Les Mondialistes ont créé le terrorisme wahhabite pour détruire l’Islam et justifier un État mondial

MON GRAIN DE SEL :

En plus de leur origine juif, les Al saoud se sont allié à un agent former par les britanniques du nom de Mohamed Abdelwahab. Qui n’a de musulman que le nom.

Ensemble ils on mis en œuvre les plans dresser par la PERFIDE ALBION.

Objectif :  MINER L’ISLAM DE L’INTÉRIEUR.

Ils auront beau faire, L’ISLAM SORTIRA VAINQUEUR DE CETTE ÉPREUVE CAR ALLAH (swt) L’A DÉCRÉTER.

Publié par :  KAM.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Les Mondialistes ont créé le terrorisme wahhabite pour détruire l’Islam et justifier un État mondial

La « famille » Saoud – n’est pas plus islamique que Billy Graham.

Suite aux diktats de la dialectique hégélienne, les Mondialistes ont créé deux forces antagonistes, la « démocratie-libérale » de l’occident, contre le terrorisme, ou « l’Islam politique », pour nous forcer à accepter leur dernière alternative, un nouvel ordre mondial.
L’Occident et l’Islam ont eu une longue période de compatibilité, mais cette histoire a été niée pour favoriser le mythe d’un « choc des civilisations ».
Pour enflammer les sentiments de l’Occident contre l’Islam, notre attention a été concentrée sur le spectre du wahhabisme fanatique, et plus particulièrement, son représentant le plus notoire, Oussama ben Laden.
Cependant, comme il a été indiqué dans un excellent article de Peter Goodgame, « Les Mondialistes et les islamistes » , les Mondialistes ont eu une main dans l’élaboration et le financement de toutes les organisations terroristes du XXe siècle, y compris les Frères musulmans d’Égypte, le Hamas de la Palestine et les moudjahidin d’Afghanistan. Mais l’histoire de leur duplicité remonte à plus loin encore, au dix-huitième siècle, lorsque la Franc-maçonnerie Britannique a créé la secte wahhabite d’Arabie Saoudite elle-même, pour faire avancer leurs objectifs impérialistes.
Grâce à un ouvrage turque, Mir’at al-Haramain, par Ayyub Sabri Pasha entre 1933-1938, il a été mentionné qu’un espion britannique du nom de Hempher était responsable de l’élaboration des principes extrémistes du wahhabisme. La politique britannique dans ses colonies s’est souvent impliquée dans la création de sectes déviantes, afin de diviser pour mieux régner, comme ce fut le cas avec la secte déviante de l’islam, la Ahmadiyya, en Inde au XIXe siècle.
Les détails de ce complot sont décrits dans un petit document connu sous « Les Mémoires de M. Hempher » publié par épisodes dans le journal allemand Spiegel, et plus tard dans un important journal français. Un médecin libanais traduit le document de la langue arabe. Dès lors, il a été traduit en anglais et dans d’autres langues.
Le document est un compte rendude première main d’Hempher, sur sa mission pour son gouvernement.Il a été envoyé au Moyen-Orient pour découvrir des façons de saper l’Empire ottoman. Parmi les vices Britanniques, il y avait la promotion du racisme, le nationalisme, l’alcool, le jeu, la fornication et de tenter les femmes musulmanes à se découvrir.
Maisla stratégie la plus importante était « d’insérer des hérésies dans les grands principes des musulmans puis de critiquer l’Islam comme étant une religion de terreur. » A cet effet, Hempher a trouvéune personne particulièrement corrompue sous le nom de Mohammed Ibn Abdul Wahhab.
Pour comprendre ce que le fanatisme du wahhabisme a inculqué, il est d’abord nécessaire de reconnaître que l’Islamappelle tous les musulmans, quelle que soit leurs origines ou leur nationalité, à se considérer comme frères dans la foi. Le meurtre d’un autre musulman est strictement interdit.

Cependant, dans le cadre de leur stratégie de Diviseret Conquérir, les britanniques espèrent opposer les arabes musulmanscontre leurs frères turques. La seule façon d’y parvenirétait de trouver une faille dans la loi islamique selon laquelle les arabes pouvaient déclarer les Turques comme des apostats.

Abdul Wahhab était le pion par lequel les britanniques ont pu suggérer cette sordide idée parmi les musulmans de la péninsule arabique. Principalement, Wahhab combinera l’idée que, par cette simple action futile d’offrir des prières aux saints, leurs frères turques avaient perdu leur foi et, par conséquent, qu’il est permis de tuer tous ceux qui ne respecte pas ses réformes, et d’asservir leurs femmes et les enfants. Mais ceci intégrait tout le monde musulman, à l’exception de son petit groupe de disciples égarés.

