L’USS Liberty, le lobby et une longue liste de laquais

 IS 02MON GRAIN DE SEL :

Effectivement, c’est un IMMENSE BRAS D’HONNEUR qu’on fait les israéliens à l’AMÉRIQUE et au PEUPLE AMÉRICAIN.

Avec la plus grande bénédiction du président de l’époque. Plus de lâcheté encore,  « Alors que les blessés étaient évacués, un officier de renseignement de la Navy donna l’ordre aux hommes de ne pas parler de leur épreuve à la presse. »

AMÉRIQUE PAYS DE LA LIBERTÉ ET DE LA DÉMOCRATIE.

LIBERTÉ de massacrer ses enfant en toute DÉMOCRATIE

Publié par  :   KAM

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

L’USS Liberty, le lobby & une longue liste de laquais

Qu’est-ce que John McCain, Hillary Clinton, George Bush et Lyndon B. Johnson ont en commun? Tous des laquais, redevables à un petit pays, bien qu’aucun ne soit né là-bas. Ce petit pays, Israël, qui est plus petit que le comté de San Bernardino (Californie) dicte la politique américaine à travers un système de lobbying puissant et intimidant. Ces lobbies influencent les élus états-uniens (des laquais) envoyés à Washington par des électeurs américains naïfs, ostensiblement pour représenter l’Amérique mais, en fait, au service d’une loyauté duale.

 

L’USS Liberty, le lobby & une longue liste de laquais

Qu’est-ce que Donald Rumsfeld, Dick Cheney, Bill Clinton, Henry Kissinger, Jimmy Carter, Diane Feinstein et Robert McNamara ont en commun? Ils obéissent indûment à ces lobbies –AIPAC, JINSA, ADL– et représentent les intérêts d’Israël, d’abord et avant tout, puis ceux de l’Amérique ensuite.

Quand est-ce que tout ça a commencé? Le moment charnière pourrait remonter à une quarantaine d’années en arrière, peut-être plus. Mais l’acte avéré qui a le mieux révélé comment les présidents américains, les sénateurs et les membres du Congrès rampent et se subjuguent eux-mêmes devant les volontés des puissantes élites israéliennes (beaucoup d’entre eux étant d’anciens terroristes), est arrivé le 8 juin 1967.

Ce jour-là, le navire de renseignement légèrement armé, l’USS Liberty, a subi un bombardement intense non provoqué alors qu’il naviguait le long de la péninsule du Sinaï. Après avoir volé des heures durant autour du navire clairement identifié, des chasseurs israéliens et des navires patrouilleurs ont bombardé, mitraillé, attaqué au napalm et finalement torpillé le Liberty, faisant 34 morts et 174 blessés.

Malgré ça, le Liberty n’a pas coulé. Des appels au secours du navire touché purent atteindre le porte-avion USS America non loin de là. Des chasseurs F4 furent catapultés pour assurer une protection du navire en feu.

Selon Jeffrey St Clair, auteur du livre « Grand Theft Pentagon (Pentagone, le grand vol) »: « Le Secrétaire à la Défense Robert McNamara se mit en colère et demanda aux chasseurs de rentrer: ‘Dites à la 6ème flotte de faire rentrer ces avions immédiatement!’ L’injonction de McNamara fut répétée en termes plus salés par l’amiral David L. McDonald, le chef des Opérations Navales: ‘Vous ramenez ces putains d’avions sur le pont, et vous les remettez en soute.’ Les avions firent demi-tour et l’attaque sur le Liberty continua. »

Le Liberty sans défense endura le bombardement pendant deux heures et, finalement, ce fut le mitraillage des embarcations de secours. Alors que les lâches amiraux américains abandonnaient le navire de leurs camarades de la Navy, un bateau russe répondit finalement à leur signal de détresse.

Après l’attaque, le Pentagone et la Maison Blanche refusèrent de désigner Israël comme coupable. Au lieu de ça, ils menacèrent les marins sous le choc. Sinclair écrivit :
« Alors que les blessés étaient évacués, un officier de renseignement de la Navy donna l’ordre aux hommes de ne pas parler de leur épreuve à la presse. »

L’USS Liberty, le lobby & une longue liste de laquais
image: http://www.alterinfo.net/photo/art/default/369981-455358.jpg?v=1290018210

 

L’USS Liberty, le lobby & une longue liste de laquais

Il n’existe pas de plus grands traîtres pour envoyer des soldats patriotes pour détruire d’autres pays, tout en ruinant et mettant en banqueroute son propre pays, sous le prétexte de la sécurité nationale. Pire encore, envoyer des soldats américains pour les empoisonner en répandant des toxines sur une population innocente occupée, tout en mettant en banqueroute les deux pays et en enrichissant quelques individus.

Quand le président Johnson et son Secrétaire à la Défense Robert McNamara abandonnent l’équipage de l’USS Liberty à son sort, par égard à un quelconque petit pays coupable d’un massacre, ils font honte à la nation toute entière. Ils ne ressentaient aucune loyauté vis-à-vis de leurs soldats mais, comme font les trouillards, ils ont menti et subverti la justice.

Sans surprise, beaucoup d’historiens ne considèrent aujourd’hui Lyndon B. Johnson et McNamara pas mieux que des criminels de guerre. La même chose s’applique aux Clinton et Kissinger, Rumsfeld et Bush. Déloyaux vis-à-vis des soldats et des citoyens américains moyens, on ne peut s’empêcher de les voir comme des criminels de guerre, des trouillards lâches, des petits Machiavel, redevables d’un lobby voyou et d’une petite nation.

