CHRISTIAN SEBENNE : DESTRUCTURATION DE LA FRANCE ET DE SES RACINES!

DE GAULLEUn président que les Français regrettent

 MON GRAIN DE SEL  :

Le 09 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Eglises, c’est éteint le Généra Charles De Gaulle. Depuis ce triste jour, la France est orpheline. Son défenseur partis, les vautours commencèrent à planer au dessus de la nouvelle proie qui s’offrait à eux.

Le premier,  George Pompidou, signa la fameuse loi 73-7 qui remis la France pieds et poings liés à la banque Rothschild.

l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts

Autrement dit : auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin.

Donc l’état Français, s’endettera par la grâce d’un ancien directeur des banques Rothschild, devenu président de la France. Et serra par la suite étranglé.

Puis la descente aux abimes continua, jusqu’à arriver à un président qui divorce en plein mandat, et se remaria avec une troubadour.  Alors qu’un président est censé donner l’exemple de l’unité familiale. Et cela sans parler de la politique désastreuse qui a été menée.

Le dernier en date, lui a tout faux. Non seulement il n’est pas marier, mais en plus il vie en couple comme n’importe quel quidam. De plus il change fréquemment de partenaire comme un vulgaire dragueur. Quelle image désolante de la France il transmet.

Peut être que le future président sera gay? Et personne ne trouveras rien à redire. Puisque la dislocation de la famille est à l’ordre du jour dans la feuille de route des sionistes qui commande à l’état Français.

Voila comment on descend en flamme un pays séculaire.

 

CHRISTIAN SEBENNE :

  DÉSTRUCTURATION DE LA FRANCE

ET DE SES RACINES!

Chronique de la déstructuration de la France et de ses racines 

Cahuzac, l’écran de fumée sur la finalité oligarchique

Un pouvoir mafieux sous tutelle de banksters et de Franc Maçonnerie; l’ombre d’un coup d’État peut en cacher un autre

 

L’excitation  menée par  les  rebondissements de l’affaire Jérôme Cahuzac dont ont  fait preuve  tant  la sphère politico-judiciaire que les différents milieux parlementaires, s’invectivant à qui mieux mieux dans la basse-cour de l’hémicycle, donne une piètre opinion du niveau déjà bien bas de ce que fut la France. L’heure est grave.

Cette logorrhée permanente entretenue depuis des lustres ne fait que cacher les problèmes d’intégration de ce pays à son corps défendant, dans une Europe qui n’a aucun sens telle qu’elle fut conçue par les cellules cancéreuses du cerveau dérangé de l’oncle Sam et leurs agents doubles que furent Robert Schuman et Jean Monnet .

De prime abord, une remarque s’impose. Le peuple s’était tellement vu rabattre les oreilles d’une Europe idyllique allait poindre au firmament, et que merveille des merveilles, le nec plus ultra celle-ci allait définitivement propulser tout un chacun dans un monde paradisiaque. De fait, toute honte bue, le milieu politique et ses perroquets de journaleux n’en démordent pas ; l’Europe est sur la bonne voie… ‘’de la croissance cela va  de soi’’ ???. On avait oublié de spécifier que ce paradis serait pour les fonctionnaires européens et les banksters  vers l’asservissement des peuples.

Dans cet ordre d’idées, les années 70 virent l’union de Pompidou et de sa Muse, en 1973 ils accouchèrent d’un rejeton prématuré on l’appela Pompidou-Giscard. Ce brillant sujet marquait le début d’une ère de chaos, s’en suivit l’ouverture des frontières d’une déréglementation signée itou Pompidou, bradant littéralement la France laissant la part du Lion au moins disant. Or, ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers à faire faillite et dans ces tribunaux plombés, on pillait pour le franc symbolique. Les mandataires et autres liquidateurs judiciaires y donnèrent le meilleur d’eux mêmes lors de ce ‘’vol’’ dans un nid de coucou; pourtant, que la faillite est bonne lorsque pour accentuer le mouvement un Tapie les bonnes affaires donnait des cours de gestion à la France entière, mais la magie aurait semble t-il atteint ses limites.

Après avoir prôné un libéralisme ultra débridé, cette junte démontre qu’il n’y a plus ni droite ni gauche, mais un pouvoir mafieux sous tutelle de banquiers escrocs ,  découvrant ahuris par leurs jérémiades séniles qu’un nombre important de chefs d’entreprises se soient délocalisés en masse. Ces messieurs semblent oublier un peu vite que cette Europe, leur Europe n’a plus de frontière et que ceci est la triste réalité du moment. Cette Europe passoire plébiscitée par Pompidou, réclamée, vantée, assenée à grand renfort de mensonges médiatiques, déclarée légale du fait d’une Constitution Européenne elle même tout autant illégale et imposée de force, en violant le droit des peuples du fait du Traité de Lisbonne par un certain Mallah Sarközy Nagÿ Boscä Nicolas !

