Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy + L’affaire Sarkozy et les millions présumés de la Libye en 2007 en neuf dates-clés + VIDEO

menteurMON GRAIN DE SEL :

Je me demande comment le peuple FRANCAIS, admet un apatride qui se permet de dire aux américain :  » JE ME SENT PLUS AMÉRICAIN QUE FRANÇAIS ».

Le seul endroit qui lui convient c’est LA PRISON, pour ESCROQUERIE, ASSASSINAT de KADHAFI, PARJURE et bien d’autres indélicatesses.

Dites vous bien qu’il roule pour israel.

Publié par :  KAM.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy

Dans un entretien filmé publié par Mediapart, l’homme d’affaires affirme leur avoir transmis cinq millions d’euros entre la fin 2006 et le début 2007.

Ziad Takieddine, le 19 avril 2013 à Paris.

Ce sont des accusations qui viennent s’ajouter à la longue liste de soupçons concernant le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par de l’argent remis par le régime libyen de Mouammar Kadhafi. Dans un entretien filmé, publié mardi 15 novembre par Mediapart, Ziad Takieddine, intermédiaire franco-libanais, affirme avoir remis à trois reprises des valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy entre la fin de 2006 et le début de 2007, pour un montant total de cinq millions d’euros.

L’intermédiaire affirme avoir remis deux valises à Claude Guéant, dans son bureau, quand il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. Il aurait transmis une troisième valise à M. Sarkozy en personne dans son appartement privé. Des faits qu’il se dit prêt à raconter à la justice. « J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées », a-t-il déclaré à Mediapart ajoutant vouloir « raconter exactement les faits de l’intérieur ». « Je veux dénoncer l’Etat mafieux dans lequel on est en train de vivre. Je n’en peux plus », ajoute-t-il, évoquant ce qu’il a « vu depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui ».

 Des informations « tout à fait crédibles »

Ce n’est pas la première fois que Ziad Takieddine jette des soupçons sur l’ancien chef de l’Etat dans ce dossier. Mis en examen dans l’affaire Karachi, sur le financement occulte de la campagne d’Edouard Balladur en 1995, M. Takieddine avait affirmé dès 2011 à la justice que « les informations révélées par la presse » concernant le financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy lui semblaient « tout à fait crédibles ». Il faisait alors référence aux accusations révélées par Mediapart d’un ex-dignitaire libyen affirmant que Tripoli avait décidé de financer pour « 50 millions d’euros » la campagne de M. Sarkozy en 2007.

L’intermédiaire franco-libanais avait notamment été au cœur de la négociation de plusieurs contrats militaires entre la France et la Libye entre septembre et décembre 2005, pour le compte du ministère de l’intérieur. Il avait, selon Mediapart, organisé plusieurs visite en Libye pour MM. Guéant et Sarkozy, ainsi que pour Brice Hortefeux pourtant à l’époque ministre délégué aux collectivités territoriales.

Ses déclarations avaient provoqué l’ouverture d’une enquête le 19 avril 2013 pour « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux », « blanchiment, complicité et recel de ces délits ». Une enquête tentaculaire, dans laquelle les enquêteurs peinent à mettre la main sur les preuves qui corroboreraient la multiplicité des témoignages accablant Nicolas Sarkozy.

Lire aussi :   Financement libyen de la campagne de Sarkozy : l’enquête impossible

Guéant nie, Sarkozy se tait

Interrogé par Mediapart, Claude Guéant a nié en bloc les nouvelles accusations de l’intermédiaire :

« Je n’ai jamais reçu d’espèces du gouvernement libyen, non plus de quiconque d’autre du reste. Je n’en ai pas davantage vu passer. Le prétendre est mensonger et diffamatoire. »

L’entourage de Nicolas Sarkozy, contacté par le site d’information, n’a pour sa part pas souhaité réagir.

Lire aussi :   L’affaire Sarkozy et les millions présumés de la Libye en 2007 en neuf dates-clés

L’affaire Sarkozy et les millions présumés de la Libye en 2007 en neuf dates-clés

Ziad Takieddine, l’homme qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi, confirme la thèse d’un financement illégal de la campagne présidentielle de 2007.

LE MONDE | 28.09.2016 à 18h16 • Mis à jour le 15.11.2016 à 15h07 | Par Mathilde Damgé et Pierre Breteau

Nicolas Sarkozy et le dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, en décembre 2007.

C’est un nouvel élément qui remet un coup de projecteur sur une affaire potentiellement explosive. Mediapart, qui avait déjà dévoilé, le 27 septembre, des documents accréditant la thèse d’un financement illégal de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007, a cette fois publié un entretien vidéo avec l’homme d’affaires qui jouait le rôle d’intermédiaire.

Ziad Takieddine, l’homme qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi, explique avoir apporté au ministère de l’intérieur, fin 2006 et début 2007, plusieurs valises d’argent liquide préparées par le régime libyen, pour un montant total de 5 millions d’euros.

De la levée en 2004 de l’embargo de l’Union européenne sur les ventes d’armes à la Libye à l’ouverture d’une information judiciaire pour « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux », « blanchiment, complicité et recel de ces délits » en avril 2013, reprenez le fil des événements pour comprendre la place de Nicolas Sarkozy, de l’intermédiaire Ziad Takieddine, Claude Guéant ou encore Brice Hortefeux dans cette affaire.

octobre 2004

L’UE lève son embargo sur les livraisons d’armes à la Libye

L’embargo sur la vente d’armes à la Libye est levé en octobre 2004, les ventes d’armes peuvent reprendre (jusqu’à un nouvel embargo en 2011, en pleine guerre civile).
septembre à décembre 2005

Plusieurs contrats sont négociés avec Tripoli, Ziad Takieddine est l’intermédiaire

Plusieurs négociations de contrats militaires sont engagées entre la France et la Libye. Selon Mediapart, « Ziad Takieddine est l’organisateur des visites à Tripoli de Claude Guéant, de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, et de Brice Hortefeux, ministre délégué… aux collectivités territoriales ».Le ministère de la défense devrait être aux manettes, mais c’est l’intérieur qui est à la manœuvre, plusieurs de ces contrats ont trait à l’immigration ou à la sécurité (surveillance des frontières, entre autres). A l’époque, même si l’on est encore assez loin de la présidentielle, Nicolas Sarkozy fait de ces thèmes le centre de son action politique.

