Attentats : la revendication de Daesh a été « divulguée » par un groupe israélo-américain

AUTRUCHEMON GRAIN DE SEL :

Mais que leurs faut il donc, pour qu’ils ouvrent les yeux ces occidentaux ? Ils ont atteints un seuil de cécité extraordinaire.

Ils sont arrivés à un stade ou, même si un policier, un gendarme ou un militaire, tue un membre de leur famille devant eux en criant « ALLAH OU AKBAR ». Ils jureraient par tous les saints, que c’est un attentat islamiste.

Mais que l’on se réveil bon sang. Sinon il sera trop tard.

Le 11/09 ne vous as pas suffit comme exemple de FALSE FLAG ? La France est entrain de prendre la même voie que les USA. Vous avez deja votre etat d’urgence, dont la fin d’application est toujours repoussé. Bientôt vous allez avoir le « PATRIOT ACT » à la Française.

Ainsi le clown aura les coudés franche pour ouvrir la boite de Pandore. A ce moment là, beaucoup de Français mourront, non pas pour la France. Mais bel et bien pour les sionistes.

Les média officiels manipulateurs, ont une grande responsabilité dans tous ces drames.

Voyez cette video sur false-flag du 11/09 commenter par des expert américain.

Vidéo du 11 septembre 2001 ?

La vérité No plane in walls, only on tv (BONUS)

Publié par  :  KAM

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Attentats : la revendication de Daesh a été « divulguée » par un groupe israélo-américain

INFO PANAMZA. Le communiqué de Daesh revendiquant les attentats du 13 novembre provient d’une officine dirigée par une ultra-sioniste israélo-américaine.

Le 01.12.2015 à 23h09

Dans le torrent d’informations relatives aux opérations terroristes commises le 13 novembre en région parisienne, l’une d’entre elles semble aujourd’hui aller de soi : dès le lendemain, l’État islamique -alias Daesh- aurait revendiqué les attentats.

La source de cette revendication?

Il faut consulter les médias américains -notamment le New York Times et Time Magazine– pour découvrir l’identité exacte -curieusement omise par la presse française- de la première officine à dévoiler l’info : il s’agit de « SITE Intelligence Group« .

Un lecteur confiant envers le sérieux supposé des journalistes mainstream pourrait ainsi croire, à la lecture de leur présentation de SITE, qu’il s’agit là d’un organisme de veille objectif et indépendant. Problème : c’est tout le contraire.

À l’origine -entre autres « découvertes »– de la vidéo de décapitation du journaliste israélo-américain Steven Sotloff et de la menace d’un groupuscule islamiste pakistanais contre François Hollande, le groupe SITE est plus proche d’une officine idéologique que d’un laboratoire indépendant de recherche universitaire.

Cette structure est liée au renseignement militaire américain et israélien ainsi qu’à la droite sioniste antimusulmane. Sa directrice et fondatrice se nomme Rita Katz.

Fille d’un Irakien exécuté sur la place centrale de Bagdad pour espionnage au profit de l’État hébreu, cette Israélo-Américaine est à la fois proche du FBI et de la mouvance sioniste. Après avoir collaboré (dès son arrivée aux Etats-Unis) avec une agence liée à la droite israélienne radicale et anti-islam, (« The Investigative project on terrorism« ), elle a connu son moment de gloire en 2003, lors de la parution de son livre Terrorist Hunter dans lequel elle relata ses infiltrations dans les groupes islamistes (dans le style sensationnaliste et factuellement controversé de Mohamed Sifaoui). Celle qui estime que « les juifs appartiennent à Israël » est désormais réputée auprès des experts du terrorisme : la plupart des documents audiovisuels mensongèrement imputés à Oussama Ben Laden et relayés aux médias avaient été « découverts » par son « centre de surveillance des sites islamistes », parfois en tandem avec un autre groupe dénommé IntelCenter.

Cette antenne partenaire a également relayé en solo bon nombre de vidéos ou messages attribués à Al-Qaïda. En janvier 2001, son président, Ben N. Venzke, s’était fait remarquer sur la scène nationale en publiant un rapport détaillé sur le « cyber-conflit israélo-palestinien ». IntelCenter était initialement une émanation de iDefense, un laboratoire dirigé par le chrétien évangélique Jim Melnick, militaire alors chargé des opérations psychologiques auprès du secrétaire à la Défense – et « ami » déclaré du Likoud – Donald Rumsfeld.

Fondé en 2002, le site web du « service de surveillance » dirigé par Rita Katz et relayé sans sourciller par la presse occidentale a une particularité. Jusqu’en 2008, il était domicilié sur un serveur qui abritait également plusieurs plate-formes de la communauté juive américaine dont certaines avaient un caractère ultra-sioniste et/ou islamophobe. La même année, un quotidien britannique révéla par ailleurs qu’une photo présentée par SITE comme l’illustration islamiste d’un ravage nucléaire à Washington provenait en réalité d’un jeu vidéo.