Il faudra bien un moment ou un autre que cet Etat Français et son microcosme, complètement déconnectés des réalités pour n’avoir jamais travaillé de leur main dont certains au casier judiciaire cossu tel Harlem Désir donnant des leçons de probité, fassent leur examen de conscience, et qui, pour avoir à une époque joyeusement ruiné quantité d’entreprises sous l’emprise d’armées de fonctionnaires obnubilés par des contrôles fiscaux dignes des plus beaux interrogatoires au Goulag, ont acculé combien d’hommes et de femmes à la faillite, s’étonnant encore de ne pas comprendre que trop c’est trop, trop d’impôts amènent  à la perversion du système. Le peuple n’en peut plus de leurs délires, quelle perspective pour la jeunesse…? Et quel gâchis !

Qui dans son entourage immédiat n’a pas connu ce genre de situation dramatique d’agriculteurs, commerçants, artisans ou chefs d’entreprise ruinés sombrant dans le meilleur des cas victimes de dépressions graves, au pire mettant fin à leurs jours par milliers, oui par milliers. De même, il faut avoir subi l’enfer de menaces de mort constante et être ruiné soi même du fait des sbires de cet Etat pourri pour comprendre la vindicte.

Le harcèlement dont sont victimes certains comme Dieudonné Mbala Mbala citoyen pourtant Français systématiquement interdit de se produire mais obligé de payer des impôts, deux poids deux mesures dans ce pays auto proclamé des Droits de l’Homme ; mais pour qui des droits de l’Homme, lorsque l’on voit ce déballage de repris de justice à la tête de l’Etat tous bords confondus.

Au nom du Nouvel Ordre Mondial, ils ont sciemment démoli l’idée de Patrie pourtant édifiée avec tant d’amour et de sacrifices au fil des siècles ; avoir aboli le service militaire ne leur suffisait donc pas, il fallait ringardiser La Marseillaise. Ce service militaire restait pourtant un garde-fou, maillon fort intergénérationnel de partage, tremplin d’une échelle sociale pour le plus grand bien de la Nation. Ils ont inversé les valeurs et monté au pinacle l’impensable, encensant ici les footeux et autres sportifs. Là, ce sont les gogo qui poussent la chansonnette et dès le premier Euro engrangé n’ont qu’une seule hâte en tête, le placer dans des Édens que ces politicards ont été les premiers à défendre, trouvant des excuses à ces ‘’fous du roi’’ qui lobotomisent le bon peuple, pendant qu’eux même pouvaient à satiété dilapider les deniers publics.

Fruit du Sark-Höllande, ce spectacle de décomposition qu’offre cette France de tous les dangers, livrée pieds et poings liés à la tutelle orchestrée par l’OTAN, même l’Armée, dernier rempart de cette société en a pris pour son grade au point que la Grande Muette fut littéralement dépecée, victime à nouveau de coupes sombres et de sarcasmes tous azimuts pour des campagnes de recolonisation stériles. Les Oies sauvages laisseraient-elles fuiter leurs états d’âme, en conscience l’ombre d’un coup d’Etat militaire serait-il le sésame pour remettre les pendules à l’heure ? Poser la question est-ce déjà y répondre? Si la SNCF a cette formule: ‘’un train peut en cacher un autre’’, ne vous y trompez pas,   un coup d’Etat peut en cacher un autre, celui que la Sark-Höllanderie est en train de vous jouer serait une redéfinition totale pernicieuse et diabolique des fondements de ce pays.

Quelle a été la place, quelle est la place de celui qui fidèlement a cotisé, épargné et payé ses impôts dans cette société mercantile, lorsqu’un Jacques Attali pour ne citer que lui, dernier rebus de cette décadence s’étant fourvoyé sur tous les sujets qu’il eut à gérer déclare ; « les ‘’vieux’’ n’ont plus lieu de citer ici bas ». Une société rendue à ce stade de déchéance et qui n’honore plus ses anciens, est une société finie. Car en dernier ressort, ils sont encore capable de les fourrer par des placements illicites tels la Garantie Foncière , le scandale de la Cour Des Comptes , le Crédit Mutuel le Tunnel sous La Manche ou d’autres permettant de leur voler leurs épargnes. Comme l’histoire vient à nouveau de le démontrer avec la Tentation de Chypre laissant se profiler clairement à l’horizon les délires de cleptomanies, de prévarications des banquiers et de l’oligarchie, légitimant de fait le sacro-saint droit à la légitime défense du citoyen.