Si ce lobby n’existait pas, les aspirations insignifiantes de l’Iran (la souris qui rugit) ne seraient pas exhibées en première page de tous les journaux US ni sur les grandes chaînes d’information. Pas un seul américain ne prêterait attention à ce qu’ils font, qu’ils veuillent une centrale nucléaire ou une bombe.

Ne faites pas d’erreur : les événements de l’USS Liberty se sont passés exactement comme l’équipage les ont décrits. Aujourd’hui, l’Amérique est le Liberty, le bateau de l’état lui-même, et la même sorte de lâcheté et de traîtrise s’est passée, la traîtrise envers les soldats, les citoyens et les contribuables, envers chaque personne confiante qui s’attend à ce que ses dirigeants la servent et la protègent. Malheureusement, au lieu de cela, ils sont trahis et l’Amérique est de plus en plus ruinée.

PS: Des historiens pensent que la raison de l’attaque de l’USS Liberty était que les forces israéliennes de défense craignaient que le navire espion fût à l’écoute alors qu’ils venaient de massacrer 1.000 prisonniers. D’autres pensent que le ministre de la défense, Moshe Dayan, avait ordonné de couler le navire, espérant mettre ça sur le dos des égyptiens – et donc causer un faux incident terroriste comme l’opération Northwoods ou le 11 septembre.

par Douglas Herman, en exclusivité pour Rense.com

 

 

Vendredi 12 Mai 2006


Commentaires
1.Posté par visiteur le 12/05/2006 19:43 | Alerter

« je n’ai été jamais satisfait de l’explication israélienne. . . Par la voie diplomatique nous avons refusé d’accepter leurs explications. Je ne les ai pas crues alors, et je ne les crois pas à ce jour. L’attaque était indigne  »
— secrétaire d’état des USA doyen Rusk

« … la commission d’enquête (conclu) que les Israéliens ont su exactement ce qu’ils faisaient en attaquant la liberté. »
— CIA Directeur Richard Helms

« je peux vous dire que pour une certitude absolue (des communications arrêtées) que les Israéliens ont su ils attaquaient un bateau américain. »
— Directeur adjoint Oliver Kirby NSA

« qui la liberté pourrait avoir été erronée pour le EL égyptien Quseir de bateau d’approvisionnement est incroyable »
— aide spécial au Président Clark Clifford, dans son rapport au Président Lyndon Johnson
« les plus hauts fonctionnaires [ de l’administration de Johnson ], y compris le président, l’ont crue ‘inconcevable ‘que les forces ‘habiles ‘de la défense de l’Israel pourraient avoir commis une erreur si brute. »
— biographe de Lyndon Johnson Robert Dallek dans le géant,la pression défectueux d’université d’Oxford, 1998, pp 430-31)

« un lait de chaux gentil pour un groupe d’ignorant, de stupide et de déplacé [ juron supprimé ]. »
— note manuscrite août de 26, 1967, par directeur adjoint Louis W. Tordella NSA réagissant aux Israéliens acquittants de décision israélienne de cour du blâme pour l’attaque de liberté.

« jamais avant dans l’histoire de la marine des Etats-Unis a une marine que la commission d’enquête a ignoré le témoignage des témoins oculaires militaires américains et pris, sur la foi, le mot de leurs attaquants. »
— capitaine Richard F. Kiepfer, corps médicaux, marine des USA (retirée), survivant de liberté d’USS

« l’évidence était claire. Amiral Kidd et moi avons cru avec certitude que cette attaque… était un effort délibéré de descendre un bateau américain et assassiner son entier servez d’ équipier…. C’était notre croyance partagée. that l’attaque. could pas probablement avoir été un accident…. Je suis certain que l’Israélien pilote [ et ] leurs supérieurs. conscient du fait bon de were que le bateau était américain. »
— capitaine Ward Boston, JAGC, marine des USA (retirée), avocat-conseil juridique aîné à la cour de marine des USA de l’enquête

Que l’attaque était délibérée « juste n’était pas une issue contestée » au sein de l’agence de sécurité nationale
— l’ancien directeur de NSA a retiré le lieutenant le Général William Odom d’armée 3 mars 2003 dans une entrevue pour des démarches navales d’institut

L’ancien directeur amiral Bobby Inman de NSA/CIA « a catégoriquement rejeté » le Cristol/Israeli réclame que l’attaque était un accident
— entrevue de 5 mars 2003 pour des démarches navales d’institut

De quatre anciens seniors de NSA/CIA avec la connaissance intérieure, aucun ne se rendait compte de n’importe quel fonctionnaire d’agence qui a différé d’opinion de la position que l’attaque était délibérée
— David Walsh, écrivant dans des démarches navales d’institut

« il s’avère pour moi que ce n’était pas un cas pur d’identité erronée. »
— capitaine William L. McGonagle, officier commandant, liberté d’USS, parlant au cimetière national de Arlington, juin 8, 1997

« suggérer qu’ils [ le film encreur ] ne pourraient pas identifier le bateau est… ridicule… Quiconque qui ne pourrait pas identifier la liberté ne pourrait pas faire la différence entre la Maison Blanche et le monument de Washington. »
— amiral Thomas Moorer, chef des opérations navales et plus défunt

Président, chefs de personnel communs, cités dans le Washington post, juin 15, 1991, p. 14

En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/L-USS-Liberty-le-lobby-une-longue-liste-de-laquais_a1754.html#yO4m3EbAZYZfDBCg.99