FRANCE : des primes pour « décapitations d’indigènes »

con-iMON GRAIN DE SEL  :

Assimilé l’attentat du Milk Bar d’Alger à un acte terroriste est UNE IMMONDE INFAMIE ET FORFAITURE.           En tant que neveu d’un légionnaire ancien baroudeur en Indochine et en ALGÉRIE. Dont l’enfance c’est passée entre la  Grande-Bretagne, au Nigéria, en Ouganda et au Kenya avant de revenir en France. Il ne pouvait se permettre d’avoir un comportement autre que celui du « Ptit Blanc au milieux des Nègres ». De plus l’AMERTUME et la RANCUNE d’avoir perdue l’ALGERIE lui pends au nez comme de la morve.

Ce « PTIT BLANC AU MILIEU DES NÈGRES » ignore tout de l’histoire de la GUERRE D’ALGERIE,

Ce Triste Sire sait il au moins combien d’ALGERIENS sont morts pour leur PAYS ????

Sait il au moins que du 14 juin 1830,  jour du débarquement à Sidi Ferruche au 05 Juillet 1962 jour  de l’INDEPENDANCE de L’ALGERIE, cette atroce guerre qui ne disait pas son NOM a fait :                    DIX MILLIONS DE MORTS.

Ce n’est pas du terrorisme DU COLONIALISME FRANÇAIS  çà !!!!!

Bien sûr en tant que Neveu d’un membre de la sinistre LÉGION ÉTRANGÈRE, cela ne se pourrait être autrement que de la légitime défense ???

Ben voyons!!! De victime on passe à coupable. Vous envahissez un pays, vous coloniser un pays et lorsque la population de ce pays se soulève et prend les armes pour DÉFENDRE SA LIBERTÉ,  SA DIGNITÉ, SON HONNEUR, SES FEMMES ET SES ENFANTS. VOUS LES TRAITEZ DE TERRORISTES.

Dans ce cas, Mr l’hypocrite en suivant votre raisonnement, ceux qui ont résisté aux hordes NAZIS, durant l’occupation de la France par l’ALLEMAGNE, eux aussi sont des TERRORISTES.

Tous ceux qui ont libéré la France du joug Allemand SONT DES TERRORISTES. Y compris Jean Moulin et le Générale DE GAULE...      Leurs tors : AVOIR OSER BRAVER L’ENNEMI POUR LIBÉRER LEUR PATRIE.

LA RÉVOLUTION DE 1954 à 1962 à elle seule comptabilise UN MILLION CINQ CENTS MILLES MORTS.

MORT POUR L’INDÉPENDANCE DE LEUR PAYS. Et ce n’était pas des terroristes.

Pour vous rafraichir la mémoire espèce d’ignare en cravate regardé cette vidéo, sur le débarquement Français. Prenez en de la graine, cultivez vous avant d’ouvrir la bouche. Cela a la même résonance qu’une chasse d’eau de toilettes.

Ne prononcer jamais le mot CIVILISATION. Vous ne savez pas ce que cela veut dire. Pour preuve, voici quelques souvenir de votre passage chez nous.

fellaga-ifellaga-iifellaga-iiiVoici à qui vous aviez eu à faire:

A UNE ARMÉE MUSULMANE ET NON A DES TERRORISTES

fellaga-ivLes terroristes de DAESH et compagnie, sont votre progéniture. Ces marionnettes sont votre œuvre.

Publié par  :  KAM.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=

con-iiFRANCE : des primes pour:

« décapitations d’indigènes »

« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1). C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
«… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».

https://i2.wp.com/reseauinternational.net/wp-content/uploads/2014/10/b3-cc217-79f87.jpg

« … J’ai laissé sur mon passage un vaste incendie. Tous les villages, environ deux cents, ont été brûlés, tous les jardins saccagés, les oliviers coupés… Il est impossible de se figurer à quelle extrémité nous avons réduit ces malheureuses populations ; nous leur avons enlevé pendant quatre mois, toutes leurs ressources en blé et en orge. Nous leur avons pris leurs troupeaux, leurs tentes, leurs tapis, tous leurs objets de ménage, en un mot toute leur fortune… ».

