Facultés de médecine épinglées pour leurs liens avec l’industrie pharmaceutique

dollarMON GRAIN DE SEL :

Pour connaître l’origine du caducée pharmaceutique, il faut se replonger dans la mythologie grecque.

Le caducée se compose de trois parties :

    • On retrouve dans ce symbole des références à Hygie (déesse de la santé) qui se servait de la coupe pour donner à boire au serpent du temple d’Epidaure.
    • L’autre symbole du caducée (bâton autour duquel s’enroule un serpent) n’est autre que la représentation du dieu de la médecine « Asklepios ».
    • Le serpent serait lié à l’art de guérir, à la fécondité et à la vie. Le bâton, lui, représenterait l’axe du monde ou l’arbre de vie.

Le caducée pharmaceutique

         est apparu en 1222. Il était le symbole des apothicaires de la ville de Padoue (Italie). En 1942, le Conseil Supérieur de la Pharmacie choisi de l’utiliser comme emblème des pharmacies françaises. Progressivement, le caducée est remplacé par la croix verte. Source :  http://www.croix-de-pharmacie.fr/c/le-caducee

 

caducee-ii

L’origine du caducée est attribué par certains aux illuminati.

Car il n’est pas dans l’intérêt de BIG PHARMA, que les gens guérisses. Plus le nombre de malade augmente, plus c’est rentable pour BIG PHARMA.

Publié par  :  KAM.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Facultés de médecine épinglées pour leurs liens avec l’industrie pharmaceutique

fac-medecine-1

Selon une récente étude, la plupart des facultés de médecines ne font rien pour éviter les conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique.

Une étude menée par l’association Formindep parue le 9 janvier dépeint les liens d’intérêt qui existent entre laboratoires pharmaceutiques et facultés de médecine à travers le pays. Cette association, qui milite pour une formation et une information indépendantes dans le domaine de la santé, épingle la plupart des 37 universités de médecine françaises.

La faculté de médecine est l’endroit où la distribution de cadeaux commence.

Les étudiants en médecine de troisième année recevraient en moyenne chaque semaine un cadeau ou assisteraient à une activité financée par une entreprise pharmaceutique, et plus de 90 % d’entre eux avaient été invités par des membres de la faculté à participer à des déjeuners financés par une entreprise pharmaceutique. Ils sont nombreux à déclarer accepter régulièrement des cadeaux.

Mais les étudiants ne sont pas les seuls concernés. Les enseignants, en cumulant plusieurs activités, ou se faisant financer des conférences et des publications, contribueraient à cette promotion pharmaceutique. Autre pratique mal connue mais pas des moindres : le ghost writting, où les publications de recherches ayant des auteurs universitaires sont en fait écrites par des employés d’entreprises pharmaceutiques ou des sociétés de communication médicale travaillant pour des entreprises pharmaceutiques.

Quant aux facultés : « Certains représentants d’industries pharmaceutiques siègent dans leurs conseils d’administration. Et des laboratoires financent ou sont même membres fondateurs de leurs fondations. », dénonce Jean-Sébastien Borde, médecin et membre du collectif Formindep.

Source :

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-facs-de-medecine-les-plus-independantes-vis-a-vis-de-l-industrie-pharmaceutique_109684

http://www.formindep.org/Les-facs-de-medecine-les-plus.html

SOURCE :  https://aphadolie.com/2017/01/27/facultes-de-medecine-epinglees-pour-leurs-liens-avec-lindustrie-pharmaceutique/#more-725

Publicités