Alain Peyrefitte avait déjà annoncé ce tsunami industriel dans un livre prémonitoire intitulé Quand la Chine s’éveillera. Si le vivier d’entreprises français y amorçait son éradication systématique, certains ont pris le train en marche. Or, si vous vous contentez de regarder la situation d’un seul en la personne du fait Cahuzac, c’est un faux débat aux dés pipés de cette Europe destructrice au pas de charge. Dans la Genèse, il y a lieu de se remémorer qu’il y a déjà quarante ans les agriculteurs tiraient la sonnette d’alarme sur les magouilles des gérants de la CEE de Bruxelles, en prime le 10 juillet 1985, à Auckland ils faisaient une nouvelle fois en pire les frais du sabotage du Rainbow-Warrior par la France. Ce sabordage mettait en faillite des milliers d’agriculteurs, la Nouvelle Zélande en profitait pour négocier au mieux de ses intérêts la libération des deux officiers français en inondant littéralement l’Europe de ses moutons. Ce fiasco de la DGSE ridiculisait la France qui ne sut que fermer les yeux, amorçant de fait sa désertification agricole, alors qu’elle fournissait de ses excédents la Russie et ses satellites.

Déjà en 1999, Georges Sarre, ancien ministre et maire du 11ème arrondissement de Paris avait tenté de sensibiliser l’Etat au grave problème causé par l’invasion sino mafieuse, révélant preuve à l’appui que des quartiers entiers de Paris avec tous leurs commerces étaient rachetés et surpayés à prix d’Or par des Chinois. Ces situations n’ont ému personne à l’époque, alors que ceci aurait dû en questionner plus d’un sur les dessous de ces immenses tripatouilles immobilières. La cerise sur le gâteau de cette dépossession tranquille étant que l’administration française a donné à des Chinois la gestion totale de la zone portuaire du Havre, idem du fret maritime de Saint-Nazaire ou la ‘’chose’’ se résume ainsi : «  pour faciliter par des procédures douanières simplifiées et rapides ; un guichet unique informatique et douanier, un dédouanement des marchandises en moins de 5 minutes et 99% sans contrôle physique ». Une fois le loup dans la bergerie que dire de la zone commerciale d’Aubervilliers aux portes de Paris  d’une superficie de dizaines d’hectares tenue exclusivement par des Chinois ;  ‘’Ho-chinoi qui mal y pense’’…

Sur fond de pillage des biens de l’Etat, certains fleurons assuraient son indépendance;  EDF, GDF, les autoroutes de France porteurs de devises, la rengaine étant toujours la même, tout l’art consiste à faire croire au bon peuple que ces secteurs sont déficitaires qu’il est urgent de s’en débarrasser et de les céder au privé. Une fois le tour de passe-passe effectué, il n’y a plus qu’à augmenter les prix à la consommation et régaler les actionnaires.

Que dire  lorsque le Qatar rachète les bijoux de famille,  la réalité est que la France est un pays colonisé Présidée par des traîtres, gérée par des traîtres et administrée par des traîtres. Ceux ci étant quasiment tous inféodés à des sectes telles la franc maçonnerie la plus grande organisation mafieuse de tous les temps, demeurant la pierre angulaire de tout cet eco-système la lèpre de notre époque. Ses ramifications tentaculaires ont infiltré tous les Corps de l’Etat pourrissant absolument tout sur son passage. Voilà le réel diabolique danger de notre société : l’interdire ferait-il rentrer les choses dans l’ordre..?

Dans le délitement de ce pays, l’affaire Cahuzac paraît bien pâlotte aux vues du parcours du sioniste hongrois demandant l’asile politique  au Canada qu’est  Sarközy le despote, détenteur de la Palme toute catégorie pour sa déstabilisation du monde, son génocide en Côte d’Ivoire, son casse du siècle en Libye, l’Apocalypse en Syrie, le fiasco de sa tentative d’assassinat d’Hugo Chavez, les 652 tonnes d’Or qu’il fit disparaître de la Banque de France etc etc… s’il y eut Ali Baba et les 40 voleurs, le pays de Jeanne d’Arc eut Sarko et les 40 affaires… dès lors la coupe est pleine lorsque l’on sait que le plus grand paradis fiscal est Israël, tout en se gardant bien de spécifier que les USA ont eux aussi des paradis fiscaux dans trois de leurs Etats…

Il est un devoir de mémoire d’avoir à l’esprit cette longue agonie de déstructuration de la France et de ses racines. Faisant fi de sa langue et de son Histoire, la Grande Affaire des caciques de la politique aura été le mariage pour tous, ouvrant ainsi tout droit par ce biais, la porte à la  ‘’théorie du genre’’ et à la manipulation des espèces. Or, si l’absence des armes appelle l’ingérence étrangère, la morale de tout ceci est qu’il est une question de survie que de mettre fin à la dictature ubuesque des banquiers achetant uniquement du temps pour maintenir leur diabolique perfusion 666, et comme l’a si bien démontré l’Islande avec succès, que le peuple reprenne le pouvoir qui lui a échappé, se libère du joug européen par sa sortie immédiate de l’UE en faisant jouer la caducité des traités et la violation du droit, prenant en main le contrôle de sa monnaie, incarcère ses ministres et hommes de loi véreux à l’instar du Québec.

C’est un minima social, c’est un casus belli.

Christian Sébenne

SOURCE : Un lecteur, Christian Sébenne