Orgueilleuse satisfaction de la mission accomplie extraite d’une lettre, datée du 25 mai 1851 (4), écrite par un archétype de ces traîneurs de sabres, aussi sanguinaires que mégalomanes, que produisent des armées à intervalles réguliers, le Général de Saint Arnaud, lors d’une de ses campagnes en Algérie.

Extrait de la description, par Pellissier de Reynaud, du massacre de la tribu des Ouffias par les troupes sous le commandement du Duc de Rovigo. Toujours à la même époque et dans le même pays (3).

Ce sont des extraits d’un « Maître Livre », écrit par un professeur d’Université, de sciences politiques et de philosophie politique, Olivier Le Cour Grandmaison : Coloniser – Exterminer, Sur la Guerre et l’Etat Colonial.
Il existe des livres récents sur la colonisation, plusieurs sont remarquables (5). Bien sûr, le système médiatique et les lobbies qu’il représente les occultent soigneusement : négationnisme oblige !… Pour ne pas changer, en cette « rentrée des livres », les médias nous asphyxient, à nouveau, dans les vapeurs et le nombrilisme des cocottes littéraires… Un véritable déluge tropical. L’art de noyer le poisson.

Mais, celui-ci est un véritable « coup de poing ». Lisez-le. Ses recherches et leurs références, ses analyses, ses notes de bas de pages sont d’une rigueur implacable. Sa traque de la faillite de l’intelligence, et du naufrage des valeurs fondatrices de la Dignité Humaine, inexorable.

 https://i1.wp.com/reseauinternational.net/wp-content/uploads/2014/10/b1-6ae99-0b849.jpg

Photos souvenirs d’Algérie (Armée française)

On reste tétanisé, intellectuellement, émotionnellement, devant le récit de ces massacres, tortures, destructions et souffrances infligés à longueur de siècles. Immenses. Véritables génocides planifiés et exécutés par un colonisateur imbibé de racisme jusqu’à la moelle.

Dans ce livre dense, il s’agit de la France, au Maghreb, en Afrique, en Indochine et en Nouvelle – Calédonie. Jusqu’aux massacres de Madagascar. Jusqu’à ceux du Cameroun, auxquels Pierre Messmer, notre ancien premier ministre récemment disparu, a participé en tant que militaire.

D’autres, encore, auraient pu être abordés, comme ceux commis par notre pays en Syrie, avec les massacres de Damas tout spécialement, au cours desquels l’armée française tirait au canon sur la population. La synthèse qui est présentée donne, toutefois, un tragique et complet aperçu des méthodes et moyens d’une guerre coloniale.

Les autres colonisateurs européens, perpétrant des crimes contre l’humanité similaires (6) sont aussi évoqués. En particulier, le génocide des Hottentots par les allemands, en Namibie.

Comment a-t-on pu et peut-on perpétrer de pareilles abjections dans la bonne conscience ?…

Ce qui prend le plus aux tripes, c’est de mesurer les ravages d’une idéologie fondée sur le racisme. Combien elle imprégnait des intellectuels qui la relayaient, la justifiaient, l’amplifiaient. Complices. Et, fiers de l’être…

Des auteurs qu’on aimait ou vénérait : Lamartine, Maupassant, Victor Hugo, Tocqueville ou André Gide, et d’autres… Découvrir qu’ils soutenaient de telles monstruosités, fondées sur  la conception d’une race supérieure, préfigurant l’idéologie raciste des nazis, un siècle plus tard. Ou, celle des racistes occidentaux actuels dont on peut contempler les œuvres quotidiennes, en Palestine, en Irak ou ailleurs.
On retrouve la même rhétorique du « choc des civilisations », structurée par une mégalomanie de la suprématie de l’Européen, de l’Occidental, les mêmes termes, les mêmes idées, arguments, imaginaires, fantasmes et pulsions. Même paranoïa. Cent cinquante ans plus tard…

On souffre à la lecture des propos de Victor Hugo dans un dîner, tenus en janvier 1841, au général Bugeaud, le premier gouverneur général d’Algérie, véritable brute psychopathe en uniforme (7) :

« … C’est la civilisation qui marche sur la barbarie. C’est un peuple éclairé qui va trouver un peuple dans la nuit… Nous sommes les Grecs du monde ; c’est à nous d’illuminer le monde. Notre mission s’accomplit… ».