Préparer le terrain

À propos des attentats du 13 novembre, le site de la radio américaine NPR souligne que SITE avait devancé l’annonce de la prétendue revendication de Daesh en rapportant –sous la plume de sa directrice Rita Katz et dès 0h53 (soit une demi-heure environ après l’assaut du Bataclan)- les « célébrations » des sympathisants djihadistes via leurs « canaux » des réseaux sociaux.

Quelques heures plus tard, à 11h46, le compte Twitter de SITE a développé et confirmé le billet de sa directrice en relayant la première « revendication » de Daesh.

https://pbs.twimg.com/media/CTxDVOlUwAEBPLK.jpg
Dans le même temps, la plate-forme internet de SITE  a publié la traduction anglaise du communiqué en précisant explicitement (dans l’en-tête de l’article) qu’une désignation de leur organisation devait accompagner toute mention du communiqué imputé à Daesh.

Détail intéressant : à 11h47, un certain David Thomson, présenté par l’unanimité des médias français comme un « expert du djihadisme », a relayé un tweet divulgant la « revendication officielle » de Daesh qui fut publié – trois minutes seulement plus tôt– par l’un de ses « confrères », surnommé « VegetaMoustache ».

Derrière le pseudonyme de celui qui fut le premier francophone à relayer le communiqué de Daesh se cache « Gilles N. », présenté par Le Parisien comme un « spécialiste des groupes jihadistes ». Pour expliquer son intérêt sur la question, cet homme –digne de l’oeuvre de Rita Katz et qui refuse de dévoiler son identité- avait simplement déclaré l’an dernier à Slate être « intrigué par ces gens qui obéissent en 2014 à un texte aussi ancien » –en l’occurrence, le Coran.

Interrogé par les usagers de Twitter quant à ses sources d’information, « Gilles N » a botté en touche, affirmant qu’il s’agissait de « comptes twitter de l’Etat islamique ». Relancé par des internautes agacés par ses évitements, le « spécialiste » a gardé le silence.

11-Septembre, le remake

Au lendemain de la prétendue revendication de Daesh, SITE est revenue à la charge en publiant un billet qui rappelera des souvenirs aux lecteurs de Panamza qui avaient suivi avec attention l’après 11-Septembre. Selon l’officine de propagande israélo-américaine qui prétend disposer de (vagues) photos à l’appui, des combattants de Daesh installés en Libye auraient donné des bonbons aux enfants pour célébrer les attentats de Paris.

Voici ce que racontait –en 2014– le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à propos du 11-Septembre :

Nous nous souvenons de cette journée, il y a 13 ans, et nous pleurons avec vous, en ce jour, pour les milliers de personnes qui ont perdu la vie lors de cette horrible attaque.

Tout Israël a pleuré le 11-Septembre.

À Gaza, ils dansaient sur les toits, ils distribuaient des bonbons.

C’est la fracture morale entre nous : nous pleurons, ils célèbrent.

« Les Palestiniens distribuaient des bonbons »?

Le 11 septembre 2001, les Israéliens avaient bénéficié d’une étrange désinformation, opérée notamment par l’agence britanno-canadienne Reuters et dévoilée, une semaine plus tard, par la première chaîne allemande. Dans l’après-midi et la soirée, de nombreux médias, à travers le monde, avaient diffusé des images saisissantes, présentées comme celles de « Palestiniens se réjouissant » des attentats.

bonbon

Par la suite, la femme à l’image, Nawal Abdel Fatah, a expliqué aux enquêteurs de la chaîne ARD qu’elle n’était pas au courant de ce qui venait de se produire aux États-Unis. Sa joie, et celle des enfants, s’expliquait, selon elle, par les confiseries et « gâteaux promis » par l’équipe de production.

bonbon2

Lors de la diffusion du reportage allemand, le 20 septembre 2001, il était déjà trop tard. Des centaines de médias écrits et audiovisuels, parmi lesquels France 2, avaient relayé la désinformation, s’appuyant sur la crédibilité de la prestigieuse Reuters –qui a démenti toute manipulation– pour diffuser ces images sans vérification du contexte.

Ironie du sort, les clichés, authentiques ceux-ci et confirmés par le FBI, des trois joyeux Israéliens – se photographiant devant la Tour nord en flammes – n’ont, quant à eux, jamais été portés à la connaissance du public.

C’est tout l’art de la « hasbara »terme hébreu désignant « l’explication » ou, plus exactement, la communication de propagande israélienne, destinée à formater l’opinion publique. Dans le cas du 11-Septembre, l’exercice pratique consista à produire, dans l’esprit des citoyens occidentaux, la terrifiante vision de Palestiniens se réjouissant de l’attentat de New York, et à dissuader, à travers les relais communautaires, toute embarrassante exposition médiatique des espions trahis par leur jubilation.

Depuis 2001, la manœuvre a porté ses fruits. La plupart des médias ont totalement ignoré l’histoire des « Israéliens dansant de joie » à la vue du crash du premier avion. Les rares à avoir traité le sujet, comme ABC NewsThe ForwardChannel 4 en 2004 et Bakchich en 2011, avaient choisi de dédouaner Israël de toute attitude malveillante.

HICHAM HAMZA

SOURCE  :  http://www.panamza.com/01122015-daesh-rita-katz/

Publicités