Lire aussi : Guéant est «  un ami  » qui a accompagné Takieddine «  dans toutes les démarches  »

décembre 2007

Mouammar Kadhafi est reçu cinq jours en visite officielle, marquant son retour sur la scène internationale

Cette visite officielle de cinq jours à l’Elysée, qui suscita de nombreuses critiques à l’époque, six mois après l’élection de Nicolas Sarkozy, commence le jour de la 10e Journée internationale des droits humains. François Fillon, alors premier ministre, justifie cette réception par le « processus de réintégration dans la communauté internationale » amorcé par la Libye ainsi par que la libération des infirmières bulgares négociée par Paris.

Lire aussi : La visite du colonel Kadhafi en France suscite un concert de critiques

5 mars 2011

De retour de Libye, Ziad Takieddine est interpellé avec 1,5 million d’euros en espèces au Bourget

Homme d’affaires franco-libanais, au cœur du dossier des ventes d’armes au Pakistan et à l’Arabie saoudite sous le gouvernement d’Edouard Balladur (1993-1995), Ziad Takieddine est soupçonné d’avoir financé illicitement les balladuriens puis le camp sarkozyste en marge de gros contrats.

Lire aussi : Un intermédiaire de l’affaire de Karachi, Ziad Takieddine, arrêté à son retour de Libye

avril 2012

Un document évoque un possible financement libyen de 50 millions d’euros de la campagne de Sarkozy en 2007

Un document révélé par Mediapart atteste d’un « accord portant sur le soutien à la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles Monsieur Nicolas Sarkozy pour un montant de 50 millions d’euros » lors d’une réunion le 6 octobre 2006 en présence de Brice Hortefeux et de Ziad Takieddine et durant laquelle « il a été convenu du montant et des modalités de versement ».

Lire aussi : Une note évoque un soutien financier de Kadhafi à Sarkozy en 2007

19 avril 2013

Ouverture d’une enquête

Le 19 avril 2013, la justice ouvre une information judiciaire contre X pour « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux », « blanchiment, complicité et recel de ces délits », en raison des déclarations de Ziad Takieddine au juge Van Ruymbeke sur son retour de Libye avec 1,5 million d’euros en espèces, le 5 mars 2011.

Lire aussi : Deux juges vont enquêter sur un financement libyen de la campagne de Sarkozy

3 juin 2016

La justice rend un non-lieu en faveur du site d’information Mediapart à la suite de la plainte pour faux de Nicolas Sarkozy

Les juges rendent un non-lieu dans l’enquête ouverte à la suite d’une plainte pour faux de Nicolas Sarkozy contre Mediapart, qui avait diffusé un document censé prouver un financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. L’authenticité du document officiel libyen révélé en 2012 et attestant d’un accord de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 « n’est pas contestée par la justice française », écrit alors Mediapart.Pour les juges, « indépendamment de son contenu », il n’a pas pu être démontré qu’il s’agissait d’« un support fabriqué par montage » ou « altéré par des falsifications ». Selon l’ordonnance de non-lieu, cette note signée Moussa Koussa a toutes les caractéristiques « d’un document officiel libyen », et de préciser les points vérifiés par leurs soins, notamment le logo, le vocabulaire employé, les formules, la syntaxe, les dates selon deux calendriers distincts.

Lire aussi : Un juge enquête sur l’argent libyen de Ziad Takieddine

27 septembre 2016

Un carnet d’un ancien dignitaire libyen évoque le versement de 6,5 millions d’euros à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007

La justice, qui enquête depuis 2013 sur un possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007, a obtenu le carnet d’un ancien dignitaire du régime de Mouammar Kadhafi, dans lequel est consignée une série de versements au profit de l’ancien chef de l’Etat. Dans ce carnet, l’ancien ministre écrit que ce sont 6,5 millions d’euros qui lui auraient été versés en pleine campagne électorale, selon les informations de Mediapart.Le propriétaire du carnet, Choukri Ghanem, qui fut retrouvé mort noyé dans le Danube en avril 2012, fut chef du gouvernement (2003 à 2006) puis ministre du pétrole (2006 à 2011), avant de faire défection en 2011, peu avant l’intervention française en Libye.

Lire aussi : Campagne de Sarkozy en 2007 : le soupçon de financement libyen relancé

15 novembre 2016

Takieddine : «  J’ai remis trois valises d’argent libyen à Guéant et Sarkozy  »

«  C’est une valise comme ça. Ça s’ouvre comme ça. Et l’argent est dedans.  » Ziad Takieddine, l’intermédiaire qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi dès 2005, explique dans un entretien filmé avec Mediapart qu’il a personnellement remis à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy plusieurs valises préparées par le régime libyen et contenant au total près de 5 millions d’euros.L’homme d’affaires décrit avec précision la livraison des valises au ministère de l’intérieur, place Beauvau. Il déclare les avoir remises à deux reprises à Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre, dans son bureau, puis une troisième fois, en janvier 2007, à Nicolas Sarkozy en personne, dans l’appartement privé du ministre de l’intérieur.

Lire aussi : Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy