Patrick Drahi : La presse française sous contrôle israélien

nousMON GRAIN DE SEL :

Depuis le temps que l’on dit que la France est occupée…

Publié par : KAM.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Patrick Drahi

La Presse Française sous Contrôle israélien

Les Français s’étaient accoutumés à l’imposante présence de membres de la communauté juive dans les media de l’Hexagone, en comparaison du poids numérique très faible de cette dernière quand on sait qu’elle ne représente que 1% de la population du pays. Mais nous entrons dans une nouvelle phase : le contrôle direct de pans entiers de la presse par Israël.

Patrick Drahi est français, certes, même si à un moment il a voulu abandonner cette nationalité. Mais il vit en Suisse et jouit de la nationalité israélienne tout en entretenant des liens très forts avec l’État hébreu. Il a du reste créé i24 News, une chaîne israélienne en français, en anglais et en arabe, afin, comme il dit, « de montrer le vrai visage d’Israël au monde» Détail, il a confié la direction d’i24 à Franck Melloul, un coreligionnaire ancien conseiller en communication de Dominique de Villepin.

En 2014, Drahi a fait parler de lui en rachetant SFR, un réseau de téléphone mobile français. Il ajoutait ce fleuron à ses nombreuses acquisitions dans le domaine des réseaux téléphoniques.

Pour le quotidien « Libération », la prise à l’abordage s’est passée en trois temps. En 2005, Édouard de Rothschild prend d’abord des actions dans le journal. Puis, en 2006, « Libération » étant en faillite, sous prétexte de recapitalisation, Rothschild achetait la majorité des parts, virait la direction, dont Serge July, et poussait les journalistes qui pensent mal vers la porte. Enfin, troisième phase, Drahi montrait son nez et, de prêts en investissements, s’emparait d’une part importante du capital, s’associant d’autre part à des personnes qui lui servent de prête-nom au sein
du journal. Aujourd’hui Drahi est devenu le décideur au sein de « Libération ». Finis, dans l’ancien « canard » des Soixante-huitards, les articles critiques sur la politique démente des Israéliens contre les Palestiniens.

Mais Drahi ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Début janvier dernier, il a racheté « L’Express » et « L’Expansion » au groupe belge Roularta. Petit détail, la banque américaine Goldman Sachs met Altice, la holding de Drahi, dans les cinq premières affaires « françaises » dans lesquelles il faut investir.

Quand on fait le bilan des grands titres de la presse française, on voit la diversité se réduire considérablement en matière d’opinion face à l’État d’Israël.

Outre le « groupe » constitué par Drahi avec « Libération », « L’Express » et « L’Expansion », il y a le groupe Dassault avec son vaisseau amiral « Le Figaro ». Or, chez les Dassault on nourrit un sentiment déclaré pour Israël. Il y a aussi « Marianne », création de Jean-François Kahn, dont le capital est détenu à 31% par Maurice Szafran, proche de Radio Shalom. Parmi les autres actionnaires, figurent les noms de Landerman, Sitbon et Ullmann. Une ambiance très communautaire que les positions pro israéliennes des journalistes ne démentent pas !

Petite parenthèse pour « Le Nouvel Observateur », dont les signatures sont en grande majorité juives, puisque cet hebdomadaire est sans doute le plus honnête de France dans sa critique de la politique israélienne.

Quand on fait le tour, on se rend bien compte qu’il ne reste que « Le Point » et « Le Monde » à échapper à ce jeu de « pousse toi que je m’y mette », leur capital échappant relativement aux réseaux pro-israéliens.

Patrick Drahi :

le mariage de la haute finance et des réseaux sionistes

Comme une petite nouvelle sans conséquence, on apprenait le 1er février la nomination de Bernard Mourad à la présidence de MagNewsco, le groupe de média formé par Patrick Drahi, racheteur de SFR, du quotidien « Libération » et de l’hebdomadaire « l’Express », pour ne parler que des titres les plus importants.

Bernard Mourad est né en 1975 au Liban, d’un père libanais et d’une mère française. Il est depuis 15 ans chez Morgan Stanley, avec Goldman Sachs, l’une des principales institutions financières prédatrices à Wall Street. Pour le compte de Drahi, il a piloté l’achat de SFR, de Libération et de l’Express.

On sait par ailleurs que Drahi n’a pas mis un sou de sa poche pour acheter les entreprises précitées. Les banques lui prêtent l’argent nécessaire. Si Drahi n’était qu’un homme d’affaires ordinaire, nous penserions qu’il n’est motivé que par l’argent. Mais il a aussi un idéal. Comme nous l’avons déjà dit, fervent sioniste, il a créé i24 news, une chaîne de télévision israélienne consacrée à la propagande de l’État hébreu. i24 news fait du reste partie du nouveau groupe, MagNewsco.

Il s’agit donc bien d’une rencontre entre la finance internationale, inspirée par le mondialisme, et le sionisme. Dans ce mariage, on est à première vue surpris de voir Mourad, un « franco-libanais », à un poste de commande. On comprend mieux quand on apprend sa mère juive du Maroc, en même que de nationalité française.

Preuve de la mise au pas…

À la rédaction de l’Express, on n’a pas attendu avant de s’aligner sur la sensibilité du nouveau maître des lieux, le « franco » Israélien Patrick Drahi. Début février, on publiait un hors série sous le titre « Juifs de France ».

En attendant, c’est à un double asservissement de nos média que nous assistons sous les férules d’Israël et du mondialisme financier de Wall Street. C’est contre cette opération que l’État devrait intervenir, pour préserver ce qui reste de la liberté de la presse, et non pas en défendant le pitoyable Charlie Hebdo. 

SOURCE :  http://www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Analysesterrorisme/presse-france-patrick-drahi-israel.html