Le calife Al-Baghdadi n’est autre qu’un agent actif de l’Intelligence américaine, britannique et israélienne

CIAMON GRAIN DE SEL :

Il arrive que des illusionnistes ratent leurs numéros. Attention aux fausses notes. L’addition sera très salée.

Comme par exemple une invasion de FRELON ???????????

Publié par  :  KAM

=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=

Le calife Al-Baghdadi n’est autre qu’un agent actif de l’Intelligence américaine, britannique et israélienne

isis 3Abou Bakr al-Baghdadi est un homme invisible, qui existe sans exister et dont on ne sait quasiment rien. Mais c’est lui que veulent désormais suivre les jihadistes du monde entier, y compris des centaines de jeunes musulmans des banlieues. Cette énigme contribue d’ailleurs à faire la force d’Abou Bakr al-Baghdadi, tout le monde a entendu parler de lui, mais personne ne sait vraiment comment il a brutalement émergé sur la scène du jihad mondial, comment, en quelques mois, il est devenu l’homme par qui la terreur arrive, comment il a relégué l’actuel chef d’Al-Qaeda, Ayman al-Zawahiri, dans les greniers du jihad ?

daech_usaDe son vrai nom est SHIMON ELLIOT, de père et mère juifs, le fameux calife de l’Etat islamique d’Irak et de Syrie n’est en réalité qu’une créature de la CIA et du Mossad israélien.

LE PLAN : rentrer dans le cœur militaire et civil des pays qui sont déclarés comme une menace pour ISRAËL afin de les détruire pour faciliter, par la suite, la prise de pouvoir de l’État sioniste sur toute la zone du MOYEN-ORIENT afin d’établir le GRAND ISRAËL.

Ses crimes perpétrés au nom de l’Islam incombent directement aux Etats-Unis et à Israël et s’inscrivent dans le cadre de la stratégie géopolitique israélienne. Le Calife a déclaré que le califat n’avait pas vocation à s’en prendre à Israël, mais que le djihad continuerait jusqu’à la chute de Rome… C’est désormais plus clair… Ce qui est certain en tous les cas, c’est que le « calife »ne pourrait pas agir de la sorte à Mossoul, en Irak, en Syrie ni ailleurs… sans l’aval de ses maîtres américains.

mossad ciaUn document de la NSA révèle également que le calife Al-Baghdadi est un agent actif de l’Intelligence américaine, britannique et israélienne.

Edward Snowden, l’ancien consultant et informaticien de l’Agence américaine de sécurité (NSA), a d’ailleurs révélé que les services de renseignement britannique et américain, ainsi que le Mossad, ont collaboré ensemble pour la création du groupe djihadiste Daech ou l’État islamique en Irak et au Levant.
Snowden a indiqué que les services de renseignement des États-Unis de la Grande-Bretagne et de l’entité sioniste ont collaboré ensemble afin de créer une organisation terroriste qui soit capable d’attirer tous les extrémistes du monde vers un seul endroit, selon une stratégie baptisée « le nid de frelons ».

Les documents de la NSA évoquent « la mise en place récente d’un vieux plan britannique connu sous le nom de « nid de frelons » pour protéger l’entité sioniste, et ce en créant une religion comprenant des slogans islamiques qui rejettent toute autre religion ou confession ».

Selon les documents de Snowden, « la seule solution pour la protection de l’État hébreu  est de créer un ennemi près de ses frontières, mais de le dresser contre les États islamiques qui s’opposent à sa présence ».

baghdadi_femme00Les fuites ont révélé également que l’autoproclamé calife de « l’Etat Islamique », Abou Bakr Al-Baghdadi, a suivi une formation militaire intensive durant une année entière entre les mains du Mossad, sans compter des cours en théologie et pour maîtriser l’art du discours ». Des documents de la NSA ajoutent plus de détails au plan de déstabilisation du Moyen-Orient. Le document de la NSA indique que le groupe a été créé par les Etats-Unis, l’intelligence britannique et israélienne dans le cadre d’une stratégie nommée « the hornet’s nest », « le nid de frelon » pour attirer les militants islamistes du monde entier en Syrie.

La création d’une fausse menace de terrorisme.

8908022-14117991La stratégie du « nid de frelons » a été conçue pour créer la perception qu’un ennemi menace Israël près de ses frontières. Selon le journal personnel de l’ancien Premier ministre israélien Moshe Sharett, Israël n’a jamais pris au sérieux quelconque menace arabe ou musulmane quant à sa sécurité nationale. « Le journal de Sharett révèle dans une langue explicite que la direction politique et militaire israélienne n’a jamais cru à un danger arabe en Israël », écrit Ralph Schoenman. « Ils ont cherché à manœuvrer et forcer les Etats arabes en affrontements militaires que les dirigeants sionistes étaient certains de gagner si Israël pouvait mener la déstabilisation des régimes arabes et l’occupation prévue de territoires supplémentaires. »

En 1982, Oded Yinon, un journaliste israélien avec des liens au ministère israélien des Affaires étrangères, a écrit le plan sioniste pour le Moyen-Orient.

Le livre blanc proposait « que tous les Etats arabes devraient être décomposés par Israël en petites unités » et la « dissolution de la Syrie et de l’Irak en zones ethniquement ou religieusement uniques comme au Liban, était la cible principale d’Israël sur le front de l’Est dans le long terme ».  La destruction des Etats arabes et musulmans, suggère Yinon, serait accomplie de l’intérieur par l’exploitation de leurs tensions internes religieuses et ethniques.

Aucun des 50 leaders du Daesh n’est Musulman !

Brussels_suspects_CCTVLa fumée des bombes de Bruxelles n’était pas encore dissipée que Daesh revendiquait déjà les attentats. A vrai dire, cette revendication n’était vraiment pas nécessaire, tout le monde l’avait déjà devinée. Ce que personne ne sait, en revanche, c’est qui, au sein de l’Etat Islamique, a été chargé de planifier et diriger l’opération depuis le Moyen-Orient. Jusqu’à preuve du contraire, tous les dirigeants de cette organisation toujours prompte à revendiquer les attentats en Europe ou ailleurs, sont tous basés en Syrie ou en Irak. Qui sont-ils ?

Nous ne savons pas grand-chose d’eux, pour ne pas dire rien du tout. Al Bagdadi lui-même reste dans une obscurité qui contraste avec tous les efforts des terroristes pour se mettre en lumière. Les dernières photos de lui dont nous disposons datent du jour où il a été présenté au monde comme le calife de Daesh. Personne ne parle de lui, comme s’il n’existait tout simplement pas. C’est inhabituel, dans la mesure où ce type de personnage est toujours diabolisé et noirci au maximum par les médias. Le niveau hiérarchique juste en dessous du pseudo-calife est tout aussi obscur.

Le silence autour des leaders de l’Etat Islamique est peut-être dû au fait que leur identité réelle ne colle pas avec l’image que donne Daech, celle d’un djihad islamique contre l’Occident. Le fait que les leaders de ce djihad puissent ne pas être des islamistes, comme le suggère la vidéo ci-dessous, pourrait amener à se poser des questions gênantes.

Alexandre D.

Aucun des 50 leaders du Daesh n’est Musulman!!!

Mise en garde contre Daech

Sionistes déguisés en Al Qaïda pour encourager l’Islamophobie

Advertisements