Ou encore, Victor Hugo notant, au lendemain d’un dîner mondain, les atrocités de l’Armée d’Afrique, comme s’il s’agissait d’une chasse aux perdreaux :
« … Algérie, le général Flô me disait hier soir que, dans les razzias, il n’était pas rare de voir des soldats jeter à leurs camarades des enfants qu’ils recevaient sur la pointe de leurs baïonnettes… » (8).

Et, Tocqueville, longuement cité dans l’ouvrage de Le Cour Grandmaison, dont on ne célèbre, habituellement, que son œuvre La Démocratie en Amérique. Mais, dont on tait tout le travail de parlementaire « colonial » qu’il accomplissait à l’époque. Aussi glacial et méthodique qu’un parlementaire « néocon » ou membre du Likoud :

« … J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les maisons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants. Ce sont-là, selon moi des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre… » (9).

Des décennies, des siècles de colonisation, et leur cortège d’abominations, ont imprégné l’inconscient collectif. Surgit, alors, la vision prémonitoire d’Aimé Césaire :

« … Au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent » (10).

Pas étonnant que notre Président de la République soit allé ânonner, devant des universitaires, des cadres et la jeunesse de Dakar, des leçons de « civilisation« , de « modernité« , de « rationalité« … En fait, des inepties, pétries, faisandées de racisme colonial… En 2007… A la louche, en plus. En veux-tu, en voilà… Avec une morgue à faire pâlir d’envie un hippopotame sortant des eaux…

Raison ? Modernité ? Monde de Demain ?…

Logorrhée de l’arrogance, dissimulant la sclérose d’une « caste » française vivant encore à l’âge de pierre…

Ou, plutôt, à l’âge du tonneau…

Georges Stanechy

6 septembre 2007

http://stanechy.over-blog.com/article-12203963.html 

 

(1)   Le Cour Grandmaison, Olivier, Coloniser – Exterminer – Sur la guerre et l’Etat Colonial, Fayard, 2004, p. 158-159, note 1.

(2)  La propagande coloniale, qui perdure, dissimule le fait historique que l’Algérie était une province semi-autonome de l’Empire Ottoman, extrêmement riche sur le plan agricole : blé, olivier et élevage, en particulier. Ce fut le plus important fournisseur de blé de la France, pendant les guerres napoléoniennes. La France, de l’après Napoléon, refusait d’honorer les créances de l’Algérie, ce qui provoqua une tension entre les deux pays. Ce fut un motif déterminant dans la conquête. Rien à voir avec le coup d’éventail du Dey à notre ambassadeur, et autres niaiseries sur un pays que la France aurait trouvé vide de cultures et peuplé de sauvages… Le deuxième objectif immédiat fut de s’emparer des importantes réserves d’or de son gouvernement… Il faut espérer que le cinéma algérien s’approprie, un jour, ce pan de l’histoire de son pays. Il y a des films passionnants à réaliser !…

(3)  Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 159.

(4)  Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 147.

(5)  Lire, notamment :
=> Branche, Raphaëlle, La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie – 1954 -1962, Gallimard, 2001.
=> Manceron, Gilles, Marianne et les Colonies – Une introduction à l’histoire coloniale de la France, La Découverte -Poche, 2003.

=> Plumelle-Uribe, Rosa Amelia, La Férocité Blanche, Des Non-Blancs aux Non-Aryens, Génocides Occultés, de 1492 à nos jours, Albin Michel, 2001.
(6)  Une résolution de l’ONU, du 11 décembre 1946, déclare que « … le génocide bouleverse la conscience humaine… ».
(7)  Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 98.
(8)  Coloniser – Exterminer, Op. Cit., note 1, p. 98.
(9)  Tocqueville, Alexis (de), Travail sur l’Algérie, cité in Coloniser – Exterminer, Op. Cit.
(10) Césaire, Aimé, Discours sur le Colonialisme, cité dans Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 342.

SOURCE http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/10/decapitations-darabes-la-francaise-et.html