Mais le mouvement wahhabite était insignifiant sans l’allégeance de la famille saoudienne, qui, en dépit des affirmations contraires, descendaient de marchands juifs (sionistes) d’Irak. À l’époque des juristes orthodoxes ont étiqueté les wahhabites comme des hérétiques et condamnèrent leur fanatisme et leur intolérance. Néanmoins, par la suite les wahhabites ont démontré leur mépris pour leur prétendue foi en massacrant indistinctement les musulmans et les non-musulmans. Dès lors, les wahhabites se mirent à détruire tous les tombeaux saints et des lieux de sépulture. Ils ont volé le trésor du Prophète, qui comprenait des livres saints, des œuvres d’art et d’innombrables cadeaux inestimables qui avaient été envoyés à la ville pendant des milliers d’années. Les reliures en cuir et dorées de livres saints islamiques, qu’ils avaient détruits ont été utilisées pour faire des sandales pour ces criminels wahhabites.

Le sultan ottoman a mis fin à la première rébellion wahhabite en 1818, mais la secte a été relancée sous la direction de Saudi Faysal. Le mouvement a ensuite été quelque peu rétablie, jusqu’à ce qu’une nouvelle fois, il soit détruit à la fin du XIXe siècle.

Après la Première Guerre mondiale, les anciennes régions de l’Empire ottoman ont été divisés en différents régimes de marionnettes (note: voir ICI comment le dernier sultan ottoman a été chassé du pouvoir). Pour aider à saper l’autorité ottomane dans la région, Ibn Saoud a été dûment récompensé par la création du Royaume d’Arabie Saoudite en 1932. Un an plus tard, en 1933, les Saoudiens ont accordé des concessions pétrolières à California Arabian Standard Oil Company (Casoc), une filiale de la Standard Oil of California (Socal, aujourd’hui Chevron), dirigée par l’agent Rothschild, et le chef des familles [US] Illuminati, Rockefeller. Depuis ce temps, l’Arabie saoudite a été l’allié le plus important de l’Occident au Moyen-Orient, non seulement en fournissant un accès facile à ses abondantes réserves de pétrole, mais aussi en tempérant l’agression arabe contre Israël. En raison de l’hypocrisie évidente du régime, il s’ensuit nécessairement une suppression brutale de la dissidence. Un autre aspect important a été d’empêcher les chercheurs de parler de « politique », à savoir, critiquer le régime.

Dans The Two Faces of Islam (Les deux visages de l’Islam), Stephen Schwartz écrit: « Leurs goûts les ont conduits à des tavernes, des casinos, des bordels… Ils ont acheté des flottes de voitures, des jets privés, des yachts de la taille de navires de guerre. Ils ont investi dans l’art précieux occidental que ni ils ne comprenaient ni ils n’aimaient et qui offensaient souvent les sensibilités des cléricaux wahhabites. Ils ont dépensé comme ils le souhaitaient, devenant des patrons de l’esclavage sexuel international et de l’exploitation des enfants. »

Par conséquent, pour paraître néanmoins épouser l’Islam, le régime saoudien et ses savants de marionnettes ont fait évoluer une version de l’Islam qui met l’accent sur les détails cérémoniels de la religion, au détriment d’aider à comprendre les réalités générales des politiques. Leur manière était d’encourager une interprétation littérale de la loi islamique, permettant selon les souhaits de Ben Laden d’exploiter le Coran pour justifier le meurtre d’innocents.

En fin de compte, l’abondance des pétro-dollars dans les coffres de la famille saoudienne financée par les Rothschild a rendu possible la propagande de leur version abâtardie de l’Islam à d’autres parties du monde, notamment en Amérique, où ils subventionnent prétendument jusqu’à 80 pour cent des mosquées dans le pays, une version de l’Islam qui substitue la conscience politique pour l’insistance dogmatique sur le fanatisme ritualiste.

En 1999, le roi Fahd d’Arabie Saoudite a assisté à la réunion de Bilderberg, probablement pour discuter de son rôle dans la promotion des intérêts du gouvernement mondial, en même temps que d’autres sommités telles que Yasser Arafat et le pape. De toute évidence, la famille saoudienne fait partie des stratagèmes trompeurs du réseau Illuminati. Leur complicité dans l’accumulation de pétro-dollars jusqu’au financement du terrorisme mondial, de l’Afghanistan à la Bosnie, était simplement dans le but de fomenter l’animosité nécessaire du monde contre l’Islam.

Publicités