus par le peuple en vertu de la Loi de Dieu et d’un mandat divin pour effectuer l’administration au service de Dieu. Dans un gouvernement islamique, l’ordre politique de la suprématie sur le plan humain n’est pas donné à une personnes mais à la Loi. Selon l’Islam, tous sont égaux devant la loi. Ainsi, l’Islam piétine sous ses pieds la conception séculaire, monarchique et la conception moderne des privilèges spéciaux des Chefs d’Etat.
Principe de l’équilibre :
La septième partie de la base de l’idéologie islamique consiste dans le principe d’adopter la voie du milieu dans nos perspectives et nos actions, et ce principe se manifeste à différents niveaux. Par exemple : Le principal défaut de toutes les religions non-islamiques et de toutes idéologies est d’être unilatéral; ils sacrifient soit uniquement pour ce monde ou soit uniquement pour l’autre. L’Islam est un équilibre heureux entre les exigences de ce monde et les exigences de l’autre, donnant ainsi le seul équilibre pouvant assurer le succès véritable et globale.
L’Islam ne sacrifie ni les intérêts de l’individu ni les revendications de la société, mais donne ce qui leur est dû. Dans le domaine de la politique, l’Islam produit un effet d’équilibre plus sain entre les droits de l’Etat et les droits des citoyens, évitant ainsi le totalitarisme et l’anarchie. Dans le domaine de l’économie, l’Islam résout le conflit entre le capital et le travail en assurant de véritables droits et en dirigeant ainsi une voie médiane entre le capitalisme et le communisme.
Modèle complet et parfait :
Le Prophète Muhammed (Que la paix soit sur lui) ne s’est pas borné à donner des sermons et à fixer des règles
de conduite, pour ne pas les mettre en pratique. Ses enseignements couvrent tous les aspects de la vie humaine, et son exemple pratique couvre tous les domaines de l’activité humaine. Ainsi l’Islam a donné non seulement une théorie complète de la croyance humaine et de la conduite, mais aussi un modèleparfait, et cette caractéristique de l’idéologie islamique est à nouveau unique dans l’histoire de l’humanité.
Raison :
L’idéologie islamique est allié à la raison. Au lieu d’exiger une acceptation aveugle sur la base de « Crois et tu seras sauvé », le Saint Coran fait appel page après page, à l’emploi de la raison dans la compréhension de la vérité, de la beauté et la grandeur de son enseignement.
L’islam a non seulement harmonisé le rôle de la Raison et de la Révélation, mais il a également mis un accent particulier sur la culture des sciences physiques : une quête qui est obligatoire et sacrée, selon le Saint Coran qui, page après page, appelle de façon impressionnante à enquêter sur les phénomènes naturels et multiples pour ainsi réaliser la Parole de Dieu dans l’Œuvre de Dieu, et aussi exploiter les forces naturelles pour la réalisation de la destinée humaine.
La recherche scientifique, en l’Islam, doit toutefois être poursuivis dans une perspective spirituelle et non pas pour faire la promotion du matérialisme et de l’athéisme comme c’est le cas, malheureusement, dans l’Ouest.
Conclusion :
Nous avons évalué brièvement la nature de la civilisation de l’Ouest (Occident) et les caractéristiques de base de l’Islam, et la seule conclusion à laquelle on peut arriver, c’est que le matérialiste hédoniste de la civilisation de l’Ouest n’est pas compatible avec la vision spirituelle de l’Islam.
L’Islam n’est ni rigide, ni rétrograde. Plutôt, il est pour la coopération dans tout ce qui est bon. L’Islam ne s’engagée a des progrès que pour des manifestations authentiques et saines. Le Coran dit la chose suivante : « Coopérer dans la vertu et la piété (avec tous les êtres humains) », et en ce qui concerne le Prophète Muhammed (Que la paix soit sur lui), il a dit : « Toute la sagesse est la propriété perdue du Croyant, il devrait s’en emparer partout où il se trouve ».
Le seul bien que l’Occident possède consiste en des réalisations dans le domaine de la technologie. L’Islam ne met pas d’obstacle dans la voie de l’acquisition de ceci. Mais la culture sensualiste de l’Ouest est un pur poison dans plusieurs de ses aspects, et son adoption ne signifie rien moins que la destruction de l’Islam. En outre, l’Islam vise à une civilisation autonome, et donc il ne peut permettre à quiconque de remplacer ses fondations ou d’échanger ses principes culturels avec des normes et des idéaux extérieurs.
Seule la vérité est nécessaire pour se réaliser dans sa plénitude avant qu’il ne soit trop tard, et la réalisation de cette vérité, à son tour, signifie une rupture radicale avec le chaos actuel et un retour à la philosophie de l’Islam, et un système pédagogique qui pourrait assurer l’émergence d’une personnalité islamique dans les rangs de l’intelligentsia musulmane.

Par Muhammed Fazlur Rahman Ansari, 1983.
Traduit par TâLib Fï Säbïlï Lläh, pour Al-Wissâl
Reproduction autorisée avec indication des sources.

SOURCE :  http://infomuslim.over-blog.com/2014/06/l-islam-la-civilisation-de-l-ouest-par-muhammed-fazlur-rahman-ansari.html

Publicités